Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire200844 – Loire-AtlantiqueRezé – Saint-Lupien

2008
44 – Loire-Atlantique

Rezé – Saint-Lupien

Fouille programmée (2008)
Responsable d’opération : Ophélie de Peretti
Notice rédigée avec Rémy Arthuis, David Guitton, Martial Monteil et Jimmy Mouchard

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ville de Rezé

Texte intégral

1Inscrite dans la continuité des fouilles menées dans les années 1980, puis à la fin des années 1990 et début 2000, la question du lien entre la ville antique de Ratiatum et la Loire fait l’objet d’un programme pluriannuel depuis 2005. Pour le mener à bien, une équipe de recherche pluri-institutionnelle et pluridisciplinaire, composée de R. Arthuis (géomorphologue, Inrap), D. Guitton (céramologue, Inrap), M. Monteil (Maître de conférences, université de Nantes), J. Mouchard (ATER, université de Nantes) et O. de Peretti (archéologue, Ville de Rezé) a été réunie. La fouille programmée annuelle sert en outre de support à un chantier école universitaire destiné en priorité aux étudiants nantais du Master Professionnel II « les métiers de l’archéologie ».

2La campagne de 2008 s’est attachée à :

  • poursuivre l’étude menée en 2007 sur les espaces de circulation, les entrepôts portuaires et les espaces artisanaux ;
  • continuer les investigations autour des aménagements de berge ;
  • renforcer l’étude géomorphologique en s’appuyant sur une série de carottes profondes avec prélèvement systématique des sédiments.

3L’étude de la fenêtre sud, centrée sur les espaces de circulation et les entrepôts portuaires, a révélé les traces d’une première occupation dès sans doute les années 10-20 de notre ère, qui apparaît essentiellement sous la forme de fossés. Une première phase d’urbanisation, datée des années 20-50 de notre ère, est caractérisée par la mise en place probable de la rue est-ouest qui sert d’épine dorsale au quartier (la fouille n’en est toutefois pas encore achevée). En parallèle, les parcelles sont partiellement loties, sous la forme de constructions en matériaux légers édifiées sur solins de micaschiste. La plus complète dégagée à ce jour pourrait correspondre à une unité d’habitation dotée de sols en terrazzo et d’une petite salle chauffée. Le long de la rue, des foyers associés à des trous d’ancrage de poteau matérialisent des activités de forge.

4Dans les années 50-100, et alors qu’une partie du bâti antérieur subsiste, de nouveaux bâtiments sont construits. Les plus complets présentent des plans rectangulaires de grande surface et pourraient être assimilés à des entrepôts, là encore édifiés en matériaux périssables sur solins de micaschiste. Les rues est-ouest et nord-sud sont désormais assurément présentes.

5L’ensemble du quartier, tout au moins au nord de l’artère est-ouest, est réaménagé dans le courant des années 100-150. Des entrepôts occupent désormais tout l’espace bâti et sont caractérisés par des murs dont les parements à moellons de granite sont liés au mortier. Une partie d’entre eux a été figée par la mise en valeur de la portion de site fouillée dans les années 1980.

6Du fait des labours modernes et contemporains, les sols fonctionnant avec cette phase de réaménagement ont quasiment tous disparu, si bien que le site dans sa partie méridionale offre une vision somme toute diachronique des vestiges (fig. 1).

Fig. 1 – Axes de circulation, entrepôts portuaires et espaces artisanaux

Fig. 1 – Axes de circulation, entrepôts portuaires et espaces artisanaux

À droite, les zones découvertes dans les années 1980 et valorisées ; à gauche, les espaces mis au jour récemment. Photographie prise au ballon captif.

Cliché : Regaphoto.

7Du côté nord, une fenêtre de fouille a repris en grande partie celle ouverte en 2007 (non étudiée du fait d’une inondation quasiment permanente) tout en l’élargissant.

8De part et d’autre du débouché d’une rue nord-sud, deux imposantes constructions de forme quadrangulaire sont édifiées en débordant vers le nord par rapport à l’axe du mur de berge reconnu à l’ouest en 2003 puis en 2005-2006. La découverte d’une longue poutre en chêne et la mise en évidence de trous d’ancrage de poutres verticales permettent de restituer une construction mixte (pierre sèche et bois), subdivisée en plusieurs caissons.

9L’ensemble de l’aménagement de berge, qui s’inscrit à l’emplacement d’une rupture de pente, est désormais reconnu sur plus de 90 m de long. Il présente un caractère monumental affirmé, marqué par un mur de terrasse qui s’élargit au contact d’au moins une des voies d’accès perpendiculaire au fleuve. Sa mise en place peut être située dans les années 50-70 et il fonctionne, vers le nord, avec la pente naturelle du rocher.

10Au-devant de ce dispositif, plusieurs dizaines de pieux ont été dégagés au contact du substrat puis prélevés. Leur datation et leur fonction restent encore imprécises.

11La première moitié du iiie s. de notre ère signe l’abandon progressif du quartier et le réaménagement du mur de berge. Ce dernier est en effet partiellement refait puis détruit. Ses matériaux, associés à d’autres, sont utilisés pour construire une rampe artificielle qui se dirige vers le nord et le fleuve, à la façon d’une cale. Cette rampe, qui répond peut-être à un changement dans le régime hydrologique du fleuve, est plusieurs fois rechargée jusque, sans doute, dans le courant du ve s. de notre ère. Le quartier des entrepôts, par contre, est déserté selon toute vraisemblance passé le milieu du iiie s. de notre ère (fig. 2).

Fig. 2 – Plan général des vestiges du quartier

Fig. 2 – Plan général des vestiges du quartier

DAO : M. Monteil (université de Nantes).

12Enfin, de nouveaux forages carottés réalisés au nord du mur de berge ont permis de restituer une terrasse rocheuse qui descend en pente douce vers le lit profond de la Loire, situé à distance. La mise en évidence de cette dernière n’est pas sans conséquence sur le fonctionnement du cours d’eau situé devant le port antique. En effet, s’il convient désormais d’exclure toute possibilité de quai en limite de cette terrasse rocheuse, le contexte général est toutefois propice à la mise en place d’une zone d’échouage et de déchargement de marchandises, compte tenu de l’absence de courant violent. À l’inverse, cette zone portuaire est plus facilement ensablée pour peu que la charge transportée par le fleuve augmente (progradation sableuse).

13Ces mêmes carottages ont permis d’observer de puissantes alluvions déposées entre le milieu du iiie s. au plus tôt et le début du Moyen Âge, incisées par une boire et qui témoignent d’un ensablement assez rapide de la zone portuaire (fig. 3).

Fig. 3 – Plan général de la zone 4 (secteurs 11 et 12) en 2008

Fig. 3 – Plan général de la zone 4 (secteurs 11 et 12) en 2008

DAO : J. Mouchard (université de Nantes).

14À ce jour, les murs de terrasse, liés à l’aménagement de la berge, ont été mis au jour, sur un linéaire de plus de 90 m sans qu’aucune limite est ou ouest n’ait été atteinte. Il est désormais nécessaire de poursuivre nos investigations sur cette construction monumentale ainsi que sur le quartier pour mieux en cerner les différentes phases de construction et les mettre en corrélation avec les données géomorphologiques qui éclairent la dynamique fluviale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Axes de circulation, entrepôts portuaires et espaces artisanaux
Légende À droite, les zones découvertes dans les années 1980 et valorisées ; à gauche, les espaces mis au jour récemment. Photographie prise au ballon captif.
Crédits Cliché : Regaphoto.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/2165/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Titre Fig. 2 – Plan général des vestiges du quartier
Crédits DAO : M. Monteil (université de Nantes).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/2165/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Fig. 3 – Plan général de la zone 4 (secteurs 11 et 12) en 2008
Crédits DAO : J. Mouchard (université de Nantes).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/2165/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ophélie de Peretti, Rémy Arthuis, David Guitton, Martial Monteil et Jimmy Mouchard, « Rezé – Saint-Lupien » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/2165

Haut de page

Auteurs

Rémy Arthuis

Inrap

Articles du même auteur

David Guitton

Inrap

Articles du même auteur

Martial Monteil

Université de Nantes

Articles du même auteur

Jimmy Mouchard

Université de Nantes

Articles du même auteur

Ophélie de Peretti

Ville de Rezé

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Ophélie de Peretti

Ville de Rezé

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search