Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20172A – Corse-du-SudBonifacio – La maison des Podestats

2017
2A – Corse-du-Sud

Bonifacio – La maison des Podestats

Opération préventive de diagnostic (2017)
Responsable d’opération : Isabelle Remy

Texte intégral

1Cette maison génoise de Bonifacio, déjà rénovée dans les années 1970-1980, possède une belle façade médiévale dont certains traits sortent de l’ordinaire (fig. 1). Elle est implantée à un endroit stratégique, face à la loggia de l’église Sainte-Marie-Majeure et à côté du palais des Podestats (ou palais public), ce qui explique qu’elle ait été qualifiée de « maison des Podestats », en dépit de l’absence de toute preuve textuelle. Cette maison a été observée dans le récent recensement des maisons médiévales du centre historique et à l’occasion du classement d’une partie de la ville haute en ZPPAUP en 2010, mais aucune étude archéologique de bâti n’avait jamais été réalisée. De la sorte, la rénovation des trois façades de la maison des Podestats fournissait la première opportunité de se concentrer sur cette architecture médiévale de Bonifacio dans le cadre d’une intervention en archéologie préventive.

Fig. 1 – Photomontage de la façade orientale

Fig. 1 – Photomontage de la façade orientale

Cliché : I. Rémy (Inrap).

2L’opération a pris la forme d’un diagnostic, étant donné que son attribution au Moyen Âge était évidente compte tenu des nombreux attributs déjà visibles. Le but du diagnostic archéologique était donc plus précisément de compléter les données historiques en termes de chronologie mais aussi de déterminer le type de mesures de conservation dont la maison doit faire l’objet. L’intervention des Monuments Historiques est dans ce cadre indispensable pour guider au mieux le projet, en respectant l’évolution et les caractéristiques du bâtiment étudié.

3Les choix méthodologiques ont été toutefois conformes aux objectifs attendus dans le cadre d’un diagnostic. Les informations archéologiques étaient directement accessibles uniquement sur les deux premiers niveaux de la façade orientale. Son étage supérieur ainsi que les façades septentrionale et méridionale, masqués par les enduits, ont été observés au moyen de sondages ouverts en bandeau d’environ 1 m de hauteur. La corrélation entre ces éléments permet de proposer un phasage que l’on peut simplifier en quatre périodes principales.

L’état médiéval

4Le bâtiment médiéval correspondrait au volume principal se développant sur un plan quadrangulaire de 100 m2. Cet état est documenté par les élévations orientale, méridionale et occidentale. L’élévation orientale correspond à la façade en appareil régulier dressée face à l’église. Elle fait l’objet d’un soin particulier car elle a vocation d’afficher le statut de son propriétaire. Le diagnostic a mis en évidence que la façade septentrionale est un placage édifié autour du xixe s. Une hypothèse vraisemblable est donc que cette maçonnerie masque une élévation médiévale. L’espace, à l’ouest, abritant la cage d’escalier, était initialement une ruelle qui a été bâtie avant le xixe s. lors d’une pression démographique. La maison des Podestats disposerait donc de trois élévations ouvertes sur rue. La quatrième élévation, au sud, est un mur latéral partagé avec de petites maisons qui se sont effondrées.

5Néanmoins, seules les élévations orientale et méridionale peuvent être caractérisées. Bien que contemporaines, elles font l’objet de mises en œuvre bien distinctes reflétant sans doute un statut différent : le mur mitoyen est en appareil irrégulier, tandis que la façade orientale est réalisée en moellons dressés dans du calcaire bonifacien. Sur cette façade, seuls les deux premiers niveaux documentent cet état médiéval. Pour le rez-de-chaussée, il demeure la baie en plein cintre à l’extrémité septentrionale. Elle était initialement associée à une seconde baie, qualifiée de porte, car plus étroite. De cette dernière, il ne reste qu’un piédroit coiffé par un départ en léger arc de cercle. Le second niveau correspond à l’étage noble. Il était éclairé par trois grandes fenêtres dont les éléments étaient inscrits dans l’embrasure d’une grande arcade au tracé très légèrement brisé. Les parties constitutives de ces fenêtres, hormis les grandes arcades, ont disparu. Seules les deux assises supérieures du tympan de la fenêtre centrale, avec le bloc orné des deux blasons, appartiennent au dispositif d’origine (fig. 2). Les deux niveaux sont séparés par un cordon régnant sous appui associé à une frise d’arceaux dont les retombées sont en grande partie reconstituées lors de la campagne de restauration des années 1970-1980.

Fig. 2 Tympan de la fenêtre médiévale, à blasons fleurdelysés

Fig. 2 – Tympan de la fenêtre médiévale, à blasons fleurdelysés

Cliché : I. Rémy (Inrap).

Les interventions sur la façade comprises entre le xiiie et le milieu du xixe s.

6Deux, voire trois portes étroites et rectangulaires, couvertes par un linteau plat surmonté d’un bloc de granite, sont le fruit d’une première intervention au rez-de-chaussée. Ces ouvertures très étroites sont potentiellement de l’extrême fin du Moyen Âge ou du début de la période moderne, ce qui demande à être précisé. Ce modèle se trouve un peu partout dans la ville haute, souvent en association avec des escaliers très raides, aménagés contre un des murs latéraux et desservant les étages d’habitation. Il faudrait donc peut-être corréler ces ouvertures bien particulières avec une réorganisation interne du bâtiment.

7Toujours au rez-de-chaussée, deux baies couverte par un arc segmentaire extradossé détruisent et remplacent ces portes. Elles sont de facture moderne, autour du xviiie s. Les deux baies sont utilisées conjointement à la grande baie médiévale maintenue en usage. Ces créations s’accompagnent avec certitude d’une réorganisation interne : les cloisons de briques épaisses, séparant les trois espaces toujours en usage et que les portes desservent, s’adossent en effet aux maçonneries qui condamnent les portes étroites de l’état antérieur.

Construction de la façade septentrionale et annexion de la parcelle mitoyenne à l’ouest

8Cet état correspond à une modification importante de la maison. La façade septentrionale est édifiée après la première moitié du xixe s., puisque cette construction ferme aussi la petite parcelle étroite (large de 2 m et traversante) interprétée comme une rue, se développant contre la façade occidentale de la maison, et qui est encore représentée sur le cadastre napoléonien.

9Au deuxième étage, la maçonnerie est chaînée avec le retour sur la façade orientale, attestant que ces travaux sur la façade septentrionale s’accompagnent de la surélévation de la maison. Cet étage est soit une surélévation d’une maison médiévale dès l’origine à deux niveaux, soit le remplacement d’un étage déjà existant, par conséquent modifié ou détruit.

10La façade septentrionale et l’étage sont ajourés de fenêtres rectangulaires. Elles sont toutes de conception assez similaire, malgré de nombreuses interventions destinées d’abord à les agrandir, puis à les rétrécir.

11Au premier étage, les fenêtres médiévales ont probablement fait l’objet d’un premier remplacement puisque les cartes postales antérieures à la rénovation témoignent de l’existence de trois fenêtres rectangulaires (à vitraux selon les sources) dont l’architecte de la rénovation des années 1970-1980 a dû s’inspirer. Cependant, il est difficile de corréler cette étape d’aménagement à l’une de celles qui ont été évoquées. Il est raisonnablement possible d’imaginer que ce remplacement est assez tardif.

Les dernières interventions

12Les maisons qui se trouvaient contre l’élévation méridionale se sont effondrées apparemment dans les années 1950-1960. Leur disparition a permis d’ouvrir plusieurs fenêtres dans l’élévation méridionale.

13La rénovation des années 1970-1980 correspond à une dernière étape majeure d’intervention. Les façades sont enduites d’un ciment de couleur saumon. Cet enduit permet d’identifier aisément les points où se sont déroulées les opérations. Les fenêtres qui se trouvent actuellement dans les arcatures médiévales sont le fruit de cette campagne. Elles reprennent le modèle rectangulaire déjà en remplacement des baies médiévales mais flanquées chacune par deux niches étroites d’inspiration gothique. L’usage d’IPN, de béton, de briques mécaniques et autres dalles de pierre reconstituées découpées à la scie ou à la meuleuse conforte leur appartenance à la période contemporaine, ce qui fut la grande surprise de cette opération.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Photomontage de la façade orientale
Crédits Cliché : I. Rémy (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22457/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 762k
Titre Fig. 2 Tympan de la fenêtre médiévale, à blasons fleurdelysés
Crédits Cliché : I. Rémy (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22457/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 993k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Remy, « Bonifacio – La maison des Podestats » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/22457

Haut de page

Auteur

Isabelle Remy

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Isabelle Remy

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search