Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse20122A – Corse du SudSorbollano – Cuciurpula

2012
2A – Corse du Sud

Sorbollano – Cuciurpula

Fouille programmée (2012)
Responsable d’opération : Kewin Peche-Quilichini

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012

Numéro d’opération :

081047

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Texte intégral

1Les travaux menés ces cinq dernières années à Cuciurpula offrent une vision neuve sur les habitats et les habitations des environs de l’an Mil av. J.-C. Par ses caractères propres, ce site fournit d’emblée un fort potentiel d’observation sur des groupes considérant l’espace montagnard comme un élément important au sein du territoire, pour des raisons qui ne sont cependant aujourd’hui qu’effleurées mais ne semblent pas corollaires d’une situation de contrainte. La stratégie d’implantation sur un emplacement a priori inhospitalier, en particulier à cause de l’altitude mais aussi et surtout de l’encombrement chaotique et de l’intensité des pendages sur ce versant sud du massif, est d’ailleurs un signe fort de la volonté du groupe d’installer et de développer un lieu de vie, fût-il seulement saisonnier, à cet endroit. L’adaptation a conduit les constructeurs à imaginer et matérialiser des stratagèmes pour y établir leurs habitations ; la recherche et l’optimisation systématiques des replats, l’aménagement des nombreux terrassements et les quelques témoignages d’adaptation des architectures aux formes des affleurements en sont des indices évidents. Sur le plan chronologique, le principal intérêt du site est de proposer un modèle de maison au final assez peu évolutif malgré plus d’un demi-millénaire de présence marqué par plusieurs évolutions d’ordre technique dont l’introduction de la métallurgie du fer n’est pas la moindre.

2En revanche, ce qui change et doit en ce sens être souligné, c’est le passage peut-être graduel entre un noyau ancien en situation de semi-perchement et partiellement fortifié par une enceinte typique de l’âge du Bronze et un habitat ouvert se distribuant peu à peu sur les pentes à des altitudes moindres. Cette translation verticale et socioculturelle de l’habitat, peut-être amplifiée par un vecteur climatique caractérisé par la dégradation subatlantique, marque en fait le passage entre le modèle du castellu/casteddu du Bronze final et celui du village ouvert si typique des ambiances méridionales du premier âge du Fer. Ce phénomène que l’on plaçait traditionnellement à la charnière Bronze/Fer s’avère donc être légèrement plus ancien. En termes de chronologie relative, les travaux réalisés notamment dans les structures 1, 3, 21 et 6 démontrent la contemporanéité partielle des maisons. Les habitants du Bronze final évoluaient donc dans un site où le nombre d’habitations était probablement assez restreint, alors que les populations du premier âge du Fer devaient côtoyer (et exploiter du matériau de récupération ?) de façon quotidienne les ruines des lieux de vie de leurs aïeux. Les travaux réalisés dans l’abri 2 tendraient à montrer que des caveaux sépulcraux de type familial ? sont présents dans l’espace habité au moins depuis le premier âge du Fer. Demeures des morts et des vivants cohabitent donc sur un même territoire, souvent d’ailleurs en nette association géographique. À d’autres époques, les cavités ont pu servir de réduits ou d’annexes. Prises individuellement, les habitations permettent d’observer les mécanismes d’organisation de l’espace, avec comme élément de base le foyer, source de lumière, de chaleur et de connexion symbolique entre des habitants probablement peu nombreux, formant au mieux une petite entité familiale. La forme des élévations en matériau périssable, à l’origine d’une partition interne en deux nefs longitudinales, a probablement une incidence sur le fonctionnement quotidien de l’habitation, avec une travée apparemment destinée à la circulation et une autre pour laquelle de rares indices pourraient indiquer l’existence d’une banquette monolatérale. En fonction des époques, certaines parties de la maison ou de l’environnement proche de l’habitation étaient vraisemblablement dévolues aux activités du quotidien avec, en premier lieu, la sphère de l’économie de subsistance, ou plutôt celle qu’on appellerait aujourd’hui le « secteur secondaire » (transformation des denrées : boucherie, charcuterie, laiterie, meunerie, torréfaction, cuisine, tannage, vannerie, menuiserie, poterie, travail de la corne, fusion des minerais, obtention de pigments, etc.). Du point de vue des techniques, on notera l’intérêt que présentent certains savoir-faire. On pense par exemple au mode d’élaboration des sols de circulation ou à l’idée de stockage et de valorisation des déchets céramiques qui leur est associée.

3D’autres manifestations technico-culturelles, telles la fabrication d’adhésifs au moyen d’écorce de bouleau traitée par thermolyse, la fabrication de parures en labradorite ou en stéatite polie et l’obtention de pigments rouges à base d’hématite, permettent d’aborder des problématiques liées aux territoires d’approvisionnement et aux éventuels réseaux de distribution. Le dernier point technique documenté est celui de la partie périssable des architectures, qui faisait intervenir essentiellement du bois, même si des panneaux de torchis ont localement pu être utilisés de façon complémentaire. Les quelques éléments mis en évidence permettent de reconstituer des maisons probablement assez hautes et dont la forme à double pente du toit est bien adaptée aux aléas climatiques.

4L’abandon du village semble effectif à partir du vie s. Ce phénomène rend plus intéressante la découverte du dépôt de vases de l’abri 3, nettement plus récent, illustrant ainsi le statut particulier conservé par le site de Cuciurpula dont une certaine forme de souvenir semble se perpétuer aux ve-ive s. av. J.-C.

5Cuciurpula renvoie donc l’image d’un grand village dont l’état de conservation permet une observation selon des focales diversifiées, interprétable au moyen d’un outil d’étude interdisciplinaire afin de préciser l’ensemble des sphères sociales, économiques, culturelles, chronologiques et territoriales. Dans tous les cas, la complexité des mécanismes en jeu ne permet plus de considérer ces époques de la Préhistoire récente de la Corse comme de simples phases de perduration dégénérative du plein âge du Bronze, encore par beaucoup inconsciemment considéré comme un âge d’or.

6Programmes en cours et perspectives de recherche

7Un certain nombre d’analyses sont actuellement toujours en cours à Cuciurpula.

8Concernant la structure 1, M. Rageot sera prochainement en mesure de fournir un catalogue détaillé des analyses réalisées sur l’intégralité des exsudats mis au jour sur le secteur entre 2008 et 2010.

9Il s’agira ensuite de réaliser un travail similaire, incluant également les caramels de cuisson, pour la structure 6 et quelques éléments isolés de la structure 3 et de l’abri 3.

10Les résultats préliminaires illustrent déjà une complexification attendue des composés moléculaires avec, d’une part les adhésifs (bouleau) et de l’autre, les étanchéifiants (pin), les deux pouvant inclure d’autres ingrédients (ou contenus ?), comme par exemple de la cire d’abeille (inédit).

11Les études anthracologiques de V. Py sont également en cours d’achèvement, notamment pour l’abri 2 et les fosses situées immédiatement à l’est de l’habitation 1.

12L’examen des nombreuses meules par C. Delefosse sera proposé lors des prochains rapports.

13Les spectrométries sur hématite seront conjointement initiées en 2013 dans les laboratoires des universités de Newcastle (M. Lambert) et de Pise (A. Corretti) afin de confronter méthodes et résultats dans l’optique de préciser les gîtes d’approvisionnement qui, s’ils sont bien elbains, offriront un regard nouveau sur l’évolution des trafics tyrrhéniens durant l’époque archaïque. Concernant la métallurgie, même si les témoignages sont à ce jour particulièrement fuyants, il conviendra de poursuivre les investigations, notamment avec un angle différent, par exemple par l’examen des outils lithiques de métallurgistes (L. Boutoille).

14Les perspectives de recherche concernent également le mobilier, avec la poursuite de la réalisation et de la contextualisation du corpus des vaisselles céramiques dont on envisage, à moyen terme, une étude monographique qui pourrait servir de colonne vertébrale à la définition de ce type d’industrie dans le sud de l’île pour le Bronze final et le premier âge du Fer, voire avant et après.

15Du point de vue du développement des excavations, on envisage de développer les problématiques par une ouverture de contextes jusqu’ici non abordés. Les sondages de la structure 14 laissant présager l’existence de structures « annexes » aux habitations, il serait souhaitable d’initier des travaux sur ce type d’aménagement. À ce titre, la structure 38 semble offrir un intéressant potentiel stratigraphique. La fouille de Nuciaresa a permis d’observer la destination fonctionnelle des espaces situés en avant des maisons de la seconde partie du premier âge du Fer ; en conséquence, la poursuite des recherches immédiatement en amont de l’habitation 3 s’impose naturellement. On envisage également de continuer les recherches sur des contextes plus « classiques » à l’échelle du site, en analysant une nouvelle habitation construite sur terrassement artificiel, un nouvel abri et en poursuivant les investigations sur les cheminements aménagés.

Fig. 1 – Plan d’ensemble du site

Fig. 1 – Plan d’ensemble du site

DAO : K. Peche-Quilichini.

Fig. 2 – Planimétrie de la structure 3

Fig. 2 – Planimétrie de la structure 3

DAO : K. Peche-Quilichini.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan d’ensemble du site
Crédits DAO : K. Peche-Quilichini.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22896/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1017k
Titre Fig. 2 – Planimétrie de la structure 3
Crédits DAO : K. Peche-Quilichini.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22896/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kewin Peche-Quilichini, « Sorbollano – Cuciurpula » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 24 avril 2017, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/22896

Haut de page

Auteur

Kewin Peche-Quilichini

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Kewin Peche-Quilichini

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search