Navigation – Plan du site

AccueilRégionsPays de la Loire200849 – Maine-et-LoireAngers – Rue d’Alsace

2008
49 – Maine-et-Loire

Angers – Rue d’Alsace

Fouille préventive (2008)
Responsable d’opération : Élodie Cabot

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1En amont des travaux de voirie liés à la construction d’une ligne de tramway à Angers, plusieurs opérations archéologiques ont été prescrites par le service régional de l’archéologie. La fouille de la rue d’Alsace intervient dans ce contexte afin de préciser les occupations antiques et médiévales du quartier.

2On attendait de ces fouilles des précisions sur l’occupation antique, dont l’existence est connue de longue date mais pour laquelle bien des questions demeurent, concernant en particulier sa nature et son organisation.

3L’intervention rue d’Alsace a permis d’éclaircir ces questions, avec la mise au jour d’un cardo de la trame viaire du Haut-Empire dont on ignorait qu’il se poursuivait jusque dans ce secteur très périphérique de Juliomagus. Sa date de mise en place, vers les années 20-30 apr. J.‑C., est similaire à celle des autres rues de la ville, mais elle succède à une mise en réserve de l’espace remontant au début de notre ère (deux fossés antérieurs à la première voirie encadrent son futur emplacement). Ce phénomène, déjà mis en évidence à Angers, suggère un net décalage chronologique entre la conception du plan urbain (sous Auguste) et sa réalisation effective (sous Tibère). L’occupation qui se déploie le long de cette rue, bordée de trottoirs, se caractérise dans un premier temps par une activité liée aux arts du feu, à laquelle succède, à partir de la seconde moitié du ier s., une probable maison d’habitation. Les travaux d’urbanisme du xixe s. ont détruit une grande partie de ces vestiges, dont les plus récents franchissent tout juste le début du iie s.

4Les destructions modernes des xviiie et xixe s., avec jusqu’à 2,80 m de décaissement, ont détruit une bonne part des vestiges de l’époque médiévale (notamment rue d’Alsace et dans le haut de la place du Ralliement). Ainsi, la présence du cimetière paroissial n’a pu être établie avec précision bien que des tombes aient été retrouvées dans une rue perpendiculaire, directement sous la chaussée moderne (rue des Angles). L’église Saint-Maimbœuf (reconstruction postérieure au xiie s.) représentée par une partie de son chevet a ainsi été replacée avec précision dans la topographie du quartier (fig. 1). Vingt-trois sépultures ont été fouillées, dont la datation (en l’attente de 14C) varie du viie au xve s. En effet, plusieurs modes d’inhumations sont représentés, témoignant d’époques et de pratiques différentes. Aucun vestige directement associé à l’édifice religieux primitif (Saint-Saturnin, vie s.) n’a été mis en évidence.

Fig. 1 – Chevet de l’église Saint-Maimbeuf

Fig. 1 – Chevet de l’église Saint-Maimbeuf

Cliché : É. Cabot (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Chevet de l’église Saint-Maimbeuf
Crédits Cliché : É. Cabot (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/2230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Cabot, « Angers – Rue d’Alsace » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Pays de la Loire, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 24 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/2230

Haut de page

Auteur

Élodie Cabot

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Élodie Cabot

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search