Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse2015Résultats significatifs en Corse ...

2015

Résultats significatifs en Corse pour les années 2014-2015

Franck Leandri

Texte intégral

Préhistoire

1La poursuite de l’opération programmée sur le plateau de Capu-di-Lugu à Belvédère-Campomoro a permis de documenter deux sites mégalithiques très endommagés. L’approche OSL en temps réel pour leur datation permet de proposer un nouveau jalon chronologique absolu pour le mégalithisme corse.

2Dans la vallée du Marcuncellu, à Teghja di Linu II sur la commune de Calenzana , les recherches ont permis de documenter un vaste établissement de la fin du Néolithique constitué de nombreuses structures dont la nature exacte reste à préciser.

3Sur la commune de Monticello , le site de Stabielle situé dans le prolongement de celui de Listrella a été fouillé dans le cadre d’une opération préventive préalablement à la construction d’un lotissement. L’opération a concerné une emprise de 1 300 m2 environ, confirmant l’existence d’un grand établissement de plein air de la fin du Néolithique présentant des traces d’activité métallurgique.

4À Grossa, le site mégalithique de Vaccil Vecchiu identifié au xixe s. a fait l’objet d’une intervention afin d’en approfondir la connaissance. Ce monument est quasiment détruit. Cependant, la reconnaissance de potentielles fosses de calage indiquerait un alignement sur deux files, et hypothétiquement, une troisième file.

5Sur le littoral des communes de Sartène et Monaccia-d’Aullène, une prospection thématique a permis de préciser l’éventuelle présence de stations mésolithiques et de les caractériser.

6Le diagnostic mené au lieu-dit Suali à Santo-Pietro-Tenda a révélé la présence de plusieurs structures dont une de type mégalithique dont le fonctionnement s’inscrirait à la fin du Néolithique. La modification de consistance du projet de parc photovoltaïque a permis de préserver ces aménagements.

7Sur le site de la grotte Southwell à Vivario, la reprise de travaux nous permet de disposer enfin d’une documentation technique du site et apporte des informations précises sur un gisement qui a connu de nombreuses vicissitudes. Les séries anciennes conservées dans les musées de l’île ont fait l’objet d’un examen. Elles attestent au moins quatre occupations : Néolithique ancien, Néolithique final/récent, Antiquité et période moderne. D’un point de vue patrimoniale et scientifique, il était nécessaire de conclure définitivement les interventions sur ce site dans le contexte de mise en valeur de la forêt domaniale de Vizzavona.

8Enfin, la caractérisation des silex constitue un enjeu fondamental pour l’identification des comportements et des systèmes techniques, des mobilités et des transferts au cours des temps préhistoriques. Cette thématique de recherche fait actuellement l’objet d’une démarche de structuration des acteurs à l’échelle nationale, fruit d’une collaboration entre le ministère de la Culture et de la Communication (SDA), le CNRS et l’Inrap. Elle est déclinée en Corse dans le cadre d’une étude sur la provenance des silex des sites corses et des relations entre l’île Corse et la Sardaigne au cours du Néolithique.

Protohistoire

9À Porto-Vecchio, la fouille du site de Cozza Torta, vaste établissement pré- et protohistorique de plein air identifié dans les années 1980 permet de documenter un grand nombre de problématiques relatives à l’âge du Fer insulaire : des phases de mise en place, de restructuration de l’habitat et différents niveaux d’occupations. Plusieurs dispositifs de calages ont été reconnus grâce auxquels on peut formuler des hypothèses quant aux superstructures liées à cette unité d’habitation.

10À Sartène, dans le cadre de l’aménagement d’un lotissement, les traces diffuses d’une occupation néolithique et un gisement de plein air de l’âge du Bronze très érodé ont été mis au jour lors d’un diagnostic archéologique. L’ensemble est réparti sur une surface d’environ 1 500 m2.

11La fouille programmée du site de Cuciurpula sur la commune de Sorbollano, menée depuis 2008, s’est achevée cette année. Elle fournit un panorama complet des sociétés du Bronze final et du premier âge du Fer de Corse. Les problématiques développées sont pleinement intégrées aux dynamiques de recherche insufflées dans l’île, dans un cadre multidisciplinaire, afin de retranscrire au mieux les différents aspects économiques, sociaux, culturels, techniques et paléo-environnementaux abordés. La publication monographique de ce gisement est maintenant en cours de rédaction.

12À Olmeta-di-Capocorso, les peintures rupestres de l’abri de la Grotta Scritta font l’objet d’un relevé lasergrammétrique 3D qui permet de disposer d’un outil documentaire précis pour l’étude et la conservation de ce gisement.

13À Cucuruzzu, sur la commune de Lévie, une fouille préventive préalable à la restauration et à l’aménagement du site a été menée dans le secteur de la torra et au sud-est de l’enceinte. Elle fournit de nouvelles observations sur les réaménagements protohistoriques et subactuels, sur le fonctionnement et sur l’insertion chrono-culturelle de cette fortification de l’âge du Bronze.

14À Lano, la découverte fortuite d’une cavité sépulcrale lors de l’exploration des grottes et porches perchés de la commune a entraîné la mise en œuvre d’une expertise par le service régional de l’archéologie. Les vestiges sont constitués d’ossements épars et de longues pièces de bois appartenant à au moins deux contenants de type coffre. Un échantillon de bois et une mandibule humaine, prélevés lors de la mise au jour, ont fait l’objet d’une analyse 14C qui renvoie à la fin de l’âge du Bronze. L’intérêt patrimonial et scientifique de cette découverte exceptionnelle justifie la mise en œuvre de moyens importants dans le cadre d’une opération menée au printemps 2016.

Antiquité

15Sur la commune de Bonifacio, le site de Sant’Amanza a fait l’objet d’un diagnostic archéologique. Dans le secteur de l’église paléochrétienne, les phases d’occupation s’échelonnent entre les iie-iiie s. apr. J.-C. et le xive s. Parmi les résultats significatifs de cette opération, il a été possible de restituer l’organisation générale du vignoble antique dans ses grandes lignes. Sur le site de Piantarella, la reprise des travaux a pour objectif de définir une problématique de recherche autour de cet important gisement du contexte tyrrhénien. L’intervention a donc cherché à mieux circonscrire le site, à en préciser son organisation générale et sa chronologie. L’opération fortement encouragée par le service régional de l’archéologie a également permis de relancer le volet sur la conservation en concertation avec les propriétaires en raison des multiples dégradations de fouilleurs clandestins.

16Sur la commune de Pianottoli-Caldarello, le site de San Giovanni a fait l’objet d’une nouvelle approche qui permet de mieux cerner l’emprise du gisement et sa chronologie relative entre l’Antiquité tardive et le début du second Moyen Âge.

17À Lucciana, le projet collectif de recherche « Mariana : Paysage, architecture et urbanisme de l’Antiquité au Moyen Âge » a développé des problématiques essentiellement orientées autour de l’espace urbain et de sa proche campagne dans toutes ses composantes, depuis la fondation de la colonie, vers 100 av. J.-C., jusqu’à l’abandon de l’habitat au début du xvie siècle. Une nouvelle équipe et des méthodes de travail se mettent progressivement en place. Il s’agit également d’apporter un éclairage nouveau au discours muséographique du futur musée et du parc archéologique de la commune.

18Plusieurs structures domestiques ont été exhumées à San Paolo sur la commune de Méria. Une grande partie du mobilier est rattachable aux iie s. av. J.-C. et iiie s. apr. J.-C. Reste maintenant à définir le statut de ce gisement.

19À Vico, sur la butte de Sant’Appianu, l’opération s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche sur les sièges épiscopaux de Corse et de Sardaigne depuis leur création (ive-vie s.) jusqu’à leur transfert définitif (xiie-xvie s.). Plusieurs étapes importantes de l’histoire du site ont été identifiées : la probable reconstruction d’un quartier résidentiel dans la seconde moitié du ive s. sur un édifice antérieur de type villa ; la construction d’un mausolée et d’une petite nécropole dans le deuxième tiers du ve s. ; la construction d’une église de taille modeste vers la fin du ive millénaire ou le début du ve s. et enfin la reconstruction de l’église au milieu du xiie s. Sur le replat d’A Sullana, face à la butte de Sant’Appianu, un diagnostic préalable à la construction d’une résidence a mis au jour le prolongement du bâtiment et de la nécropole antiques identifiés dans les années 1980. La fouille préventive prescrite doit permettre de documenter cet établissement antique rural, peut-être une villa avec entrepôt en lien avec le mouillage de Sagone. Ce type d’établissement est singulier et demeure particulièrement mal connu dans le contexte régional.

20À Aléria dans le secteur de Mare Stagno, les sondages ont permis de mieux cerner l’emprise du gisement antique pillé par des fouilles clandestines. Les aires bâties semblent occuper une surface estimée à au moins 700 m2. L’organisation générale des bâtiments n’est pas clairement définie mais l’hypothèse d’un espace de production est envisagée. La chronologie du site se place entre la première moitié du ier s. et la fin du iiie s.

21À Ghisonaccia, l’opération de diagnostic menée au lieu-dit Chjusavia a révélé deux occupations distinctes chronologiquement. La première, largement impactée par l’activité agricole du xxe s., est datée de l’époque républicaine (iiie-ier s. av. J.-C.). Les terres rapportées à des fins architecturales dans les constructions d’époque républicaine livrent des fragments d’amphores de production étrusque (vie-ive s. av. J.-C.), ainsi qu’un épandage qui témoignent de la présence d’une installation plus ancienne.

22Deux opérations de fouille préventive menées conjointement à Venzolasca, sur le site de Palazzi ont permis de préciser l’emprise et la trame du site, révélant notamment l’existence d’un quartier d’habitation sur presque 1 700 m2. Le début de l’existence du site a pu être précisé dans la première moitié du iie s. av. J.-C., un épisode de destruction brutale intervenant vers la fin du ier s. av. J.-C.

Période médiévale

23Sur la commune de Bonifacio, préalablement aux travaux d’aménagement de l’espace Montlaur, un diagnostic archéologique a permis de documenter les églises Saint-Barthélemy et Sainte-Croix, édifices très modifiés à différentes époques. Des niveaux néolithiques en place ou en position secondaire ont été observés aux abords immédiats de l’église Saint-Barthélemy. Sur une surface d’environ 1 000 m2, ces vestiges couvrent deux périodes distinctes du Néolithique de la Corse : le Néolithique ancien et le Néolithique récent. Compte tenu des résultats du diagnostic, une fouille préventive sur ce secteur de la ville haute de Bonifacio a été prescrite. Dans ce même secteur de la ville haute, le projet de restauration et d’aménagement de l’église Sainte-Marie-Madeleine a donné lieu à une opération préventive qui renouvelle les connaissances de cet édifice d’époque moderne.

24L’opération préventive menée à Sainte-Lucie-de-Tallano, dans le cadre de la valorisation de l’église médiévale San Ghjuvan Battista, s’est révélée positive tant sur le plan du sous-sol que des observations du bâti médiéval. Les aménagements liturgiques que l’on croyait disparus ont pu être retrouvés pour partie en place.

25Le secteur du casteddu de Baricci à Sartène a fait l’objet d’une exploration qui a révélé plusieurs structures bâties médiévales mais aussi l’absence d’habitat villageois. Son proche territoire de la vallée de l’Ortolo a été précisé.

26À Tavera, les travaux effectués sur le site fortifié médiéval d’I Casteddi depuis 2013 confirment l’intérêt du site par rapport à son occupation diachronique, du Néolithique au Moyen Âge. Ils mettent en évidence une stratigraphie complexe, relativement perturbée.

27Sur le site de l’église paroissiale San Lorenzo à Lama, dans le cadre de sa restauration, le diagnostic devait compléter les données historiques disponibles, en particulier sur sa chronologie et son fonctionnement.

28À Valle-di-Rostino, le site de Santa-Maria-di-Rescamone a fait l’objet d’une nouvelle approche dans le contexte d’un projet d’aménagement. Les investigations ont mis en évidence le bon état de conservation de la mosaïque et des portions inédites du bâti. Le projet de mise en valeur du site, compte tenu de cette intervention, est en cours de définition.

Périodes récentes

29À Ajaccio, la fouille réalisée dans l’emprise du square Campinchi a confirmé la présence des lignes de quai napoléoniennes qui marquent les premières phases d’extension de la ville. Ces découvertes sont à l’origine de l’arrêt des travaux d’aménagements. La municipalité s’attache désormais à la mise en valeur de ce patrimoine emblématique de la ville impériale.

30À Bastia, l’étude du bâti du centre historique a été réalisée préalablement à l’élaboration d’une AVAP et d’une zone de présomption de prescription archéologique. Cette mission a permis de caractériser le bâti civil médiéval et moderne sur un échantillon de 163 demeures situées entre le vieux port et les boulevards Gaudin et Paoli.

31Sur la commune de Belgodère, la fouille préventive a permis de documenter la chronologie et le fonctionnement de la tour de Lozari avant sa valorisation. En Haute-Corse, la prospection thématique « Les mines de cuivre du Centre Corse » et celle de la mine de fer de Farinole ouvrent un pan de recherche faiblement investi en Corse, celui de l’archéologie minière. L’apport de nouvelles données en Centre-Corse est considérable et servira à enrichir la carte archéologique nationale avec un niveau et une qualité d’information à souligner. L’essentiel des résultats acquis par la prospection concerne des traces minières relativement récentes (milieu du xixe s. et début du xxe s.).

Diachronique

32Entre 2013 et 2015, le programme collectif de recherches (PCR) « Approche géoarchéologique des basses vallées fluviales de Corse : la nécessaire prise en compte de l’évolution paysagère au cours de l’Holocène » a mobilisé 25 chercheurs, étudiants, universitaires et CNRS, de différentes spécialités : géomorphologie, palynologie, anthracologie, entomologie, micropaléontologie, géochimie et archéologie.

33Parmi les résultats les plus significatifs, on retiendra que la genèse des marais littoraux et lagunes de Corse s’est opérée dans un contexte tectonique très stable, mais n’a pas été synchrone à l’échelle de l’île durant tout l’Holocène contrairement au schéma généralement admis. À Sagone, les travaux ont mis en évidence une modification profonde des paysages et l’existence d’une ancienne baie marine au trait de côte mobile. Dans la plaine du Golo, les analyses ont livré des éléments de compréhension sur la dynamique sédimentaire du fleuve en lien avec la ville antique. Dans la basse vallée du Taravo, secteur particulièrement bien couvert par la carte archéologique, les recherches menées antérieurement ont été précisées mais nécessiteront de nouvelles acquisitions de données.

34Parallèlement à ces travaux, le volet sur l’évolution du niveau marin au cours de l’Holocène a également été finalisé. Les résultats concordent avec ce qui était généralement convenu pour les quatre derniers millénaires mais divergent nettement pour les périodes antérieures.

35Le PCR, en lien avec la base de données Patriarche, a permis de finaliser et de mettre en ligne deux bases de données environnementales géoréférencées (via l’atlas de l’observatoire du développement durable de la Corse de la DREAL).

36L’ensemble de ces études doivent être poursuivies mais également intégrées plus précisément aux dynamiques de peuplement autour des grands gisements historiques et préhistoriques littoraux de l’île : Punta di Caniscione, Basi, I Calanchi, Mariana, Aléria, Terrina, etc. Signalons que l’ensemble des données formatées, traitées et analysées sont disponibles sur support SIG livré à la Drac avec le rapport.

37Du point de vue de la diffusion scientifique des résultats, ce PCR a été valorisé en 2015 à travers la tenue du colloque « Geomedislands 2015 » sur le thème « Palaeoenvironmental changes and history of the human occupation in the Mediterranean islands since the Last Glacial Maximum: a multi disciplinary approach » à Cargèse. Cinq communications portant sur les thématiques du PCR ont été présentées et seront publiées en 2016 dans les actes du colloque à paraître aux éditions du CNRS.

38On ne peut que se réjouir de voir aboutir ce programme qui a fédéré les acteurs insulaires et produit un véritable effet levier en faveur du développement des études paléoenvironnementales en Corse en interagissant avec différents programmes de recherches nationaux préexistants (MISTRALS, ARTEMIS, etc.). Ce programme a permis de mettre en place une méthodologie d’intervention en lien avec des outils référentiels qu’il conviendra de développer : c’est tout l’enjeu des perspectives annoncées à partir de l’année 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Leandri, « Résultats significatifs en Corse pour les années 2014-2015 »ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/22921

Haut de page

Auteur

Franck Leandri

Drac Corse (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search