Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20162A – Corse-du-SudTavera – I Casteddi

2016
2A – Corse-du-Sud

Tavera – I Casteddi

Fouille programmée (2016)
Responsable d’opération : Hélène Paolini-Saez
Notice rédigée avec Daniele Arobba

Texte intégral

1Initiée en 2014, suite à une étude de valorisation demandée par la communauté de communes de la Haute-vallée de la Gravona, la fouille d’I Casteddi à Tavera (fig. 1) se poursuit depuis 2015 sur une des terrasses occidentales de l’éperon rocheux (sondage 3 de 2014).

Fig. 1 – Photographie aérienne de l’éperon rocheux

Fig. 1 – Photographie aérienne de l’éperon rocheux

Cliché : Corse AéroVision.

2La campagne de fouille programmée 2016 a fait l’objet d’une extension en planimétrie permettant d’atteindre une surface de près de 45 m2. Un des objectifs était de mettre à niveau l’ensemble de la surface au niveau du sol d’habitation du Deuxième âge du Fer, identifié lors de la campagne 2015 et attribués au iiie/-ie s. av. J.-C. (US303 : 236-95 BC). Parallèlement, il convenait de mieux définir le rôle du mur médiéval (MR39 - US312) qui borde la terrasse au sud et de comprendre l’interaction avec les niveaux protohistoriques. Enfin, nous souhaitions identifier les niveaux d’occupation antérieurs au Deuxième âge du Fer, compte tenu des indices révélés lors du sondage 2014 (deux soles d’argile superposées) et des datations obtenues en 2015 (US305 : 1497-1372 BC).

3L’ensemble de ces objectifs nous a conduit à mettre en place deux équipes : une équipe consacrée à la fouille des aménagements médiévaux et une autre orientée sur la compréhension des successions d’occupations protohistoriques.

4Concernant le premier point, il s’est avéré que le mur de soutènement méridional, d’appareil médiéval, correspond à un nivellement de la terrasse. Ce nivellement est constitué de moellons de taille variable englobés dans un sédiment formé d’arène granitique et de mortier de chaux. Ce nivellement vient combler une pente très accusée du sol protohistorique (période restant à déterminer). Une datation vient confirmer la contemporanéité de ce nivellement avec l’occupation sommitale de l’éperon (US312 : 1290-1405 cal. AD ; US211 (donjon) : 1278-1325 cal. AD (45,4 %), 1345-1394 cal. AD (50 %) ; US108 (terrasse sommitale) : 1219-1283 cal. AD (95,4 %).

5Par ailleurs, la fouille extensive de la terrasse a permis de mieux comprendre l’organisation du sol du Deuxième âge du Fer par la mise en évidence de la limite méridionale de l’habitat. Elle est constituée de gros blocs alignés qui viennent border la rupture de pente de la terrasse (cf.  supra). De la même façon, des aménagements de gros blocs à l’ouest ferment la terrasse en s’appuyant sur le substrat rocheux. L’organisation de l’habitat révèle une forte concentration de plusieurs centaines de graines de féveroles (probable réserve) en limite nord de la zone de fouille, au sein du substrat qui a été débité. Cette concentration est contemporaine du sol d’habitat (US322 : 375-195 BC).

6La fouille du secteur ouest a livré plusieurs structures qui ont été creusées dans le substrat. Il s’agit de double trous de poteaux et d’une structure cordiforme. Une très grande quantité de torchis a été observée, dont de gros fragments ayant conservé les négatifs des branches de clayonnage. La datation de ces structures est très homogène et renvoie au Premier âge du Fer, période que nous n’avions pas identifié clairement lors des campagnes précédentes (US327 : 795-735 BC/690-660 BC/645-545 BC). Dans ces niveaux, sont associées des productions d’importation du second âge du Fer et de l’Empire provenant de l’aire tyrrhénienne.

7Enfin, il convient de préciser que le secteur sud-est, où a été découvert en 2015 un vase silos écrasé en place, semble renvoyer à une occupation du Bronze final, ce qui corrobore la typologie du vase et les datations d’une lentille cendreuse trouvée à proximité (US331 : 1105-1065 BC).

8Par ailleurs, la grande originalité des niveaux protohistoriques repose sur la conservation de milliers de graines carbonisées de céréales, légumineuses, herbacées et fruitiers. La variation d’exploitation est assez significative : prédominance des arbres fruitiers au Bronze moyen puis inversement au profit des légumineuses au Premier et Deuxième âge du Fer. Dans tous les niveaux, sont absents pour le moment les résidus de décorticage des blés et de l’orge, comme les bases des épis et les fragments de rachis, éléments indicateurs de pratiques quotidiennes liées à la préparation des denrées alimentaires sur place (Paolini-Saez, Arobba, en préparation).

9La fouille d’I Casteddi de Tavera permet ainsi de redéfinir l’occupation primitive du site fortifié médiéval. En relation avec la statue-menhir positionnée initialement à une centaine de mètres vers le sud-ouest, ces découvertes apportent une nouvelle approche chronologique et environnementale complétant les travaux entrepris en 1961 par Pierre Lamotte et Roger Grosjean (Grosjean 1963).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Photographie aérienne de l’éperon rocheux
Crédits Cliché : Corse AéroVision.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22758/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 2,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Paolini-Saez, Daniele Arobba, « Tavera – I Casteddi » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 24 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/22758

Haut de page

Auteurs

Hélène Paolini-Saez

Articles du même auteur

Daniele Arobba

Haut de page

Responsable d’opération

Hélène Paolini-Saez

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search