Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20162A – Corse-du-SudFigari – Maison forte de La Testa

2016
2A – Corse-du-Sud

Figari – Maison forte de La Testa

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Patrick Ferreira

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Les terrains d’emprise du projet de valorisation dominent le golfe de Ventilègne au sud et la baie de Figari à l’ouest. Au nord, le Monte Scupetu (181 m) domine les terrains d’assiette du bâti, alors qu’à l’est se trouve l’étang de Piscu Cane. Les parcelles sont situées dans une grande zone de maquis au lieu-dit A Testa. Les parcelles 80 et 82 (maison forte) de la section G occupent un terrain en légère pente en direction du sud et de la mer avec une vue dégagée en direction de la Sardaigne.

2Plusieurs sondages ont été réalisés sur l’ensemble de l’emprise. Ceux exécutés au nord et au nord-est de la maison n’ont pas révélé de vestige. Le granit altéré pour les sondages 6, 8, 9, 10, 11 et 12 et le rocher granitique pour le sondage 7, est recouvert par une unique couche brune humifère de quelques centimètres d’épaisseur. Entre le sondage 11 et 12, on note la présence d’un mur de soutènement dont il ne reste qu’une à deux assises. Il pourrait s’agir de la continuité du chemin aménagé à flanc de colline, situé au nord-est de la maison forte (fig. 1).

Fig. 1 – Plan général de l’opération

Fig. 1 – Plan général de l’opération

DAO : P. Ferreira, M. Seguin (Inrap).

3Les sondages 1 et 2 ont permis de suivre l’évolution des espaces aux abords de la maison forte.

4Un soin particulier a été apporté à l’espace extérieur sur lequel s’ouvre la porte nord de la maison forte. Il s’agit d’une petite zone plane, fermée au sud par la maison forte, côté nord et est par une série d’imposantes boules de granite qui cernent en arc de cercle la zone. À l’ouest, une importante rupture de pente du rocher finit de limiter cette plateforme naturelle.

5L’analyse du bâti a permis de dégager plusieurs éléments qui convergent pour la désigner comme étant une maison forte.

6Tout d’abord le choix de l’implantation, sur un point qui domine l’horizon et la mer sans être trop proche de celle-ci.

7La dimension du bâtiment est un second élément à prendre en considération pour la caractérisation de la construction. La maison atteint une surface hors les murs de 108 m2 au sol pour l’étage, ce qui en fait une demeure de grandes dimensions à l’étage et de dimensions plus modestes au rez-de-chaussée, voûté.

8La qualité de la construction est également un aspect important, car elle renvoie, au-delà de l’aspect qualitatif, au statut social de l’occupant (fig. 2).

Fig. 2 – Mur de façade sud équipé de sa bretèche

Fig. 2 – Mur de façade sud équipé de sa bretèche

Clichés et DAO : P. Ferreira (Inrap).

9D’un point de vue décoratif, nous avons pu observer quelques traces de décors peints caractérisés par des liserés de couleur comme dans la pièce située à l’étage. Le mobilier céramique retrouvé en fouille nous apporte en plus des indications chronologiques une information sur la qualité de la vaisselle présente sur le site. Celle-ci est plutôt de qualité et il s’agit de céramique dite « spirali verde », verte et brune, que l’on date de manière large entre la fin du xvie s. et le xviiis.

10Enfin, d’un point de vue architectural la présence de la bretèche qui est en place est évidemment un élément significatif pour désigner la maison de A Testa comme une maison forte.

11Il est très intéressant de voir que si les défenses actives ou passives ne sont pas très marquées, pour ne pas dire inexistantes, certains éléments qui les caractérisent, comme la bretèche ou le type de construction, sont notables. Ils manifestent une volonté de marquer une présence de manière finalement plus symbolique que réelle. Ces marqueurs architecturaux, placés comme des trompes l’œil dans le cas de la bretèche, sont le témoignage de la présence d’un homme et/ou d’un pouvoir, s’il n’est pas réel, au moins honorifique.

12La désignation de maison forte (Chessa 2005) peut donc s’appliquer et si le caractère militaire, armé n’est pas ou peu présent, les codes de représentation sont ceux d’une domus fortis.

Haut de page

Bibliographie

Chessa R. 2005 : Insécurité et habitat au XVIe siècle : casa forte, case torre et torre, in Les habitats insulaires à l’époque médiévale en Méditerranée, Actes du 128e Congrès du CTHS, Bastia, 14-21 avril 2003.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général de l’opération
Crédits DAO : P. Ferreira, M. Seguin (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22743/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Fig. 2 – Mur de façade sud équipé de sa bretèche
Crédits Clichés et DAO : P. Ferreira (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22743/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 801k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Ferreira, « Figari – Maison forte de La Testa » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/22743

Haut de page

Auteur

Patrick Ferreira

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Patrick Ferreira

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search