Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire200853 – MayenneThorigné-en-Charnie – Grotte Margot

2008
53 – Mayenne

Thorigné-en-Charnie – Grotte Margot

Fouille programmée (2008)
Responsable d’opération : Romain Pigeaud

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1Depuis 1998, Dans le cadre du programme « Occupations paléolithiques de la vallée de l’Erve » de l’UMR 6566 du CNRS de l’université de Rennes 1, coordonné par Jean-Laurent Monnier, avec le concours du ministère de la Culture et de la Communication et du conseil général de la Mayenne, deux équipes, dirigées par Stéphan Hinguant et Romain Pigeaud s’attachent à retrouver les témoignages de la présence de l’homme paléolithique. Une vingtaine de grottes sont répertoriées. Deux d’entre elles sont ornées : la grotte Mayenne-Sciences, découverte par l’équipe dirigée par Roger Bouillon, en 1967 et la grotte Margot, dont les représentations ont été formellement identifiées en 2005.

2Les objectifs de la campagne 2008 étaient les suivants :

  • étudier et relever les représentations découvertes au cours des campagnes précédentes ;
  • poursuivre les prospections sur les parois et relever les découvertes ;
  • établir un inventaire précis ;
  • déterminer précisément les espaces de circulation à l’époque paléolithique ;
  • évaluer l’état sanitaire de la cavité.

3Les opérations suivantes ont donc été effectuées :

  • campagne d’études et de relevés dans la grotte Margot du 29 juin au 29 août 2008, par une équipe dirigée par R. Pigeaud et C. Dufayet ;
  • relevé et étude des graffiti modernes par J.-R. Ladurée et J.-P. Betton ;
  • relevé des unités graphiques déjà connues : représentations 30, 32, 35, 50, 51, 52, 58, 68, 90 empreintes digitales D2 et D3, taches noires N2, N3, N5, N6, N7, N13, N15 et tache rouge R3 ;
  • correction et révision des relevés des représentations 20, 42, 43, 49 ;
  • découverte des représentations 70 à 95 ;
  • relevé des nouvelles représentations : 70, 71, 72, 74, 75, 76, 77, 78, 80, 82, 85, 86 ;
  • profil de la paroi gauche de la galerie du Chêne pétrifié ;
  • réalisation d’une base FileMaker ;
  • coupes transversales des secteurs I à X, par E. Panloups (Inrap) ;
  • prises de vues photographiques par J.-D. Lajoux (CNRS) ;
  • pose, dans la nuit du 26 au 27 août, de stations topographiques permanentes, par V. Pommier (Inrap), assisté de N. Le Meur (service régional de l’archéologie des Pays de la Loire).

4Parallèlement, des études géophysiques ont été effectuées dans la vallée de l’Erve, par R. Valois, doctorant (UMR 7619 du CNRS, université Pierre-et-Marie-Curie Paris-VI).

5Nous avons également eu le grand honneur de recevoir la visite de spécialistes de l’art paléolithique, venus examiner nos travaux et nos découvertes : G. Bosinski, D. et A. Vilhena-Vialou, G. Sauvet. Si certaines de nos interprétations sont encore sujettes à discussion (en particulier, l’identification taxinomique de l’ansériné), il ne fait plus aucun doute que les unités graphiques découvertes par notre équipe appartiennent à l’époque paléolithique. G. Bosinski a par ailleurs confirmé notre interprétation d’une gravure découverte en 2005 comme une figure féminine schématique, de type Gönnersdorf-Lalinde.

6Enfin, le 2 juillet, G. San Juan, conservateur régional de l’archéologie des Pays-de-la-Loire, N. Le Meur, ingénieur d’étude au service régional de l’archéologie des Pays de la Loire, G. Orliac et S. Touron, du Laboratoire de recherches sur les Monuments historiques, sont venus examiner les champignons qui se sont développés sur le pont aménagé dans la salle des chevaux (secteur XII). Il a été décidé de condamner, pour le moment, l’accès à cette salle et de pulvériser un produit pour éliminer la pollution, ainsi que de retirer le pont.

7Dans l’état actuel des recherches, la grotte Margot comporte 101 unités graphiques, qui se répartissent comme suit :

  • 95 représentations figuratives et abstraites, dont 7 chevaux, 8 rhinocéros (fig. 1) laineux, 2 mégacéros (fig. 2), 2 bovidés, 5 oiseaux (dont 1 corvidé), un suidé, 2 anthropomorphes, 2 sexes féminins ;
  • 16 traces noires (traits et ponctuations) ;
  • 3 traces rouges (traits) ;
  • 8 tracés digitaux (3 mains positives et 5 mains négatives).

Fig. 1 – Rhinocéros peint en noir no 82

Fig. 1 – Rhinocéros peint en noir no 82

Relevé : R. Pigeaud (CNRS-MNHN), E. Bougard.

Fig. 2 – Mégacéros gravé no 52

Fig. 2 – Mégacéros gravé no 52

Son corps utilise le relief de la paroi

Relevé : C. Dufayet.

8Nous proposons de les classer en trois ensembles :

  • des peintures, attribuées au Gravettien (environ 25 000 BP), contemporaines de Mayenne-Sciences, avec les mains positives et négatives, le bison, les 2 mégacéros, peut-être les 2 rhinocéros laineux peints ;
  • des gravures fines et détaillées, attribuées au Magdalénien final (environ 12 000 BP), avec les chevaux, les 3 rhinocéros laineux, les oiseaux, les 2 anthropomorphes et les 2 sexes féminins ;
  • d’autres gravures, plus fines, paraissent comparables aux représentations figurées sur les plaquettes solutréennes de la grotte Rochefort et donc rapportables à cette période.

9Nos prospections nous ont permis de conclure que toutes les parois de la grotte sont ornées. Il nous reste encore beaucoup de tracés à mettre au jour, étant donné l’étroite imbrication des traits sur les parois de la galerie du Chêne pétrifié, fruit d’une accumulation comparable à celles que l’on peut observer, par exemple, dans l’Abside de la grotte de Lascaux (Dordogne) et dans le Sanctuaire de la grotte des Trois-Frères (Ariège), avec deux fois 15 m de parois, sur la gauche et sur la droite, sur 2,50 m de hauteur. Certaines gravures étant situées dans des endroits difficiles d’accès, il nous est impossible de les relever pour le moment, à moins de réaliser un moulage de la paroi.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Rhinocéros peint en noir no 82
Crédits Relevé : R. Pigeaud (CNRS-MNHN), E. Bougard.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/2212/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 2 – Mégacéros gravé no 52
Légende Son corps utilise le relief de la paroi
Crédits Relevé : C. Dufayet.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/2212/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Pigeaud, « Thorigné-en-Charnie – Grotte Margot » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/2212

Haut de page

Auteur

Romain Pigeaud

CNRS-MNHN

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Romain Pigeaud

CNRS-MNHN

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search