Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20172B – Haute-CorseLucciana – La Canonica, déviation...

2017
2B – Haute-Corse

Lucciana – La Canonica, déviation RD107

Fouille préventive (2017)
Responsable d’opération : Philippe Chapon

Texte intégral

1Le projet de contournement par le sud de l’église de la Canonica est à l’origine de ce chantier. Il s’inscrit dans le cadre de la création d’un musée et la mise en place d’un vaste parc archéologique centré sur les vestiges de la colonie romaine de Mariana qui s’étend environ sur une dizaine d’hectares.

2Cette déviation a fait ainsi l’objet d’une prescription de diagnostic archéologique préventif confié à l’Inrap en 2013 sur une surface de 14 755 m2. À la suite de l’opération, trois zones de vestiges distinctes ont fait l’objet d’une prescription sur une surface de 3 000 m2.

3La zone 1, la plus importante, a permis la mise en évidence de deux quartiers séparés par un espace de circulation nord-sud.

4À l’ouest, on a pu dégager tout un quartier d’habitation occupé entre l’époque augustéenne et le ivs. Ce quartier était bordé au nord par une voie est-ouest totalement empierrée avec des recharges sur une cinquantaine de centimètres d’épaisseur. Il s’agit d’un quartier plutôt modeste, probablement dédié à l’artisanat, avec des constructions entièrement en galets à l’exclusion de tout bloc taillé même pour les chaînages d’angle. On ne trouve de même aucun exemple de pierre de seuil. L’usage du mortier de chaux reste exceptionnel. On observe quelques aménagements comme un vaste foyer en briques bipédales et une structure circulaire empierrée non élucidée ainsi que des traces d’un atelier de verrier. Ont été mis au jour également un sol de béton de tuileau et une cuve auxquels devait être accolé un pressoir malheureusement disparu.

5Le quartier est a livré une organisation beaucoup plus complexe. La fouille a permis de révéler la présence d’un mithræum en limite sud de l’agglomération antique. C’est la première fois que la pratique de ce culte est attestée en Corse.

6Ce sanctuaire a été aménagé en bordure de l’ancien lit du fleuve Golo, derrière un haut mur de soutènement conservé sur au moins 4 m de haut. Dans les niveaux immédiatement antérieurs au sanctuaire, contre le mur, on a pu observer un épandage dense de fragments de lampes à huile cassées sur place recouvrant un dépôt composé de 119 petites plaques de plomb roulées sur elles-mêmes, faisant penser à des tablettes de defixio. L’hypothèse de plombs de filets de pêche peut être évoquée mais un tel dépôt à visée symbolique ne trouve pas d’explication en dehors d’un rite de fondation.

7Le temple lui-même est construit au-dessus de ce dépôt sur lequel est répandu un remblai de limon et de graviers épais d’une quarantaine de centimètres et venant buter contre le mur de soutènement. Il comprend un sanctuaire prolongé au nord par deux pièces de dépendances, comportant une cuisine avec foyer pour les repas rituels et certainement une sorte de sacristie ou vestiaire pour les habits de cérémonie. À l’est de ces espaces se développe une vaste cour d’au minimum 180 m2 qui devait faire partie de l’ensemble cultuel. Elle abrite un puits entouré de nombreux trous de poteau pouvant matérialiser une superstructure.

8Le sanctuaire proprement dit, au sud, le « spelaeum », comporte un couloir bordé par des murets délimitant de part et d’autre des banquettes où les adeptes prenaient place et au sein desquelles étaient enterrés plus de 270 fragments de lampes à huile. Elles recelaient également de nombreux objets comme un stylet et une clochette en bronze, une hachette ou racloir et un glaive d’une cinquantaine de centimètres de longueur. Ce dernier était accompagné d’une lampe à huile entière de type Deneauve VIII parfaitement conservée. Deux niches sont ménagées dans chaque banquette et l’une d’elles contenait trois lampes à huile encore en place. Dans l’axe du couloir ont été découverts deux coffres en briques aménagés dans le sol de cailloutis. Dans celui le plus au sud a été mise au jour une épée courte sans garde (ou poignard) qu’il est difficile de ne pas relier au culte du sacrifice du taureau par Mithra.

9À la fin du ivs., après l’interdiction par l’empereur Théodose de tout culte païen par l’édit de 392, le bâtiment est désaffecté, pillé et comblé d’éléments de démolition et d’un vaste dépotoir domestique contenant une majorité de tessons d’amphores.

10Dans les comblements, on a retrouvé trois fragments d’un bas-relief représentant Mithra sacrifiant le taureau (ou « tauroctonie »). Par contre, le culte de Mithra ne semble pas avoir été le seul à subir les effets de l’édit de 392 : en effet, dans le prolongement de l’ensemble cultuel se trouve une pièce avec une structure arasée qui pourrait correspondre à une base d’autel et une inscription dédiant un monument ou un autel à une divinité féminine inconnue, probablement la victoire impériale. Plusieurs autres fragments de statuaire ont également été retrouvés, dont deux visages féminins qui n’ont apparemment aucun rapport avec le culte de Mithra. Ont été trouvés également les fragments d’une jarre jetée dans le puits de la cour et dédiée à Jupiter par une inscription tracée avant cuisson.

11L’ensemble du sanctuaire est nivelé et en partie reconstruit dans la première moitié du vs. avec l’édification d’un vaste four de boulanger et d’une meunerie.

12Après un nouveau nivellement de l’espace, aux vie et viis., un habitat sur poteaux se met en place avec de nombreux fours probablement liés à l’artisanat.

13L’ensemble est scellé par un épisode de recouvrement de terres noires, déjà observé sur les sites de Quattrina à Propriano et à l’espace Alban d’Ajaccio, et daté des viie et viiis. Il vient s’entasser contre le mur de soutènement, toujours en élévation et a permis la préservation des vestiges du mithraeum.

14Enfin, sur ce remblai, une dernière phase d’occupation est attestée avec un vaste bâtiment de style entrepôt dont la toiture est supportée par une double rangée de piliers.

15La fouille de la zone 2 a concerné un petit bâtiment isolé et en zone 3, une imposante structure maçonnée dégagée sur 17 m de long semble correspondre à un mur d’au moins 4 m de haut effondré sur lui-même et qui pourrait appartenir au rempart de la cité.

Fig. 1 – Plan d’ensemble des vestiges de la zone 1

Fig. 1 – Plan d’ensemble des vestiges de la zone 1

DAO : C. March (Inrap).

Fig. 2 – La zone du mithraeum vue du sud

Fig. 2 – La zone du mithraeum vue du sud

Cliché : P. Chapon (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan d’ensemble des vestiges de la zone 1
Crédits DAO : C. March (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22679/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Titre Fig. 2 – La zone du mithraeum vue du sud
Crédits Cliché : P. Chapon (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22679/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 706k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Chapon, « Lucciana – La Canonica, déviation RD107 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/22679

Haut de page

Auteur

Philippe Chapon

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Chapon

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search