Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20162B – Haute-CorseAlbertacce – E Funtanelle

2016
2B – Haute-Corse

Albertacce – E Funtanelle

Sondage (2016)
Responsable d’opération : Jean-Philippe Antolini
Notice rédigée avec Ana Lúcia Ferraz, Aurélie Combes, Grégory Richard et Pascal Tramoni

Texte intégral

1La zone funéraire protohistorique de Capulane-Funtanelle-Pisatoghja, située entre les hameaux de A Petra di U Niolu et Calasima, au nord-est de la commune d’Albertacce, a été reconnue anciennement. Elle est installée sur un versant entre 900 et 1 100 m d’altitude, au pied des contreforts méridionaux du Monte Cintu, point culminant de la Corse. Elle a livré plusieurs sépultures découvertes fortuitement et pour certaines bouleversées intentionnellement car donnant de petits mobiliers métalliques. C’est notamment le cas du secteur de E Capulane sur lequel ont été recueillis une fibule à arc serpentant et un pied de fibule de type Ordinacciu déposés au musée Lucien Acquaviva. Plusieurs objets toujours en mains privées dont une fibule a navicella et une fibule a ochiello similaire à celle de A Funtana a i Vignanti proviennent également du secteur de E Funtanelle. Les découvertes récentes concernent ce dernier secteur. Outre trois abris connus antérieurement et malheureusement vidés de leur remplissage, deux nouveaux abris potentiellement utilisés comme sépultures ont été identifiés au cours de la prospection-inventaire réalisée en 2015 sous la direction de G. F. Antolini. Du matériel anthropologique affleurant en surface des abris a généré une opération de sauvetage urgent compte tenu de la menace toujours active des pilleurs de site.

2Les deux abris sont localisés de part et d’autre d’un petit talweg orienté nord-sud, en position de vis-à-vis. L’abri no 1 se présente comme une cavité souterraine au sein d’un éboulis entrecoupé de petits replats, en contrebas de la ligne d’interfluve avec le talweg situé plus à l’est. L’abri no 2 n’est qu’une petite alvéole ou tafonu creusée à flanc d’un très grand bloc granitique émergeant d’un puissant cône détritique. Il se trouve d’ailleurs à l’extrémité d’un escarpement qui forme une crête rocheuse caractéristique du paysage.

3L’abri no 1, dans lequel on accède pour l’heure par une fissure s’ouvrant au ras du sol, prolongée un petit couloir, a fait l’objet d’une fouille partielle sur environ la moitié de sa surface, soit 5 m2. Le dépôt funéraire a été partiellement remanié au sommet de sa partie centrale. La totalité de la cavité principale a été aménagée, la partie non fouillée représentant probablement l’accès originel. Préalablement à l’installation du dépôt funéraire, une cuvette ovalaire peu profonde a été creusée à partir du sol initial dans les arènes granitiques. Les bordures de ce creusement ont reçu un parement mixte constitué de dalles verticalisées et de blocs sur champ, jointifs ou non, entre lesquels s’intercalent des plaquettes disposées en piles ; c’est le cas sur le bord sud, c’est-à-dire contre la retombée de la voûte de la cavité mais également au nord, contre la paroi verticale formée par le substrat massif. Bien que la hauteur de ce parement n’excède pas une trentaine de centimètre, l’espace à la périphérie de la structure est comblé par un empierrement parfois massif, constitué de blocs et de dalles de différents modules. Un dallage de petites écailles minces est mis en place sur le fond de la fosse sépulcrale parementée.

4Le premier individu, déposé directement sur ce dallage, est partiellement conservé en connexion anatomique (fig. 1). Les autres corps sont représentés par des pièces isolées sans connexion, des segments incomplets en cohérence anatomique et plus rarement des segments anatomiques en connexion. Huit crânes ont été identifiés. Ils sont disposés contre le parement sur son pourtour, à l’exception notable du quadrant oriental. La totalité du dépôt funéraire a fait l’objet d’une crémation. Plusieurs éléments de bois longs très bien conservés ont été observés sur la périphérie interne de la fosse (branches et petits rameaux et, dans un cas, un segment de tronc ou de gros rameau refendu ; fig. 2). Ils sont interprétés comme les vestiges d’un bûcher funéraire. Au moins cinq vases sont associés à la tombe.

Fig. 1 – Abri no 1, premier individu déposé

Fig. 1 – Abri no 1, premier individu déposé

Cliché : G. F. Antolini.

Fig. 2 – Abri no 1, vue partielle du bûcher funéraire

Fig. 2 – Abri no 1, vue partielle du bûcher funéraire

Cliché : G. F. Antolini.

5L’abri no 2 est une alvéole de plan semi-circulaire d’une très petite superficie, environ 1,5 m2. Il présente un dispositif de fermeture constitué de deux dalles verticalisées rectangulaires, de forme régulière, disposées latéralement, de part et d’autre de l’ouverture. L’espace central est libre mais a pu également être obstrué par les blocs observés en surface à l’intérieur de l’abri. Un bloc plus important, fiché, en forme de pyramidion, occupe la partie centrale de l’alvéole et compartimente l’espace pourtant déjà restreint. À l’issue de la fouille, ce bloc apparaît comme une pierre plantée intentionnellement, de type bétyle. Le dépôt funéraire est logé entre ce bloc et le fond de l’abri, dans un espace très réduit. Les vestiges anthropologiques d’un dépôt primaire appartenant à un seul individu sont bien conservés, les connexions sont lâches, ayant fait l’objet de mouvements gravitaires de grande amplitude. Une fibule de type a occhiello a été recueillie au niveau du bassin.

6La chronologie des deux tombes diffère largement, contrairement à ce qui était attendu. La sépulture de l’abri no 2 se rapporte effectivement au début du Premier âge du Fer. En revanche, l’abri n°1 est une sépulture collective à crémation qui s’intègre dans une phase ancienne de l’âge du Bronze. Cette tombe pourrait d’ailleurs être rapprochée du groupe des hypogées-tafonu, identifié par Georges Peretti et Jean Liégeois dans les années 1960 et représenté en particulier par l’importante sépulture de Minza-Castellucciu à Sartène.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Abri no 1, premier individu déposé
Crédits Cliché : G. F. Antolini.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22774/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 2 – Abri no 1, vue partielle du bûcher funéraire
Crédits Cliché : G. F. Antolini.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22774/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Antolini, Ana Lúcia Ferraz, Aurélie Combes, Grégory Richard et Pascal Tramoni, « Albertacce – E Funtanelle » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/22774

Haut de page

Auteurs

Ana Lúcia Ferraz

Articles du même auteur

Aurélie Combes

Grégory Richard

Articles du même auteur

Pascal Tramoni

Articles du même auteur

Jean-Philippe Antolini

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Philippe Antolini

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search