Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse2013Résultats significatifs en Corse ...

2013

Résultats significatifs en Corse pour les années 2012-2013

Franck Leandri

Texte intégral

Mésolithique

1Parmi les principaux acquis de ces dernières années, le renouvellement des études sur le premier peuplement de l’île s’est opéré grâce à la découverte des gisements de Campu Stefanu et de Punta di Caniscione qui ont donné les datations les plus anciennes pour le Mésolithique corse. Les travaux ont livré des informations inédites sur les pratiques funéraires et sur la biologie de communautés, mais également sur les comportements techniques et les méthodes de subsistance, ceci dans un cadre local mais aussi plus largement euro-méditerranéen.

Néolithique

2Autre point fort de la recherche archéologique insulaire actuelle, les études récentes sur le premier Néolithique de l’île paraissent attester la présence de groupes humains dès la première partie du vie millénaire BC dans la vallée du Taravu. Signalons également l’émergence de problématiques liées à l’occupation des milieux d’altitude dans la seconde partie du vie millénaire BC avec le site de l’abri des Castelli, le plateau d’Alzu ou celui du Coscione.

3À partir du ve millénaire BC, l’hypothèse d’un rapprochement entre les sociétés de Corse et de Sardaigne est clairement perceptible à travers le changement de mode de subsistance et l’importation de matières premières comme le silex et l’obsidienne. Les recherches menées sur les sites du Monte Revincu, de Vasculacciu et Tivulaggiu mettent en exergue certaines particularités insulaires concernant l’émergence précoce du mégalithisme et la conception de singulières architectures domestiques inédites en Méditerranée occidentale.

4Les recherches menées sur le Néolithique final et le Chalcolithique (Sidossi, Listrella-Stabielle) permettent de progresser sur l’organisation spatiale des habitats, qui forment ainsi de véritables villages avec des espaces spécialisés notamment autour de la pratique de l’activité métallurgique du cuivre. Ces recherches illustrent également la pleine diffusion sur l’ensemble de l’île et une certaine homogénéité des productions matérielles de la culture terrinienne identifiée par Gabriel Camps dans les années 1980. On soulignera également l’intérêt majeur des études post-fouille menées notamment sur l’industrie lithique du site d’I Calanchi, qui proposent de diviser le Chalcolithique corse en trois phases distinctes.

Âge du Bronze

5Les recherches sur l’âge du Bronze ont quelque peu délaissé le traditionnel thème des habitats fortifiés, les castelli. Ainsi, l’exploration du gisement de Campu Stefanu a permis d’étudier de nouvelles thématiques liées aux villages de piémont et aux formes de l’habitat. Dans le même temps, d’importants acquis ont concerné les phases finales du mégalithisme (alignements d’I Stantari, tumulus de Mamucci).

Âge du Fer

6Pour l’âge du Fer, abordé seulement à partir des contextes sépulcraux jusqu’à une époque récente, les avancées ont essentiellement concerné l’habitat et la perception chronologique et culturelle des mobiliers, mais aussi le fonctionnement et l’économie des espaces de vie pour les deux phases de l’âge du Fer dans le contexte tyrrhénien (Cuciurpula, Cozza Torta, I Palazzi).

Antiquité

7Dans le domaine de l’archéologie antique, les opérations préventives de ces dernières années ont permis des avancées significatives. Plusieurs petits établissements des iie-iiie s. de notre ère ont ainsi fait l’objet d’analyses approfondies. Dans la colonie romaine de Mariana également, les travaux d’aménagement et de valorisation sont à l’origine d’études archéologiques sur des espaces étendus permettant de porter un regard nouveau sur l’étendue et l’organisation de la ville. Ces données nouvelles, accompagnées d’une relecture systématique des vestiges dégagés anciennement, sont intégrées dans une réflexion globale sur la transformation du cadre urbain depuis sa fondation (ier s. av. J.-C.) jusqu’à son abandon à la fin du Moyen Âge. Cette approche de la longue durée caractérise également les recherches sur les centres du pouvoir. Elles sont à l’origine, dès le début des années 2000, de l’ouverture de nouveaux chantiers de fouilles programmées ainsi que de la mise en place de projets collectifs de recherches (Mariana, Rostino, Sagone).

Époque moderne

8Pour la période moderne, les tours et forteresses littorales constituent l’un des patrimoines significatifs de l’île. L’aménagement de plusieurs de ces édifices constitue un fort enjeu patrimonial et un sujet très sensible du point de vue de l’archéologie. Le diagnostic mené dans le cadre du projet de restauration du fortin de Girolata illustre toute la complexité de l’ouvrage, qui passe du concept de tour génoise isolée à celui de fortin. D’autres édifices sont concernés à terme par ce type d’exploration.

9L’organisation de recherches collectives diachroniques montre la capacité de la jeune génération à élaborer des projets communs et à produire des volumes importants de données nouvelles. Ainsi, la réflexion sur l’échange et la circulation des matières premières durant la Préhistoire et la Protohistoire (analyses de silex et d’obsidienne, de perles en ambre et verre) invite aujourd’hui à repenser la place de l’île dans les réseaux unissant les deux bassins de la Méditerranée. De la même manière, les études géoarchéologiques apportent un éclairage totalement inédit sur l’évolution des paysages littoraux en lien avec l’implantation de quelques sites majeurs (Mariana, I Calanchi, Sagone, Aléria, etc.) et précise de manière diachronique l’impact anthropique.

10Ce bilan nous paraît illustrer l’attachement du service régional de l’archéologie à mettre en œuvre l’ensemble des missions dans un contexte économique très tendu. Je voudrais enfin conclure en saluant mes anciens collègues conservateurs Joseph Cesari, Paul Nebbia et Jean-Claude Ottaviani qui méritent la gratitude de la communauté des archéologues de l’île. Je ne doute pas qu’ils poursuivront leur passion de chercheurs et contribueront à la restitution de l’histoire de notre passé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Leandri, « Résultats significatifs en Corse pour les années 2012-2013 »ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/22920

Haut de page

Auteur

Franck Leandri

Drac Corse (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search