Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse1994Domaine public maritimeAu large de Porto-Vecchio – Porto...

1994
Domaine public maritime

Au large de Porto-Vecchio – Porto Nuovo

Sondage (1991) et fouille programmée (1992-1994)
Responsables d'opération : Christiane Bravard et Jacques Chiapetti
Notice rédigée avec Hélène Bernard

Notes de la rédaction

Notice publiée dans Gallia Informations 1998-1999 [CD-Rom], Paris, CNRS Éditions. ISBN : 2-271-05782-5.

Texte intégral

1Jusqu’à présent, le commerce du marbre dans l’Antiquité était représenté par la concentration importante d’épaves dans le sud de l’Italie, la Tunisie, la Grèce et la Sicile. L’épave de Saint-Tropez du iie s. apr. J.-C., découverte dans les années cinquante, était isolée dans le bassin nord occidental de la Méditerranée (Benoit 1952). Elle était l’unique témoignage maritime de la diffusion du marbre de Carrare, très employé pourtant en architecture. La déclaration puis la fouille du site de Porto Nuovo, réalisée avec l’Arsec de 1990 à 1995, a permis de saisir et d’étudier un moment clé de son histoire.

2L’épave Porto Nuovo gît par 12 m de fond à l’entrée du golfe du même nom, sur la côte orientale de la Corse, entre Porto-Vecchio et Bonifacio. Il s’agit d’une cargaison de marbre blanc de Carrare, composée de cinq blocs parallélépipédiques (de 2 m à 5 m de côté pour 0,90 m de haut) et de quatre colonnes (de 2 m à 5 m de long pour 1,40 m de diamètre), les poids varient selon les éléments, de 6 t à 23,3 t. Le tout est évalué à 138 t (fig. 1).

Fig. 1 – Les blocs de marbre

Fig. 1 – Les blocs de marbre

Cliché : J. Thierry.

3L’épiderme du marbre, particulièrement altéré sur les plans verticaux, n’a pu permettre le relevé d’inscriptions de carrière si elles ont existé. Après dégagement de la couverture de posidonies, un simple piquetage grossier est apparu sans aucune trace de préhension sur les plans horizontaux des blocs. L’encoche sur trois des blocs, trop modeste pour être fonctionnelle, doit être liée à une empreinte d’extraction. La cargaison est manifestement brute de carrière. Seul le module des colonnes permet d’induire le projet destinataire, un édifice lié aux cultes officiels et, plus particulièrement, au culte impérial qui se développe dans le créneau chronologique de l’épave. C’est une colonne, de 12 m à 13 m de hauteur, chapiteau compris, qui peut être restituée.

4Si la cargaison principale provenait exclusivement des carrières de Fanticristi et de Colonnata de Carrare, des fragments de plaques de marbres colorés (près d’une centaine de kilogrammes) ont été recueillis sur l’extrémité sud. Leur statut est important pour la détermination du port d’embarquement : seule Rome aurait pu fournir une cargaison secondaire de ce type mais il peut s’agir de résidus de chargement de liaisons antérieures perdus dans la maille de la coque. Hypothèse qui s’accorderait bien avec leur diversité et leur grande fragmentation. Des dix origines relevées, de l’Asie Mineure (Synnada, Teos) à l’Afrique du Nord (Chemtou) en passant par l’Égypte (gabbro d’Umm Shegilat), on peut noter l’exportation précoce du marbre de la Sainte-Baume, attesté jusqu’à présent, essentiellement, d’Arles à Vintimille (Mazeran 1998).

5La spécificité de la conservation dans le milieu sous-marin a permis la découverte d’objets révélateurs sur des passagers liés à la cargaison. Sous les deux blocs de l’extrémité sud, des concrétions informes durent être dégagées au marteau-piqueur. La radiographie révéla des outils de tailleur de pierre (fig. 2). Le dialogue entre le restaurateur et l’archéologue spécialiste a rendu possible la grande qualité des empreintes restituées et des conclusions scientifiques proposées (Bernard et al. 1997).

Fig. 2 – Outils après reconstitution

Fig. 2 – Outils après reconstitution

Cliché : Archéolyse.

6Quatre grands ensembles inégaux ont pu être déterminés. Le matériel de bardage est représenté par trois fragments de longue pince à talon. Le déplacement et le calage des blocs en cale nécessitaient effectivement un minimum de deux bardeurs. L’exemplaire inédit est très proche de nos pinces traditionnelles tandis que l’autre modèle est attesté dans le matériel romain des carrières de Carrare. Les percuteurs comptent trois marteaux grains d’orge dont deux sont marqués par des initiales incisées. Un seul exemplaire antique de ce type d’outil était connu dans les collections du musée d’Aquilée. Trois massettes, à extrémités évasées, sont très caractéristiques des modèles romains attestés par l’iconographie. Un ensemble de huit outils, liés selon la pratique traditionnelle des tailleurs de pierre, regroupait des outils de sculpteur, pour des travaux délicats : gravelets, mèches. Une chasse destinée aux pierres dures est la première formellement attestée pour l’Antiquité. Trois larges ciseaux à douille, en revanche, étaient réservés au travail de la pierre tendre. Deux modèles inédits de bédanes à douille sont caractérisés par leur robustesse et par l’obliquité de leur lame. On relève également des broches d’équarrissement, parfois non forgées. L’intérêt va, aussi, au-delà du simple caractère inédit des objets : ainsi l’emmanchement transversal des marteaux grains d’orge trahit l’origine orientale de deux ouvriers.

7Toujours dans le secteur sud correspondant sans doute à la poupe du navire, mais à l’extérieur des blocs, a été recueilli un fourreau de glaive et sa plaque-boucle de cingulum décorée en relief d’une scène de victoire. Ses caractéristiques le rattachent au type Pompéi précoce, proche du terminus a quo de l’épave, donné par l’unique pièce recueillie, un demi aureus de Tibère, frappé à Lyon en 27 ou 28 apr. J.-C. Cette arme trahit la présence d’un militaire, un sous-officier est même possible. La qualité et le contexte de cette découverte d’arme sont très loin des témoignages connus des épaves républicaines. Il semble permis d’envisager au-delà d’un simple passager, une escorte officielle signant le statut d’état de la cargaison.

8L’association des quelques rares clous découverts avec les plombs d’un filet de type épervier, de plombs de même type de réserve, d’un rouleau de feuille de plomb, de la pièce et les restes de quatre miroirs révèle, sans doute, l’existence d’un coffre renfermant les effets d’un membre de l’équipage. Les objets de toilette trahiraient alors un commerce privé ou des cadeaux d’escale plutôt que l’embarquement de passagères.

Haut de page

Bibliographie

Benoit F. 1952 : Fouilles sous-marines, les marbres de Saint-Tropez, Revue des Études Ligures, 3-4, p. 240-244.

Bernard H., Bessac M., Mardikian P., Feugère M. 1997 : L’épave de Porto Nuovo, Journal of Roman Archaeology, 11, p. 53-81.

Mazeran R. 1998 : Le transport maritime des marbres sous l’empire romain : les données des tranches de sciage de l’épave Porto Nuovo, près de Porto-Vecchio (Corse-du-Sud), in Rieth E. (dir.) : Méditerranée antique : pêche, navigation commerce, Congrès national des sociétés historiques et scientifiques : 120e à Aix–en–Provence les 23 au 29 octobre 1995; 121e à Nice les 26 au 31 octobre 1996, Paris, Éd. du Comité des Travaux historiques et scientifiques, p. 135-138.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les blocs de marbre
Crédits Cliché : J. Thierry.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/20629/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 729k
Titre Fig. 2 – Outils après reconstitution
Crédits Cliché : Archéolyse.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/20629/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christiane Bravard, Jacques Chiapetti, Hélène Bernard, « Au large de Porto-Vecchio – Porto Nuovo » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/20629

Haut de page

Auteur

Hélène Bernard

Drassm

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Christiane Bravard

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Jacques Chiapetti

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search