Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire2008Projets collectifs de rechercheDu site à la cité, le territoire ...

2008
Projets collectifs de recherche

Du site à la cité, le territoire de la Sarthe

Projet collectif de recherche (2008)
Responsable d’opération : Katherine Gruel

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1Le premier volet triennal de ce programme commun de recherche avait pour but de faire le point sur nos connaissances de l’occupation du territoire dans l’Antiquité afin d’identifier les principaux marqueurs de l’activité humaine en Sarthe : formes d’habitat (enclos fossoyés, villae, agglomérations), édifices publics (sanctuaires, thermes), voies de circulation, localisation des zones d’extraction des matières premières et de leur transformation. Le second volet s’est recentré sur l’acquisition de données nouvelles en particulier dans les zones boisées sur lesquelles on constatait des vides archéologiques (forêt de Perseigne, de Sillé, de Bercé) et sur la mise en œuvre de prospections systématiques sur des zones préalablement choisies.

2Les travaux récents menés par J. Corbonnois, S. Lambert, A. Belloche sur la vallée de la Sarthe consistent pour l’essentiel en l’étude et la cartographie du fond de la vallée en deux tronçons, à l’amont du Mans, entre Fresnay-sur-Sarthe et Neuvilles-sur-Sarthe, et en aval du Mans, entre Morannes et la confluence du Loir. Leur objectif est d’identifier les traits majeurs des morphologies fluviales, révélateurs du fonctionnement hydro-géomorphologique, pour mieux comprendre l’évolution des paysages. Le travail s’est fondé sur les relevés de terrain et sur l’interprétation de photographies aériennes, qui ont permis en particulier d’identifier les tracés anciens, hérités mais qui redeviennent actifs en période de débordement.

3En 2008, l’association de ce PCR Sarthe avec celui de l’Agence nationale de la recherche, CELTECOPHYS, coordonné par K. Gruel, a permis de réaliser une vingtaine d’hectares de prospections magnétiques dans la banlieue ouest d’Allonnes et sur la commune de Mont-Saint-Jean en bordure de la forêt de Sillé (fig. 1).

Fig. 1 – Mont-Saint-Jean, Roullée : prospection magnétique

Fig. 1 – Mont-Saint-Jean, Roullée : prospection magnétique

DAO : M. Dabas (GeoCarta, K. Gruel (CNRS-ENS), F. Sarreste (CAPRA).

4La prospection pédestre systématique de 500 ha du domaine boisé de Sillé entre 2004 et 2006, sous la direction de F. Sarreste, a mis en évidence une zone de production sidérurgique composée d’une quarantaine d’ateliers de traitement du minerai de fer en partie romains. L’un d’entre eux est en cours de fouilles depuis 3 ans avec une maîtrise d’œuvre et un financement du PCR Sarthe. Un édifice pourrait être en lien avec la zone de production romaine de Sillé sur la commune voisine de Mont-Saint-Jean. Une prospection électrique et magnétique a donc été effectuée par la société Géocarta en novembre 2008 ; elle confirme la présence des vestiges et permet de localiser deux bâtiments supplémentaires, jusqu’ici inédits. On voit dans la partie occidentale de la zone couverte, trois systèmes d’anomalies formant des rectangles. Il s’agit sans aucun doute de trois édifices maçonnés. L’un d’eux, celui situé au sud, présente des dimensions proches de celles d’un bâtiment dégagé au xixe s. En outre, on peut distinguer une anomalie semi-circulaire pouvant correspondre à la salle de la mosaïque (fig. 2). Ces indices permettent de reconnaître ici l’édifice dessiné par E. Hucher en 1844 (fig. 3). On remarque que ces bâtiments sont indépendants et distants d’environ 30 m les uns des autres. Ils ne semblent pas reliés par des murs, mais sont orientés de la même façon. Cette disposition ne correspond pas au plan commun d’une installation agricole. On distingue à l’intérieur la présence de plusieurs anomalies magnétiques pouvant indiquer la présence de structures de combustion (foyer domestique ou artisanal ?). Certaines des anomalies de plus petites dimensions pourraient correspondre à des sépultures ou à des dépôts de mobilier métallique associé à la nécropole ayant réoccupée le site. Le site fera l’objet d’une fouille programmée durant l’été 2009.

Fig. 2 – Mont-Saint-Jean, Roullée : mosaïque mise au jour en 1844

Fig. 2 – Mont-Saint-Jean, Roullée : mosaïque mise au jour en 1844

D’après C. Drouet, E. Hucher, Études sur l’histoire et les monuments du département de la Sarthe, Le Mans, Monnoyer, 1856.

Fig. 3 – Mont-Saint-Jean, Roullée : plan sommaire du bâtiment mis au jour en 1844

Fig. 3 – Mont-Saint-Jean, Roullée : plan sommaire du bâtiment mis au jour en 1844

D’après C. Drouet, E. Hucher, Études sur l’histoire et les monuments du département de la Sarthe, Le Mans, Monnoyer, 1856.

5Sur Allonnes, l’objectif des prospections magnétiques était de déterminer la limite ouest de la ville romaine d’Allonnes et de compléter certaines structures repérées par les photographies aériennes. Les différentes limites parcellaires sont parfaitement visibles, on peut donc analyser l’évolution des trames cadastrales de l’Antiquité à nos jours, les replacer avec précisions, y intégrer le bâti à la périphérie de la ville. Le cadastre napoléonien, géoréférencé et vectorisé, apparaît nettement à la prospection magnétique. Seules, deux parcelles préexistaient au cadastre napoléonien. Un vaste enclos double se dessine à l’Est dont le tracé complet découle de la superposition d’une image Google et de la prospection magnétique. Plus à l’ouest, plusieurs enclos sont visibles. Un retour sur les orthophotographies après les prospections géophysiques a permis de compléter certaines structures dans les parcelles voisines. De nombreuses anomalies magnétiques ponctuelles sont visibles et sont visiblement anthropiques et devront être vérifiées à la fouille. La forme et l’orientation de certaines d’entre elles pourraient correspondre à des tombes. En revanche, nous sommes hors de l’emprise de la ville romaine. La forme des enclos se rapproche plus de structures médiévales ou protohistoriques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Mont-Saint-Jean, Roullée : prospection magnétique
Crédits DAO : M. Dabas (GeoCarta, K. Gruel (CNRS-ENS), F. Sarreste (CAPRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/2085/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 2 – Mont-Saint-Jean, Roullée : mosaïque mise au jour en 1844
Crédits D’après C. Drouet, E. Hucher, Études sur l’histoire et les monuments du département de la Sarthe, Le Mans, Monnoyer, 1856.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/2085/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre Fig. 3 – Mont-Saint-Jean, Roullée : plan sommaire du bâtiment mis au jour en 1844
Crédits D’après C. Drouet, E. Hucher, Études sur l’histoire et les monuments du département de la Sarthe, Le Mans, Monnoyer, 1856.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/2085/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Katherine Gruel, « Du site à la cité, le territoire de la Sarthe » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/2085

Haut de page

Auteur

Katherine Gruel

CNRS-ENS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Katherine Gruel

CNRS-ENS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search