Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20122A – Corse du SudPorto-Vecchio – Arutoli, Cozza Torta

2012
2A – Corse du Sud

Porto-Vecchio – Arutoli, Cozza Torta

Fouille programmée (2012)
Responsable d’opération : Jean-Louis Milanini

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012

Numéro d’opération :

081238

Chronologie :

Protohistoire, âge du Fer

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Texte intégral

1Le site de Cozza Torta est un grand établissement de plein air de l’âge du Fer, situé sur l’une des premières crêtes rocheuses rencontrées depuis le fond du golfe de Porto-Vecchio. Reconnu et sondé dans les années 1980, il a fait l’objet en 2008 d’une opération d’évaluation, et depuis 2009, de fouilles programmées annuelles.

2Le fait archéologique majeur de ce gisement est d’avoir procuré, en contexte indigène, du mobilier importé (amphores et vases fins d’origine étrusque, grecque et massaliète) particulièrement bien daté de la deuxième moitié du vie s. av. J.-C.

3L’enjeu d’une reprise des recherches sur le site devait donc s’articuler autour de la prise en compte de ces documents qui amenaient à un renouvellement du discours sur les trafics préromains en Corse, en particulier entre indigènes, Étrusques et Grecs, et de la reconnaissance d’un faciès indigène correctement daté pour une période encore largement dépourvue de chronologie fiable.

4Les fouilles devaient également permettre de documenter la morphologie et la structuration de l’habitat indigène au Fer ancien.

5Les opérations de sondage menées en 2008 ont permis de circonscrire le périmètre de conservation optimale des niveaux de l’âge du Fer aux alentours du massif rocheux nord. Les fouilles ont été mises en œuvre à cet endroit sur deux secteurs distincts au contact des boules granitiques en place, les secteurs 7 et 8. Le secteur 7, installé à l’endroit du sondage de 1981, est fouillé en aire ouverte au moyen de caissons géométriques avec bermes intermédiaires.

6L’aire décapée atteint 58,50 m2. Elle a livré les restes d’un ensemble structuré par différents aménagements foyers, creusements, trous de poteau qui comporte au moins deux états. Seul l’état le plus récent a pu être documenté au cours de la campagne qui a vu s’étendre l’aire de fouilles vers l’est, à un endroit où la stratigraphie s’abaisse et où les niveaux deviennent subaffleurants ; ce secteur a livré une série de six fosses de formes variées réparties en arc de cercle autour d’un bloc à surface tabulaire encore planté. Au moins l’une d’elles a livré des traces de feu. Deux autres fosses déjà repérées lors des campagnes précédentes ont pu être dégagées dans leur intégralité sur une extension située plus au nord. Sur la surface décapée se font jour, dans ce niveau, les vestiges d’un secteur que nous tendons désormais à interpréter comme artisanal.

7Le secteur 8 a vu cette année l’achèvement de la fouille d’une unité domestique (ST1), bâtie en gros blocs apparents, disposés en quadrilatère avec un côté ouvert. Cette zone fouillée en secteurs distincts totalise actuellement 46 m2. L’unité ST1 comporte au moins trois états plus ou moins bien conservés ; les sols sont relativement pauvres en structures et surtout, en mobiliers, suggérant des vidanges régulières. L’existence de quatre blocs-sièges est confirmée, en même temps que se pose la question d’une éventuelle mezzanine installée dans la partie est. Le parement de blocs est apparu, à l’issue de la fouille, en grande majorité constitué de blocs rapportés y compris pour les plus massifs. La maison est fondée sur des niveaux subcontemporains comportant différents aménagements (foyer, fosses, trous de poteau) laissant penser que le bâti résulte déjà d’une restructuration de l’espace occupé mais ne correspond pas aux premiers moments de l’installation du groupe humain. L’espace extérieur situé à l’ouest de la construction, interprété comme la zone de l’entrée, a livré à la fois des creusements en rapport avec les murs latéraux (trous de poteau) et une grande fosse-foyer au fond intensément brûlé, située dans le prolongement de l’entrée, portant à deux le nombre de fosses à cet endroit. Le mobilier archéologique est présent dans tous les secteurs, consolidant la chrono-typologie céramique mise au point en 2010. Il apparaît que les découvertes provenant des unités habitées sont en quantités moindres et toujours plus abîmées que celles issues des zones extérieures ou du quartier d’activité. Plusieurs éléments retrouvés dans cette zone sont interprétés comme des fragments de moule à la cire perdue. Certaines structures en creux toujours à l’étude pourraient être identifiées comme des structures métallurgiques. Les objets en métal restent cependant très rares. Les éléments d’importation sont également répertoriés en quantités modestes dans toutes les zones étudiées et semblent aller dans le sens d’une chronologie assez serrée que précisera l’étude de détail.

Fig. 1 – Emprise estimée de l’établissement de l’âge du Fer

Fig. 1 – Emprise estimée de l’établissement de l’âge du Fer

DAO : J.-L. Milanini.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Emprise estimée de l’établissement de l’âge du Fer
Crédits DAO : J.-L. Milanini.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22883/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 635k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Milanini, « Porto-Vecchio – Arutoli, Cozza Torta » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 24 avril 2017, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/22883

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Milanini

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Louis Milanini

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search