Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire200849 – Maine-et-LoireAngers, Avrillé – Zac du Plateau ...

2008
49 – Maine-et-Loire

Angers, Avrillé – Zac du Plateau de la Mayenne

Fouille préventive (2008)
Responsable d’opération : Nicolas Pétorin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La Zac du Plateau de la Mayenne, pour la troisième tranche de son extension (ancien terrain de Golf de Angers-Avrillé), a fait l’objet d’un diagnostic archéologique (J. Tourneur, 2006) qui a principalement eu pour objectif et résultat, de caractériser le site de Beauséjour, antérieurement repéré par photographie aérienne.

2Cet enclos fossoyé quadrangulaire à enceinte double est implanté en rebord de plateau et surplombe d’une quarantaine de mètres la vallée de la Mayenne et sa confluence avec la Sarthe. Sous un mince horizon de terre végétale, le substrat rocheux est constitué d’une alternance de schistes et de grès compacts. Dans ce contexte géomorphologique a priori peu propice à une bonne conservation, l’érosion « naturelle » du site n’est pas homogène. En revanche, les aménagements anciens liés au Golf (bunkers sableux, tranchées de drainage, d’arrosages, plantations,…) ont ponctuellement gravement perturbé le terrain. L’angle intérieur occidental de l’enclos a été totalement détruit et une vaste carrière ouverte a occulté la délimitation de l’angle oriental.

3Sur une superficie décapée d’environ 1 ha, la fouille réalisée à l’automne 2008 a néanmoins permis de cerner les formes de l’enclos, d’établir la succession des aménagements, et la chronologie de La Tène finale et ier s. av. J.‑C.

4L’enceinte de Beauséjour se caractérise par deux enclos quadrilatéraux emboîtés d’une surface totale de 7 500 m2. Les limites fossoyées interne et externe sont régulièrement espacées de 3 à 4 m. Aucune fosse n’a été reconnue dans ce couloir intermédiaire périphérique. Il faut y envisager la présence d’un talus défensif. Dans la phase finale de l’occupation, le fossé interne a pu servir de tranchée de fondation d’une palissade. Le petit côté nord-est correspondrait à la façade de l’enceinte puisqu’il s’interrompt par un accès d’une largeur de 5 m, en position médiane, desservant la cour interne de 5 800 m2. Des fossés orthogonaux divisent la cour en 5 lots de tailles variables, délimitées par des tronçons de fossés orthogonaux, et intégrant ou non des constructions diverses (bâtiments, « greniers » à 4 poteaux - bâtiments III, IV, VI -). La structure des bâtiments repose sur un module de base à 5 poteaux (4 pour l’architecture principale et 1 en abside), de 4 m à 5,5 m de large, pour 5 m à 7 m de long (avec abside en pignon) – bâtiments I, II, V.

5Ce schéma définitif n’est que l’aboutissement de l’évolution continue in situ d’un enclos initial, repris, agrandi et ré-agencé au long de l’occupation. Grosso modo, cet enclos fondateur est un rectangle allongé nord-ouest – sud-est (perpendiculaire à l’enclos final), de 55 m x 75 m (4 200 m2), qui dans la topographie « achevée », correspond aux délimitations des deux-tiers orientaux de l’enclos interne. Les deux seuls éléments qui semblent être effectivement abandonnés entre plan initial et plan final sont, d’une part un petit fossé de partition interne (légèrement oblique et « discordant »), d’autre part la matérialisation d’une entrée (interruption de creusement de 3 m, vestiges d’un portail) sur le petit coté sud-est.

6Dans l’enceinte elle-même et ses cloisonnements identifiés, l’évolution de l’organisation spatiale et l’attribution de telle ou telle fonction à chaque « module » sont difficiles à définir formellement. En effet, certaines zones « vides » ne sont que le reflet des destructions antérieures à notre intervention (angle nord-ouest notamment) et, à l’inverse, des secteurs denses en vestiges peuvent correspondre indifféremment à l’une, l’autre ou les deux phases majeures de l’évolution du site.

7En aucun cas le mobilier archéologique, homogène, relativement peu abondant et provenant dans sa grande majorité des fossés internes communs à l’ensemble de l’occupation, ne permet de caractériser la chronologie des aménagements : une datation La Tène finale (La Tène D), éventuellement un peu tardive (La Tène D1b - La Tène D2) – avec prudence –, a été retenue pour le fonctionnement global du site (plus ou moins deux générations).

8Beauséjour est définitivement abandonné dans la seconde moitié du ier s. av. J.‑C. sans le moindre indice de fréquentations sporadiques plus tardives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Pétorin, « Angers, Avrillé – Zac du Plateau de la Mayenne » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/2191

Haut de page

Auteur

Nicolas Pétorin

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Pétorin

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search