Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20172B – Haute-CorseAléria – Hameau de la Gare, Lindi...

2017
2B – Haute-Corse

Aléria – Hameau de la Gare, Lindinacciu

Opération préventive de diagnostic (2017)
Responsable d’opération : Michel Piskorz

Texte intégral

1Le terrain qui a fait l’objet du diagnostic est situé sur la commune d’Aléria. Il occupe une terrasse faite de sables et de galets appartenant au Messinien supérieur des formations dites d’Aléria (noté m6 sur la carte géologique, feuille de Petra di Verde au 1/50 000e). Ces terrasses forment un glacis descendant en pente douce vers la mer, profondément entaillé par le cours du Tavignano. Le site occupe le cœur d’un méandre du fleuve, limité au nord-ouest par une forte déclivité bordant son cours. Il est situé à l’altitude NGF de 22 m, à une distance de 5,5 km de la mer, et à mi-chemin des étangs de Diane au nord, et d’Urbino au sud.

2Ce diagnostic a été mené en préalable à la construction d’une habitation individuelle, occupant un terrain d’une superficie de 1 307 m2. Des ramassages de surface livrant de la céramique de type modelé attribuable à la période protohistorique ainsi qu’un éclat d’obsidienne observé dans l’environnement immédiat de la parcelle ont motivé l’intervention.

3Sur le terrain, il a été décidé de réaliser trois tranchées en périphérie de l’emprise de la future maison de manière à ne pas engendrer d’anomalies de compactage sous le

4bâti si le diagnostic s’avérait négatif. Ces tranchées représentent 124 m2 de surface ouverte, soit 9,5 % de la surface de la parcelle.

5Les résultats du diagnostic font état de 11 structures en creux de type fosse dont huit ont fait l’objet d’une fouille par moitié. Ces structures sont noyées sous une couche d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur qui a été testée manuellement en deux endroits afin de contrôler la présence éventuelle de sols résiduels. L’ensemble de ces travaux a été mené en quatre jours. Le bilan est très largement positif puisqu’il met en évidence trois occupations distinctes largement étalées dans le temps : les premières traces de présence remontent au Néolithique ancien. Du mobilier caractéristique des cultures du Néolithique cardial tyrrhénien est présent dans les couches scellant le site (fig. 1). Aucune structure en creux ne peut cependant être mise en lien avec cette occupation. La présence de ce mobilier atteste l’existence d’un site dont l’emprise du chantier ne permet que de supposer la proximité.

Fig. 1 – Mobilier issu de l’horizon sédimentaire (US 1001), productions du Néolithique ancien

Fig. 1 – Mobilier issu de l’horizon sédimentaire (US 1001), productions du Néolithique ancien

Clichés et DAO : P. Tramoni (Inrap).

6L’essentiel des creusements testés appartient au Néolithique final-Terrinien. Ces structures sont conservées sur des profondeurs importantes (50 à 70 cm), et livrent un abondant mobilier tant céramique que lithique (matériel de broyage). Il est vraisemblable que des lambeaux de sols, conservés au contact de la terrasse de galets qui constitue le substrat rocheux, puissent être associés à cette occupation, mais aucune trace de foyer n’a été relevée malgré l’abondance des charbons de bois et des roches brûlées comblant les creusements.

7Une dernière phase d’occupation semble particulièrement bien représentée sur le site, il s’agit de la charnière Antiquité tardive-haut-Moyen-Âge (xe-xis.), qui est attestée au travers d’une grande fosse (FS 1004) ayant livré un abondant mobilier céramique pour cette période.

8Afin de préciser les étapes de fréquentation de ce site, trois datations radiocarbone ont été engagées. Les résultats confirment l’appartenance de l’occupation principale du site au Néolithique final terrinien (4460 BP soit 2443 BC ± 30 ; 4210 BP soit 2193 BC ± 30), et pour le haut Moyen Âge, la date proposée se situe vers 1020 BP soit 997 AC ± 30 (datations effectuées par BETA Analytic).

9D’ores et déjà, on peut affirmer que ce site apparaît comme un site majeur d’une occupation qui s’implante au Néolithique final et se prolonge jusqu’à la période médiévale. Le promontoire que forme le méandre du Tavignano, la proximité de la mer et des lacs ont très vraisemblablement orienté le choix d’implantation de ces occupations. L’image que renvoie le diagnostic offre suffisamment d’éléments pour révéler l’intérêt du site et l’opportunité d’élargir nos connaissances concernant tant l’occupation néolithique ancienne que la période Néolithique final-Bronze ancien, ou le haut Moyen Âge.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Mobilier issu de l’horizon sédimentaire (US 1001), productions du Néolithique ancien
Crédits Clichés et DAO : P. Tramoni (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22622/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 587k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Piskorz, « Aléria – Hameau de la Gare, Lindinacciu » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/22622

Haut de page

Auteur

Michel Piskorz

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Michel Piskorz

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search