Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20172A – Corse-du-SudSartène – Castellu di Tali (Litala)

2017
2A – Corse-du-Sud

Sartène – Castellu di Tali (Litala)

Sondage (2017)
Responsable d’opération : Gilles Giovannangeli
Notice rédigée avec David Ollivier

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017

Numéro d’opération :

081538

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1La campagne 2017 à Litala s’est inscrite dans le prolongement de la première opération effectuée l’an dernier sur ce site castral. Elle a permis de mettre au jour et de réaliser un relevé topographique plus précis d’un tronçon de l’enceinte qui avait été reconnue en 2016 sur plus de 20 m de long (fig. 1). Barrant au sud-est le flanc le plus vulnérable du périmètre sommital, et implantée entre deux ensembles rocheux portant des lambeaux de fortifications, cette puissante structure défensive, maçonnée au mortier de chaux, a sans doute fait l’objet d’au moins deux phases de construction, avec notamment un doublement de la partie nord du mur.

Fig. 1 – Plan du site castral

Fig. 1 – Plan du site castral

DAO : D. Ollivier (LA3M), G. Giovannangeli (LA3M).

2Le sondage restreint, réalisé en 2016 dans un bâtiment rectangulaire accolé en aval d’une grande citerne, a été élargi cette année le long du mur est, en direction du sud. Il a permis d’identifier, sous un puissant niveau de remblais, un sol aménagé mais assez peu anthropisé qui relève de la dernière occupation de cet habitat (courant xive s. ?).

3À la fin du chantier, des éléments d’une petite structure de pierres implantées de chant dans ce sol ont été mis au jour, à l’angle des bermes sud et ouest. Par sa facture et sa position au centre du bâtiment, on peut déjà l’interpréter comme la bordure d’un foyer. Les décapages de la couche de remblais en direction de l’angle sud-ouest ont aussi révélé la présence d’une large ouverture (1,10 m) percée dans le mur sud. Même si le niveau du seuil reste à déterminer, il s’agit d’une porte d’accès au bâtiment. Les élévations, plus importantes que prévu, de cet habitat (5 à 7 assises de moellons) confirment la bonne qualité de la construction : usage généreux du mortier de chaux, piédroits en pierres de taille encadrant l’ouverture sud, base élargie du mur oriental se terminant par un petit ressaut sur sa face interne.

4Le mobilier, relativement pauvre sur le dernier sol d’occupation, est plus varié dans la couche supérieure de remblais et très prometteur dans la plus ancienne couche d’occupation identifiée cette année dans l’angle nord-est du sondage. De nombreux fragments de meules domestiques (rotatives ou à va-et-vient) témoignent d’une importante activité de broyage. Les fragments de bols et de pichets glaçurés provenant en majorité d’ateliers pisans sont associés à ceux des poteries modelées locales.

5Trois petites monnaies génoises (un denaro et deux quartari), un peu de verre fin et de métal (clous et pointes de fer, appliques de cuivre) ont aussi été recueillis. L’ensemble révèle deux phases d’occupation bien différenciées de cette structure : une phase attribuable au xive s. et une phase plus ancienne qui ne devrait pas être antérieure à la seconde moitié du xiiie s. Ces datations restent cependant à affiner.

6La poursuite de la fouille de la partie orientale du bâtiment entre la porte sud, le foyer central et le mur nord (soit environ de 50 % de l’espace intérieur) devrait permettre de mieux cerner les fonctions, l’organisation et la chronologie de l’occupation de cet habitat (un logis aristocratique ?) situé au cœur de la «basse-cour».

7L’étude des structures défensives, complexes mais très arasées, qui sont implantées sur l’alignement rocheux dominant le périmètre défensif au sud-ouest pourrait aussi permettre d’éclairer la fonction de ce môle granitique fortifié et, par là même, la genèse du site.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan du site castral
Crédits DAO : D. Ollivier (LA3M), G. Giovannangeli (LA3M).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22546/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Giovannangeli, David Ollivier, « Sartène – Castellu di Tali (Litala) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/22546

Haut de page

Auteurs

Gilles Giovannangeli

LA3M

Articles du même auteur

David Ollivier

LA3M

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gilles Giovannangeli

LA3M

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search