Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20172B – Haute-CorseCalenzana – Teghja di Linu II, Lu...

2017
2B – Haute-Corse

Calenzana – Teghja di Linu II, Luzzipeu

Fouille programmée (2017)
Responsable d’opération : Jean Sicurani

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017

Numéro d’opération :

081545

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Texte intégral

1Le site Teghja di Linu II est un gisement de plein air de faible altitude (40 m) situé à l’extrémité d’une dépression littorale et au confluent de deux ruisseaux, avec au nord le ruisseau de Marcuncellu et à l’ouest celui d’Astru. Le ruisseau de Marcuncellu, la présence d’une source pérenne, la proximité du petit étang de Crovani ainsi que celle de la mer font de ce lieu un cadre privilégié pour une implantation humaine préhistorique. À quelques dizaines de mètres avait été découverte en 1999 la statue-menhir dite de Marcuncellu, qui donna lieu à plusieurs campagnes de fouilles dans les années 2000 dirigées conjointement par M.-C. Weiss et J. Sicurani. À proximité, au lieu-dit Teghja di Linu I, trois cupules ont été identifiées.

2Dans le cadre des opérations menées depuis 2014, les sondages réalisés dans différents secteurs du site ont presque tous livré des artefacts préhistoriques. Ils ont permis d’estimer l’extension du gisement de Teghja di Linu à près de 2 ha. Le site surplombe, parfois à une hauteur équivalente à 10 m, le ruisseau de Marcuncellu. Des blocs de gros calibre sont encore visibles tout le long du ruisseau, formant ainsi la base d’une sorte d’enceinte qui devait être complétée par une palissade. Cette structure est longue de plusieurs dizaines de mètres. Un mur très large (1,20 m par endroits) partage l’extrémité nord-ouest du site en deux. Ce mur d’aspect historique est formé à sa base de blocs de gros calibre qui correspondent tout à fait aux blocs de structures préhistoriques. Au regard du cadastre, le mur ne délimite aucune parcelle. En revanche, il délimite un espace qui représente à peu près un quart de la superficie du site.

3L’opération archéologique de Teghja di Linu II, par les nombreuses questions soulevées et les possibilités d’y répondre grâce aux études archéologiques, s’inscrit parfaitement dans la thématique de recherche sur les habitats et lieux de culte. Bien que l’on ne soit absolument pas sûr que la statue-menhir d’Urtacciu toute proche ait été un lieu de culte, ce site montre en tout cas qu’une fonction sociale d’expression collective était suffisamment individualisée pour qu’on lui destinât désormais un art particulier et une construction spécialisée. L’idée de base de la recherche proposée est de retrouver des éléments en place de structures domestiques associées aux différents artefacts trouvés précédemment ainsi que le sol concerné, et par conséquent, de rassembler un ensemble de données susceptibles de dater et de comprendre l’installation en ce lieu d’un tel vestige. Les résultats portent tant sur les aspects typo-technologiques que chronoculturels. Quatre niveaux anthropiques ont été révélés : une occupation d’une partie de la zone fouillée est à rattacher à une période historique et les trois autres niveaux sont datés pour deux d’entre eux du Néolithique final au début du IIIe millénaire (datations radiocarbone), et le niveau anthropique découvert lors de la campagne de 2017 semble appartenir quant à lui à un Néolithique plus ancien sans que nous puissions à ce jour l’attester. La documentation existante montre que la Balagne dispose d’un fort potentiel en termes d’occupations néolithiques, alors même que les données de fouilles font partiellement défaut pour cette chronologie. La poursuite des investigations permettrait donc, dans ce contexte, de produire de nouvelles connaissances déterminantes pour établir le cadre chronoculturel de la fin du Néolithique pour le nord-ouest de la Corse.

4Elle permettrait aussi de suivre l’évolution des productions entre les ive et iiimillénaires av. J.‑C., dans une période de forte mutation des sociétés néolithiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Sicurani, « Calenzana – Teghja di Linu II, Luzzipeu » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/22657

Haut de page

Auteur

Jean Sicurani

ARPCC

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean Sicurani

ARPCC

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search