Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20162B – Haute-CorseCommune de Lano

2016
2B – Haute-Corse

Commune de Lano

Prospection diachronique (2016)
Responsable d’opération : Kewin Peche-Quilichini

Texte intégral

1Le territoire de Lano n’avait jamais été l’objet de prospections systématiques. Avec la contextualisation du site de Grotta Laninca, l’objectif principal de cette opération était donc de dresser un état des lieux sur le potentiel archéologique communal. Celui-ci comprend cinq unités. Sant’Anghjelu était une chapelle connue depuis toujours car bien visible, mais enregistrée sur la commune d’Omessa. Sa position est en fait à cheval sur les deux territoires. La Grotta Laninca avait été enregistrée au printemps 2015. San Rumeu était présente dans la mémoire collective locale mais n’avait jamais fait l’objet d’une création de fiche. Au final, seuls Cuccu et Arlandu constituent de vraies découvertes. Ce mince corpus de cinq unités ne permet qu’effleurer le schéma diachronique d’occupation du territoire communal de Lano. Seules deux à trois périodes sont en effet représentées. Les plus anciens témoignages de présence humaine remontent au Bronze final 1 (xiie s. av. J.-C.), phase d’utilisation funéraire de la Grotta Laninca. Il va de soi qu’un habitat devait être associé à cette sépulture collective. Celui-ci est peut-être à chercher sur le site de Cuccu, en situation de perchement et structuré par des terrasses en pierre sèche. Malheureusement, ce site est trop érodé et ne livre aucun vestige matériel qui pourrait attester de la contemporanéité des deux unités archéologiques. Durant la seconde phase du Moyen Âge, 2 500 ans plus tard, trois à quatre sites (si l’on considère le probable développement du village de Lano à cette époque) sont construits et utilisés : la fortification d’Arlandu et les chapelles de Sant’Anghjelu et San Rumeu. Le premier marque une emprise seigneuriale sur une zone de confins, en limite de l’ancienne piève de Vallerustie et à proximité des grandes routes du centre de la Corse. Les autres matérialisent l’ancrage religieux à proximité des chemins traditionnels menant d’un village à l’autre. Avec le village au centre, cet ensemble constitue le triptyque classique de l’organisation rurale insulaire de la fin du Moyen Âge, qui perdure durant l’époque moderne.

Fig. 1 – Carte archéologique de la commune de Lano

Fig. 1 – Carte archéologique de la commune de Lano

En rouge, les zones prospectées.

DAO : K. Peche-Quilichini (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte archéologique de la commune de Lano
Légende En rouge, les zones prospectées.
Crédits DAO : K. Peche-Quilichini (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22839/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 743k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kewin Peche-Quilichini, « Commune de Lano » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 16 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/22839

Haut de page

Auteur

Kewin Peche-Quilichini

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Kewin Peche-Quilichini

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search