Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20172A – Corse-du-SudSarrola-Carcopino – Mezzana

2017
2A – Corse-du-Sud

Sarrola-Carcopino – Mezzana

Opération préventive de diagnostic (2017)
Responsable d’opération : Laurent Vidal
Notice rédigée avec Serge Bonnaud et Kewin Peche-Quilichini

Texte intégral

1En préalable à un projet d’aménagement portant sur 10 ha de terrain, au lieu-dit Mezzana (commune de Sarrola-Carcopino), un diagnostic archéologique a été réalisé dans le cadre d’une première tranche de travaux d’une superficie de 3,1 ha. Les travaux intéressent des terrains, aujourd’hui envahis par le maquis, comprenant une partie d’une très grande parcelle et un bâtiment en ruine. L’emprise concerne trois grandes terrasses alluviales de la rive droite de la Gravona. Ces dernières, surplombant le cours d’eau, s’étagent du sud-est au nord-est de 40 à 53 m NGF. Vingt-huit tranchées de diagnostic ont été réalisées dans les layons ouverts dans le maquis par l’aménageur. Elles ont permis des observations archéologiques sur 1385 m2 et montrent que le recouvrement sédimentaire superficiel reposant sur le substrat géologique alluvial excède rarement 0,20 à 0,30 m d’épaisseur.

2Les structures archéologiques observées se rapportent à trois grandes périodes d’occupation.
La plus ancienne est marquée par une fosse isolée se trouvant sur la terrasse la plus haute. Elle est de plan ovale, mesure pour la plus grande dimension 1,73 m de longueur, et se trouve conservée sur 0,20 m de profondeur. Son comblement comprend de nombreux galets emballés dans une matrice sableuse recelant des fragments de charbons de bois. Il livre aussi trois amas de torchis portant des traces de clayonnages et un grand bloc de pierre (polissoir) dont une face porte les stigmates d’une abrasion irrégulière (fig. 1). La datation radiocarbone obtenue sur un fragment de charbon de bois sélectionné par Isabel Figueiral (Inrap) situe le fonctionnement de la fosse à la fin du iie millénaire av. J.‑C., ce qui correspond au Bronze final 2. Le Bronze final n’est documenté dans cette région que sur les sites d’I Casteddi (Tavera, Corse-du-Sud) et d’Alzolu-Cuccuraccia (Cauro, Corse-du-Sud).

Fig. 1 – Polissoir de l’âge du Bronze

Fig. 1 – Polissoir de l’âge du Bronze

Cliché : L. Vidal (Inrap).

3La seconde période d’occupation mise au jour concerne le Moyen Âge. Elle a été détectée au pied de la terrasse intermédiaire. Elle se caractérise par trois types de structures archéologiques. Le plus remarquable est un niveau d’occupation constitué par une couche noirâtre d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur comprenant des galets dans une matrice sableuse, largement homogénéisée par l’action des agents biologiques. Il s’étend sur 1 180 m2 dans l’emprise mais se trouve observé sur au moins 1 300 m2. De façon exceptionnelle, par endroits, il est enfoui sous 0,20 m à 0,45 m d’épaisseur de sédiment. Ailleurs, il semble se confondre rapidement avec le maigre horizon de terre arable présent. Ce niveau livre des tessons de céramique modelée, quelques rares galets portant les stigmates d’une utilisation abrasive, des nodules de terre cuite (fragments de torchis probables) mais aussi des particules de limaille signant la présence d’un travail du fer. Il n’a pas été mis en évidence de niveaux de circulations ou de structures particulières (foyer). Un deuxième type de structure archéologique est constitué par un amas de galets enfoui observé dans deux tranchées contiguës dans la partie sud et au centre de l’emprise du niveau d’occupation. Il mesure au maximum 4,40 m de large pour une quarantaine de centimètres d’épaisseur et s’étend sur au moins 20 m de long. Il paraît reposer sur le niveau d’occupation mais pourrait bien fonctionner avec lui. Le contexte archéologique invite à le considérer comme un aménagement pouvant être lié à l’occupation. Il pourrait constituer la partie en dur (soubassement ? élévation ?) d’une construction en partie effondrée (unité domestique ? enclos ? unité artisanale ?). Un troisième type de structure archéologique a été rencontré plutôt en périphérie du niveau d’occupation, ou bien lorsque le décapage a été poussé à travers ce dernier. Il s’agit d’un semis irrégulier de petites fosses d’une vingtaine de centimètres de diamètre en moyenne. La seule ayant fait l’objet d’un sondage présente une paroi verticale. Son remplissage comprend sur un côté une sorte d’empilement de galets qui invite à considérer cette petite excavation comme un dispositif de maintien d’une armature en bois aujourd’hui disparue. En additionnant l’emprise du niveau d’occupation et les espaces comprenant les probables fosses de calage de poteau, l’établissement a été observé en tout sur 2 400 m2 mais doit s’étendre encore vers le nord-est.

4Sur l’ensemble du niveau d’occupation, la vaisselle recueillie est tout à fait originale : fabriquée localement, son aspect ne rappelle ni les poteries modelées antiques ni celles de la fin du Moyen Âge. N’ayant pas de caractéristiques typochronologiques bien précises, deux datations radiocarbone ont été réalisées. Elles portent sur des fragments de charbons de bois récoltés dans deux tranchées éloignées et sélectionnés par I. Figueiral. L’un provient du remplissage de la seule fosse de calage de poteau sondée : il livre une date se trouvant dans un intervalle allant de 715 à 890 apr. J.‑C. L’autre a été prélevé dans le niveau d’occupation bien enfoui où il livre de la limaille de fer. Il donne une date s’inscrivant dans un intervalle allant de 985 à 1115 apr. J.‑C. Ces deux dates se rapportent à une phase du Moyen Âge pour laquelle, en Corse, les données matérielles sont quasi absentes. Tout au plus, c’est entre la fin du xie et le tout début du xiis. que dans les sources écrites apparaissent des unités d’exploitation dénommées curtes, casamenta ou case devant comporter des habitations.

5La troisième période d’occupation repérée, la plus récente, est centrée sur le xixs. Elle est marquée par une petite construction aujourd’hui en ruine, des fossés de parcelles et le renforcement des terrasses naturelles par de modestes alignements de très gros galets. L’ensemble peut être mis en relation avec la mise en valeur agro-pastorale des zones rurales en périphérie d’Ajaccio, qui devient le chef-lieu administratif de l’île à cette époque.

6Le diagnostic réalisé au lieu-dit Mezzana entre une marque ponctuelle d’une occupation du Bronze final et la forte empreinte d’une exploitation agricole au xixs. – des terrasses alluviales – révèle l’existence d’un établissement médiéval rural de plaine des viiie-xiis. Il consiste principalement en une architecture sur armatures de bois. L’ensemble est inédit pour cette époque en Corse et ouvre des perspectives pour commencer à combler les lacunes archéologiques sur la période s’étendant entre l’Antiquité tardive et le Moyen Âge des châteaux et des églises piévanes, période bien documentée pour lors.

Fig. 2 Fosse de calage de poteau médiévale

Fig. 2 – Fosse de calage de poteau médiévale

Cliché : L. Vidal (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Polissoir de l’âge du Bronze
Crédits Cliché : L. Vidal (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22531/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 862k
Titre Fig. 2 Fosse de calage de poteau médiévale
Crédits Cliché : L. Vidal (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22531/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Vidal, Serge Bonnaud et Kewin Peche-Quilichini, « Sarrola-Carcopino – Mezzana » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/22531

Haut de page

Auteurs

Laurent Vidal

Inrap

Articles du même auteur

  • Aléria – Lamajone [Texte intégral]
    Opération de sauvegarde par l’étude (2019)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Aléria – Lamajone [Texte intégral]
    Opération préventive de diagnostic (2017-2018)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Aléria – Casabianda [Texte intégral]
    Opération avant travaux Monument Historique (2017)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Aléria – Teppe Rosse [Texte intégral]
    Opération préventive de diagnostic (2017)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Furiani – San Pancraziu [Texte intégral]
    Opération préventive de diagnostic (2017)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Bastia – Labretto [Texte intégral]
    Opération préventive de diagnostic (2016)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Tous les textes...

Serge Bonnaud

Inrap

Articles du même auteur

Kewin Peche-Quilichini

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Laurent Vidal

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

  • Aléria – Lamajone [Texte intégral]
    Opération de sauvegarde par l’étude (2019)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Aléria – Lamajone [Texte intégral]
    Opération préventive de diagnostic (2017-2018)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Aléria – Casabianda [Texte intégral]
    Opération avant travaux Monument Historique (2017)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Aléria – Teppe Rosse [Texte intégral]
    Opération préventive de diagnostic (2017)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Furiani – San Pancraziu [Texte intégral]
    Opération préventive de diagnostic (2017)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Bastia – Labretto [Texte intégral]
    Opération préventive de diagnostic (2016)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search