Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201274 – Haute-SavoieChens-sur-Léman – Le Pré d’Ancy, ...

2012
74 – Haute-Savoie

Chens-sur-Léman – Le Pré d’Ancy, rue du Léman

Fouille préventive (2012)
Responsable d’opération : Éric Néré

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Cette troisième opération de fouille effectuée à Chens-sur-Léman, « Pré d’Ancy », a sans doute été la plus complexe. C’est celle qui a apporté le plus de données quantitatives, reculant le curseur chronologique, bien au-delà de ce que nous avions pu percevoir jusque-là.

2La stratigraphie du site est tributaire de la topographie d’origine morainique, qui a défini une vaste dépression centrale, oblongue de 220 m de long pour 60 m de large, et dans laquelle se trouvent conservées les occupations.

3Ces dernières se situent sur les bords d’un marais qui s’assèche progressivement avec des apports colluviaux, d’abord assez fins entre les occupations, puis plutôt caillouteux à partir de l’âge du Fer.

4Ces colluvions, non continues spatialement, et la difficulté de lecture des structures et des couches n’ont pas permis de reconstituer de façon satisfaisante le déroulement des événements naturels et anthropiques.

51 407 structures archéologiques ont été repérées aux cours des deux phases d’opération et des différents décapages. 1 193 ont été confirmées et étudiées. Parmi ces structures, l’écrasante majorité est constituée de trous de poteaux (808 structures). En seconde position, on retrouve les fosses (192 individus), puis les structures d’habitat longues, comme les tranchées de fondations et les sablières basses (38). Ensuite, ce sont les fossés (34), puis les blocs isolés ou les ensembles de blocs (31). Ensuite, ce sont les empierrements (24), puis les structures liées au travail du feu (21). On trouve ensuite les axes de circulations (9) et les vases-silos (6 individus). D’autres structures plus particulières ont aussi été identifiées : chablis, drains modernes et tumulus.

6La période archéologique la plus ancienne retrouvée durant cette campagne de fouille est le Néolithique moyen. La structure 539 a été datée par 14C entre 3770 et 3650 av. J.-C. Elle fait partie d’un ensemble cohérent, bien situé dans une couche sableuse, et plus ou moins isolé du reste du site. Les occupations terrestres de cette période n’avaient jamais été retrouvées jusque-là dans ce secteur. Nous avons déjà pu lire la séquence d’occupation néolithique comme dans le diagnostic de l’avenue du lac, avec l’étude géomorphologique mais aucune structure n’avait pu être repéré. Plusieurs habitats de bord de lac sont connus à cette période à Chens-sur-Léman, comme à Tougues et Beauregard. Ces sites sont à environ 500 m de celui-ci. Cette phase est connue dans les lacs suisses. Au lac de Neuchâtel, il s’agit du Cortaillod moyen, le plus classique. À cette période, dans le canton de Vaud, de nombreux sites mégalithiques sont connus, ainsi que des nécropoles en cistes à sépultures multiples comme Vaud-Vidy à Lausanne pour sa phase récente. Cette période voit une phase de défrichement massif dans le secteur lémanique, comme plusieurs études géomorphologiques et anthracologiques l’ont montré. Odile Franc l’a aussi remarqué lors des fouilles de Véreître et du diagnostic de l’avenue du Lac. Ce groupe de 49 structures est d’autant plus important qu’il forme un ensemble cohérent et ce, bien qu’il soit incomplet, en raison des limites de décapage et, malheureusement, sans artefact. Le fait 19 semble former un petit bâtiment. Huit grandes fosses quadrangulaires témoignent d’une activité artisanale ou agricole organisée. Enfin d’autres trous de poteaux complètent cette unité : il s’agit certainement d’autres bâtiments qui n’ont pas pu être identifiés avec précision. L’étendue des structures permet d’imaginer un habitat dépassant de beaucoup la simple habitation isolée. Même si la prudence prévaut, il est possible qu’il s’agisse d’un véritable hameau.

7Notons que deux haches polies ont été retrouvées sur le site, l’une en réemploi de polissoir au Bronze final, et une autre en place dans une structure bouleversée. P.-J. Rey les place plutôt au Néolithique final. Aucun autre élément ne daterait de cette période.

8Le site du Bronze ancien marque une première rupture entre l’occupation néolithique et ce qui se passera par la suite, au Bronze moyen et final. Quatre dates 14C ont été données par des charbons et des graines : 2010 à 2000, 1980 à 1880, 1840 à 1820, 1800 à 1780 av. J.-C. Point commun avec le Néolithique : le matériel est quasiment inexistant. Deux formes de vases ont pu être attribuées au Bronze ancien, apportant un premier jalon pour les sites terrestres de Chens à cette période. Ces deux éléments datant rappellent des vases du canton de Vaud et du Valais comme Morges ou Sion. Il faudra attendre de prochaines découvertes, afin de savoir à quel groupe culturel précis se rapporte la céramique de cette période. Si on se réfère aux rares objets en bronze isolés de la commune, on se trouverait dans la culture du Rhône, phase classique.

9Des séquences d’occupation ont été localisées dans le lac Léman, principalement à Morges, Les Roseaux, et près de Genève (quelques poteaux isolés). Pour les sites terrestres, ce site de Chens-sur-Léman est le premier à faire l’objet d’une telle étude. 283 structures ont ainsi pu être dénombrées. Plusieurs niveaux d’occupations ont été observés, et seul le supérieur a été en partie traité. La zone la plus dense n’a été trouvée et fouillée que le dernier jour de fouille. À l’ouest, la limite de fouille nous a empêchés de percevoir l’extension totale de l’occupation. On peut toutefois y déceler une forte implantation et un véritable système d’organisation. Au nord-ouest, on trouve une zone d’habitat, que l’on a dénommée E5, une zone de « travail » E6, le tout organisé auprès d’un talweg. L’habitat se compose d’au moins quatre bâtiments : sans doute un très grand, et trois plus modestes. Le très grand bâtiment est difficile à dessiner avec précision, puisqu’il a dû subir de nombreuses réfections et reconstructions. Des parois internes devaient partitionner l’espace, plusieurs sablières basses en témoignent. Il se peut qu’une palissade ait séparé le grand bâtiment des trois autres. À quelques mètres, à l’est, une série de fosses, de poteaux et de fossés étaient situés au bord du talweg naturel. De l’eau devait se trouver à l’intérieur, au moins une partie de l’année, comme l’a démontré la géomorphologie. Les fossés et palissades ont pu servir à se protéger de l’eau, ou comme protection naturelle autour d’une partie du site. Si c’est le cas, elle n’a fonctionné qu’une partie de l’occupation. De très nombreuses fosses se trouvent au fond du talweg, ce qui démontre que, dans une seconde phase, il y a eu extension du site.

10Ce secteur (E4) n’a pu être qu’effleuré, retrouvé le dernier jour de fouille, très profondément (1,80 m minimum pour le premier niveau). Tout comme le secteur de F41, on a pu y voir de nombreuses fosses oblongues, associées à des trous de poteaux et de très grosses fosses rectangulaires à parois droites de type cave/silo. Là encore, on peut parler de bâtiments de grandes tailles. Malheureusement, la durée de fouille a été trop courte pour pouvoir comprendre ce secteur.

11Les carporestes carbonisés, 27 graines et fruits, permettent de confirmer la fonction agricole du site. Les céréales sont représentées par une semence de millet d’Italie et par six caryopses de blé. Des fragments de glands de chêne carbonisés sont observés dans quatre trous de poteau appartenant au F28 et F29, ce qui pourrait aller dans le sens d’un grenier. Seuls trois taxons de plantes sauvages sont présents : le chénopode blanc, le mouron blanc et la vesce à épis.

12Le chêne à feuillage caduc est l’essence majoritaire dans les trous de poteaux. La plupart des charbons de chêne présentent des limites de cernes bien droites et sans fente de retrait, donc de gros calibre et secs. Enfin, deux charbons de noisetier ont été observés dans la fosse 623.

13La période du Bronze ancien n’a été qu’effleurée par la fouille du Pré d’Ancy. Il conviendra à l’avenir de se méfier de ces niveaux de colluvions, qui peuvent paraître anciens, et sous lesquels, comme ici, peuvent se cacher des sites entiers. La profondeur de découverte a fortement compliqué la tâche, et même si nous avions eu quelques jours de plus, nous n’aurions pas pu décaper plus largement, en raison du foisonnement des terres. Seule une nouvelle campagne de fouille, déraisonnable dans l’enveloppe budgétaire prévue, aurait permis de mieux explorer ce secteur ancien du Bronze A2, qui fait encore fortement défaut dans cette région.

14La fin du Bronze ancien, début du Bronze moyen, est caractérisée par la découverte d’une tombe monumentale. Il s’agit d’une structure de quatre mètres de diamètre, en pierre, avec pavement externe et chambre centrale. Dans la région, elle est actuellement isolée et unique d’un point de vue chronologique, spatial et architectural, les autres sépultures découvertes sur la commune étant datées essentiellement du second âge du Fer. Les architectures funéraires protohistoriques en Suisse, comme dans les départements français voisins (Haute-Savoie, Jura), fouillées anciennement, sont trop mal connues pour être comparées à ce monument. Il a été daté grâce à l’épingle à tête en massue perforée, dont on retrouve plusieurs exemplaires dans les Alpes et le Jura. Le squelette n’était pas conservé. Sa taille et son aspect monumental ont dû marquer le paysage local, allant dans l’hypothèse d’une levée de terre au-dessus des pierres. Aucune habitation ne se trouve à sa portée. Elle devait être encore visible à la fin de l’âge du Bronze, et peut-être même à La Tène finale, en raison de la façon dont le chemin la contourne. Le chemin F2 s’incurve lui aussi à son approche, même s’il est plus loin que le chemin gaulois.

15À partir de la période suivante, le site entre de plain-pied dans ce que l’on peut appeler une véritable agglomération, déjà définie par les deux premières opérations de fouille que nous avons effectuées. Le Bronze moyen 2 – Bronze final I, avec un important corpus céramique, surtout si on le complète avec celui de Charnage, nous permet de constater des influences majoritaires méridionales et d’Italie du Nord, comme les pots à feu dont on retrouve des individus semblables ou équivalents à Jons, les Batailles, dans le Rhône (Hénon, Joly, Lalaï 2002). Citons aussi, pour le sud du Léman, l’habitat fortifié de Zeneggen « Kastelschuggen » dans le Valais (David El-Biali 1994), qui voit les mêmes influences italo-méridionales. Plus étonnant, et inédit jusque-là dans ce secteur géographique, un individu céramique excisé, qui voit son équivalent dans des corpus de la région du Gardon dans le groupe de Saint-Vérédème. Depuis 2011, c’est le troisième individu aussi septentrional retrouvé, avec ceux de la Loire et de l’Ain.

16Ainsi, l’origine de l’agglomération de Chens se verrait propulser, non pas au Bronze final I, mais bien au Bronze moyen 2. Les analyses 14C confirment cette attribution avec des structures datées entre 1420-1290, 1390-1210, ou bien encore 1370-1340 av. J.-C.

17Dès cette phase, l’habitat apparaît extrêmement structuré. Les six à huit bâtiments sont tous construits le long d’un axe, selon des plans et des tailles assez standards, et regroupés par zone. Des enclos/limites viennent compléter le dispositif, destinés à marquer des parcelles ou bien à parquer des animaux, voire les deux. La fosse polylobée 752, un peu à l’écart du « village », sert de zone d’extraction et/ou de zone artisanale.

18Les bâtiments sont assez difficiles à interpréter. Même si leur plan général est bien lisible, la disposition des poteaux en rend la lecture complexe. On pourrait parler de village-rue, si on ne connaissait pas le contexte alentour, avec la série de bâtiments strictement contemporains retrouvée à Charnage, 200 m plus au sud-ouest. Si on replace les deux opérations sur un même plan, on se rend compte qu’il existe à peu près les mêmes modules de bâtiments, et que ceux-ci sont orientés rigoureusement sur le même axe formant un paysage complètement maîtrisé et organisé. Au total, on aurait entre treize et dix-huit bâtiments. On retrouve, dans les deux cas, des fragments de parcellaire assez peu marqué, ainsi que deux modules de bâtiments.

19La fonction de ces différents types de bâtiments reste à définir. Nous avons proposé que les grands bâtiments servent de stockage/grange/étable, les plus petits étant des modules d’habitation. Aux périodes suivantes, ce schéma sera confirmé. Étant donné que nous sommes dans la même agglomération, on peut penser qu’elles sont les héritières de celle-ci.

20Au niveau agricole, on peut voir que le spectre des céréales est diversifié. L’orge vêtue domine. Les autres céréales, plus minoritaires, sont le millet commun (Panicum miliaceum), le millet d’Italie et l’amidonnier. La catégorie des légumineuses est attestée par la fève et la vesce cultivée. 19 taxons de plantes sauvages se répartissent en deux taxons de culture de printemps, quatre taxons de cultures d’hiver, un taxon de friche, sept taxons de prairies/pelouses, deux taxons de bord des eaux, et trois taxons non affiliés. Comme à la période précédente, le bois chêne, à feuillage caduc de gros calibre et sec avant carbonisation, est majoritaire. Une part non négligeable de tronc avec fentes de retraits et quelques bois de calibre moins important, tige ou branche sont observés. 22 charbons de Pomoideae sont présents dans sept lots. Les autres essences sont le bouleau, noisetier, peuplier/saule et prunellier.

21L’occupation du BF IIa se décale légèrement plus au nord que l’occupation du BFI, restant tout de même à proximité du talweg. Ce secteur est situé en marge du décapage, par conséquent, on peut voir qu’il n’est pas complet. Comme à Véreître, cette période marque une charnière entre l’habitat plus éparse du Bronze final I et celui, très concentré, du Bronze final Ilb-IIIa. Le parcellaire semble plus ancré qu’à la période précédente. Les deux types de bâtiments existent toujours, tournant autour de 20 m2 et 40 m2. Au total, on a cinq bâtiments de taille conséquente : un se trouve en partie dans la limite de décapage (F44) et deux sont plus petits (greniers ?).

22L’axe du parcellaire reste globalement le même qu’au Bronze final I et se cale sur celui du Bronze final IIIa dans une grille nord-ouest/sud-est. On peut même se poser la question de savoir si le chemin F2 n’existait pas déjà à cette période. Son curage régulier au Bronze final IIIa expliquerait alors que l’on n’ait aucun tesson caractéristique. Notons toute de même que quelques PI céramique, datés du Bronze final IIa, se trouvent à proximité directe de F2. Il se peut qu’un chemin perpendiculaire ait pu passer entre les bâtiments F 20-37-38 et F 44-40-39. Comme à Vereître, des axes se dessinent grâce aux orientations des bâtiments et des parcellaires, mais aucun chemin n’a pu être mis en évidence. À l’avenir, l’amélioration des techniques de fouilles pourrait nous permettre de discerner ces chemins, qui laissent sans doute très peu de traces. Les plans des bâtiments restent dans la tradition de ceux de la période précédente, avec des bâtiments de grande taille, associés à certains légèrement plus réduits, comme cela avait été observé à Vereître. Là encore, même si on voit bien les implantations globales, on a beaucoup de mal à lire un plan cohérent, ce qui est sans doute lié au mode de construction.

23Au Bronze final IIa, le fond commun de vases ne permet pas un rapprochement typologique tranché. Le corpus s’inscrit bien dans la céramique régionale au sens large, avec des équivalents dans toute la Suisse, les Alpes et le Jura. Dans le même temps, on retrouve encore une influence méridionale, mais moins marquée que précédemment, même si le corpus ne jurerait pas dans les groupes de la moyenne vallée du Rhône. Le site de Chens-sur-Léman accueille la « mode » des vases cannelés en même temps que le reste de la région, mais on peut voir que cela ne correspond à aucun apport de population. L’habitat reste dans la tradition de ce qui existe déjà, et de ce qui se va se passer par la suite, sans bouleversement. Cette période est moins riche en prélèvements, et donc en vestiges botaniques. On retrouve la même chose qu’au Bronze final I, avec une majorité de millet d’Italie. Les charbons de bois identifiés sont des chênes à feuillage caduc, des hêtres et un charbon de Pomoideae.

24Le Bronze final IIIa est la période la plus importante du site, et certainement aussi l’apogée de l’occupation de l’agglomération de Chens-sur-Léman. Deux phases s’y distinguent.

25La première pourrait être contemporaine du site de Charnage. Tout d’abord, les techniques de constructions et les plans de bâtiments sont identiques. On retrouve les bâtiments type « Chens » que nous avons défini : rectangulaires, sur tranchées de fondation, de 25-28 m2 (6 x 4 m à 6 x 5 m), avec des étapes de réfection et des annexes accolées dans un second temps. Le bâtiment 21 par exemple possède deux phases de construction : une première maison de 23 m2 à 25 m2 voit l’ajout d’une annexe à l’ouest, ou d’une reconstruction, avec agrandissement de 10 m2 de plus. La partie centrale ces maisons est dégagée. On retrouve parfois des traces de foyer central. L’orientation est est-ouest ou nord-sud. Ces bâtiments se trouvent clairement dans la même organisation que les maisons de la fouille de Charnage, à 200 m de là. On sait également qu’un chemin venant de Véreître, où se trouvent, là encore, des bâtiments de même type, se cale et traverse le parcellaire de Charnage. Ainsi, on peut parler d’une seule et grande agglomération, à l’intérieur de laquelle tous les sites se retrouvent.

26Les deux fossés F5 et F6 font partie du parcellaire de cette époque. Il se peut que ces deux fossés marquent l’emplacement d’un chemin. Ce dernier est parallèle à celui de Charnage/Véreître/Avenue du Lac. Il est difficile de dire s’il disparaît à l’époque ou bien si le fait 2 prend de l’ampleur, quelques dizaines d’années plus tard. Plus plausible, les deux chemins ont dû fonctionner ensemble, au moins pendant un moment. Une tentative visant à le démontrer a été faite, mais la coupe a été emportée par une coulée de boue au moment où nous l’avons ouverte à la pelle mécanique.

27La seconde phase est la plus évoluée du Bronze final. On y trouve la plus grosse concentration de bâtiments organisés autour du chemin F2. Ce dernier connaît de multiples rénovations, rechappements des ornières, recreusements dans certaines zones. Plusieurs parties du parcellaire sont confirmées par des trous de poteaux formant des lignes aux abords des bâtiments. Même si l’orientation du parcellaire se décale de 35° plus au nord, on remarque que la totalité des occupations de la phase ancienne sont conservées, et les bâtiments reconstruits par-dessus les précédents. Mais là où on avait un seul bâtiment, les concentrations augmentent fortement. Cette mise en évidence des reconstructions systématiques de bâtiments, les uns par-dessus les autres, est un véritable apport dans l’analyse de l’habitat à l’âge du Bronze. Ce type d’implantation est déjà connu sur les bords de lac. Le présupposé est que les reconstructions de bord de lac, les réfections des bâtiments sont dues au manque de place. Le même système d’implantation au Pré d’Ancy nous apporte deux enseignements : premièrement, l’organisation territoriale est la même entre le lac et la terrasse, à 400 m de là, ce qui n’est pas étonnant, et, deuxièmement, la reconstruction n’est pas due au manque de place, mais au fait que les « familles » se réinstallent dans les mêmes parcelles. On a, certainement, affaire à des « propriétés » très définies ; les parcelles sont héritées et elles perdurent durant de nombreuses générations. La conséquence est une organisation territoriale et politique fortes. On dépasse le cadre de la simple « chefferie » organisée autour d’un village. Nous sommes face à un territoire très densément occupé sur un très grand terroir, de Véreître au Pré d’Ancy, de Charnage à Tougues. D’ailleurs, « l’agglomération » est forcément plus grande, puisque à Véreître, on ne trouve pas la limite qui se poursuit au-delà du décapage. C’est la même chose au Pré d’Ancy, à Charnage. Seule la limite ouest de Tougues est connue puisqu’il s’agit du lac ! Si on mesure le territoire, cela représente une agglomération minimale découverte de 1 km2, mais qui pourrait mesurer jusqu’à plus de 10 km2.

28La céramique du Bronze final IIIa, avec son lot plus important et les multiples sites proches, permet de donner une image précise de cette période à partir d’un ensemble très fragmenté. Il semble que le lot se rattache en majorité à la dernière partie du Bronze final IIIa, avec des éléments typologiques identiques de l’ensemble 1 de Tougues, autour de 910 av. J.-C., mais une partie non négligeable des vases parait plus ancienne, vers 1000 av. J.-C. Certains éléments pourraient même se rapprocher du Bronze final IIb. Les vases les plus anciens semblent postérieurs à Véreître, mais pourraient dater des alentours de 1100-1050 av. J.-C. Typologiquement, hormis les formes ubiquistes, on note l’absence d’éléments du nord du Léman (Lausanne-Vidy, par exemple). Par contre, les lots sont identiques à ceux du sud du Léman, ou bien encore à ceux de la vallée du Rhône autour de Lyon ou du lac du Bourget. À cette période encore, bien que le corpus soit totalement intégré au RSFO, on note l’influence de l’ouest, plus que de l’est des Alpes.

29Cette période présente un large échantillonnage avec 276 carporestes. Les groupes comprennent les céréales, grains et vannes, les légumineuses, les fruits et les plantes sauvages. L’orge vêtue domine le spectre céréalier, les deux millets, d’Italie et commun, sont minoritaires. La fosse 58 a livré un épillet d’engrain et deux taxons de légumineuses, fève et vesce. On trouve quatre taxons de fruits de cueillette : deux noyaux de prunelle, un akène de mûre-ronce et un de sureau hièble. Une autre fosse a donné deux akènes de sureau noir. Les plantes sauvages permettent d’identifier les phases de culture agricoles : culture de printemps, culture d’hiver, et territoires proches non cultivés, avec des plantes de prairie/pelouse, un de prés humide. Les 146 charbons observés identifient, comme aux périodes précédentes, le chêne à feuillage caduc, le pomoideae et le pin sylvestre. Les autres taxons sont le bouleau, le noisetier, le hêtre et le charme-houblon.

30L’analyse de la mouture permet de voir qu’il n’y a quasiment aucun changement dans la taille et la forme des meules durant tout l’âge du Bronze. Cependant, à cette période, il se peut que la production et le façonnage des meules soient en partie faits dans des sites de productions situés à l’extérieur de la commune.

31Pour le premier âge du Fer, l’implantation est assez diffuse, représentée surtout par trois foyers à pierres chauffées. Ce genre de structures, apparaît à Chens dès le Bronze moyen 2, sans interruption jusqu’à cette période. Au ixe s. av. J.-C., on voit apparaître ces foyers partout dans la région, et principalement dans la vallée du Rhône. Ils sont rarement associés à des habitats. Ils peuvent former des lignes de plusieurs dizaines d’individus. Toutefois, un habitat de cette période est connu à Chens, au site de Véreître.

32Avec ces foyers, un vase a été daté de cette période par 14C, la St2 (900-800 BC). L’intérieur du vase contenait des restes de blé et de gaillet bâtard, ainsi que des charbons de chêne à feuillage caduc de gros calibre.

33Au second âge du Fer, le site s’organise le long d’une voie nord-sud. Les bâtiments semblent épars et ne se concentrent pas dans des enclos. Le site de Dégnères (Vermeulen 2012), placé dans le même système cadastral, ne s’organise pas du tout de la même façon. Dans ce site, une ferme à enclos quadrangulaire a bien été confirmée. Avons-nous à faire à un autre système d’organisation agricole ? Les trois bâtiments identifiés sont deux structures longues et peu larges (environ 12 x 2 m), sur solin sans poteaux plantés, sans doute à vocation agricole de type bergerie, et un bâtiment plus grand, mais incomplet qui pourrait être une maison à abside, rappelant les modèles méridionaux (Dedet 1990). Cependant, cette construction se détache des modèles identifiés de l’âge du Fer, comme à Dampierre-sur-le-Doubs (Pétrequin, Urlacher, Vuaillat 1969), par une série de trois absidioles sur solins. Situé en limite de décapage et au milieu des arbres, ce bâtiment n’a pas été traité aussi bien que nous l’aurions souhaité.

34La céramique présente de nombreux points communs avec les lots genevois du dernier tiers du iis./milieu ier s. av. J.-C. (Haldimann 2004). La contemporanéité de ce mobilier avec celui de l’établissement rural fossoyé mis au jour dans le cadre du projet d’aménagement de Dégnères, Clos du Rivage et daté de la première moitié du ier s. av. J.-C. (Vermeulen 2012), peut donc être envisagée.

35Les vestiges botaniques ont révélé du millet d’Italie comme seule céréale identifiée. En revanche, le spectre des plantes sauvages est plus important, avec un taxon de culture de printemps, trois taxons de culture d’hiver, un taxon de prairie/pelouse, un taxon de friches, un taxon de bord des eaux et deux taxons divers. Comme à l’âge du Bronze, le chêne à feuillage caduc est l’arbre le plus utilisé, les quatre autres arbres identifiés sont l’aulne, le frêne, les Pomoideae et le prunellier.

36L’occupation médiévale apparaît de façon furtive. Durant le diagnostic, nous avions déjà pu voir des fosses datées de cette période (Néré 2012). Aucun habitat organisé n’est associé. On peut se demander si la voie gauloise-gallo-romaine fonctionne encore au viiie s. Il conviendrait de reprendre le cadastre ancien, et regarder si on trouve trace de cette organisation. Durant la fouille de Véreître, des bâtiments de très gros volumes avaient pu être datés du xe s. sur le point le plus haut de Chens-sur-Léman. Les deux bâtiments retrouvés se ressemblent. Ils sont distants de 300 m, un au nord de la fouille, l’autre au sud. Ils font environ 7 m2. Ils se composent de nombreux trous de poteaux, laissant à penser qu’ils sont surélevés, peut-être sur pilotis. Les poteaux sont petits, en bois refendus et très profonds (jusqu’à 52 cm de profondeur, alors que leur largeur n’est que de 10 cm). Il s’agit peut-être de greniers, ou bien de bâtiments spéciaux, dans une zone redevenue marécageuse au bord du talweg.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Néré, « Chens-sur-Léman – Le Pré d’Ancy, rue du Léman » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/20564

Haut de page

Auteur

Éric Néré

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Éric Néré

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search