Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19922A – Corse-du-SudSartène – Castidetta-Pozzone

1992
2A – Corse-du-Sud

Sartène – Castidetta-Pozzone

Fouille programmée (1992)
Responsable d’opération : Paul Nebbia

Texte intégral

1La campagne de fouilles programmées de 1992 sur le site préhistorique de Castidetta-Pozzone (commune de Sartène) a été menée avec la collaboration de Pascal Tramoni et Franck Leandri. L’étude du monument turriforme sommital du gisement a été achevée et il a été possible de poursuivre le dégagement de la structure d’habitation II de la terrasse nord-nord-ouest.

2Les travaux conduits depuis 1987 permettent aujourd’hui de présenter quelques éléments d’interprétation historique de ce site. Les fouilles ont donné une vision plus cohérente des structures de cet habitat de l’âge du Bronze moyen et final de la Corse-du-Sud qui occupe une butte rocheuse à 169 m au-dessus des basses vallées du Campo Maggiore et du Rizzanese.

Les données architecturales

La tour sommitale

3Sur la partie sommitale rocheuse et escarpée, les préhistoriques avaient édifié une imposante tour. Cette construction de plan parfaitement circulaire avait 9,50 m de diamètre. Elle était implantée en partie sur l’assise rocheuse, préalablement régularisée, et là où le rocher faisait défaut, sur une massive plate-forme en blocs de grand module.

4Cette tour s’ouvrait au sud-est par une porte relativement étroite à en juger par le linteau qui est resté sur place. Depuis l’entrée, un couloir (environ 1,50 m de large) donnait accès aux pièces basses. Sur la gauche du couloir d’entrée, au sud-ouest, une porte avec le départ d’un escalier, réservé dans l’épaisseur de la muraille, indique l’existence d’un étage.

5Différents calculs ont montré qu’il était possible d’établir une chambre sensiblement de même dimension que celle qui occupe le premier niveau de la tour. D’autre part le remplissage d’effondrement des parties supérieures de l’édifice, atteste par la présence de fragments de céramiques et de cendres que l’étage avait été habité. Cette constatation nous conduit donc à émettre l’hypothèse de l’existence d’une pièce plus qu’une simple terrasse.

6À son niveau inférieur cette tour comprenait outre le couloir d’entrée, une pièce centrale parfaitement circulaire de 4 m de diamètre intérieur (fig. 1). Cette pièce possédait deux loges ou diverticules : l’un au nord-est, qui avait conservé une partie de sa couverture en dalles encorbellées, l’autre au nord-ouest, fortement arasé.

Fig. 1 – Plan du foyer circulaire au centre de la pièce basse du monument sommital

Fig. 1 – Plan du foyer circulaire au centre de la pièce basse du monument sommital

Relevé : P. Nebbia.

7Ces dispositions planimétriques des architectures, nous renvoient aussi bien aux monuments corses de la même période, en particulier les monuments de Foce (Argiusta), Balestra (Moca-Croce), Turricchiu-Filitosa (Sollacaro), Cucuruzzu (Lévie), Tappa, Ceccia, Bruschiccia (Porto-Vecchio) etc., que vers des Nuraghi a tholos monotorri de la proche Sardaigne (Nuraghe Genna Masoni, Gàiro à Nuoro, Nuraghe Giannas, Flussio à Nuoro, Nuraghe madrone, silanu à Nuoro, etc.).

8Les ressemblances de la tour de Castidetta-Pozzone avec les monuments nuragiques simples ne se limitent pas seulement à la planimétrie, la technique de construction par l’emploi de blocs bien équilibrés et soigneusement ajustés, mais s’apparentent à la construction isodome de plusieurs monuments sardes.

L’enceinte

9L’enceinte sommitale du gisement avait un périmètre d’environ 140 m et circonscrivait la partie supérieure du site par une muraille en pierres sèches, dont on retrouve sur la partie sud les arases, et sur la terrasse nord-nord-ouest, des pans encore en élévation sur plus de 2 m.

10Cette enceinte formait une avancée au nord-est en forme de bastion renforcé par un fossé profond de plus de 2 m. Sur la pente, une série de murs de soutènement aménagaient des terrasses propices à l’établissement de petites maisons, dont on retrouve les nombreuses pierres.

Les habitations

11C’est sur la partie sommitale, au niveau des terrasses attenantes à la tour, qu’il a été possible de repérer trois grandes habitations. Deux situées sur la partie nord-nord-ouest ont fait l’objet de fouilles. Celle qui occupe la terrasse sud a été repérée, car son niveau d’occupation affleure dans cette zone en forte déclivité où l’assise rocheuse a été dégagée par l’érosion.

12Ces maisons étaient quadrangulaires (fig. 2 et 3). Leur plan proche d’un rectangle, délimitait des surfaces qui variaient entre 18 m2 pour la plus petite et 40 m2 pour la plus grande. Les murs étaient en moyen appareil, construits à l’aide de moellons de granite, obtenus par percussion et détachés de la zone rocheuse sud-est qui servait de carrière.

Fig. 2 – Maison avec foyer rectangulaire

Fig. 2 – Maison avec foyer rectangulaire

Relevé : P. Nebbia.

Fig. 3 – Maison II de la partie sommitale (nord/ouest)

Fig. 3 – Maison II de la partie sommitale (nord/ouest)

Détails du foyer et de la banquette.

Relevé : P. Nebbia.

13Toutes les maisons étaient équipées d’au moins un foyer construit et parfois d’une banquette de pierre. Une d’entre elle disposait d’un silo.

Les résultats archéologiques

La stratigraphie

14Les fouilles ont permis de différencier deux phases d’occupation. Dans la tour ont été individualisées :

  • une première occupation qu’il nous est possible de rattacher au Bronze moyen (circa 1500-1100 av. J.-C.) ;

  • une deuxième phase plus tardive appartient au Bronze final (circa 1100-800 av. J.-C.).

15De cette dernière phase proviennent quelques fragments de céramiques au décor caractéristique de l’Apenninique. C’est aussi à cette ultime utilisation de la tour qu’appartient une banquette de pierres qui épousait le contour circulaire de la pièce centrale, autour d’un foyer. Ce dernier s’était superposé, après une période d’abandon, ou une phase de restructuration du sol d’habitat de la tour, à un foyer appareillé parfaitement circulaire. Il avait une sole en terre cuite sertie dans une couronne de pierres liées par de l’argile que l’exposition au feu a transformé en une sorte de béton.

16Ces structures confirment donc la chronologie déjà établie par la stratigraphie et les mesures d’âge 14C de charbons de bois prélevés dans cette tour. Le mobilier céramique, lithique et métallurgique reste pauvre.

Le mobilier céramique

17Les principaux récipients sont représentés par une céramique utilitaire pour le stockage ou d’usage culinaire : jarre, bols, assiettes creuses ou plates, gobelets, marmites, coupes, etc.

18Aucune de ces pièces ne comporte de décoration. Les seuls tessons décorés (de lignes pointillées) découverts sur le site, appartiennent à des vases de style apenninique.

Le matériel lithique

19Le mobilier lithique est très pauvre. Il est surtout représenté par du matériel de percussion, de broyage et de ripage. Dans les arases des maisons I et II, des meules avaient été réutilisées comme simple pierres à bâtir.

20Nous signalerons la présence de nombreuses meules dormantes découvertes aux marges des champs dans la vallée du campo Maggiore, au pied de la pente est du site. Cela parait indiquer que la mouture (peut-être de céréale) était réalisée pratiquement sur place, dans le champ de production.

21En fait dans la partie haute il y a peu de molettes. Une seule grande meule dormante a été recensée dans les éboulis de la tour sommitale. Les galets lissoirs sont plus nombreux, ils servaient au lissage voir au polissage des surfaces externes de certains vases.

La métallurgie

22Les outils que l’on retrouve avec une certaine fréquence sont des pierres à aiguiser en hématite, souvent très réduites par un long usage. Ces dernières laissent supposer une utilisation fréquente pour affûter des lames métalliques.

23Ces lames sont induites de la découverte d’une matrice de fusion qui permettait l’obtention d’un poignard à manche massif au pommeau en demi-lune. Ce type de pommeau est figuré sur certaines statues-menhirs : poignard de Filitosa V (Sollacaro), épée courte de Santa Naria (Olmeto), épée de Valle (Lecci) et épée de la stèle du site même de Pozzone (fig. 4).

Fig. 4 – Statue-menhir de Muntagnola-Pozzone

Fig. 4 – Statue-menhir de Muntagnola-Pozzone

Dessins : P. Nebbia.

24La découverte de ce moule de poignard in situ, dans un niveau attribuable au Bronze final (circa 1000/800 av. J.-C.) apporte un élément concret de réponse aux spéculations sur les datations trop anciennes de certaines de ces armes. Soulignons, que ce modèle de poignard, proche, de celui découvert en Haute-Corse à Pancheraccia trouve des correspondances en Sardaigne (poignard de Santa Maria di Paulis, etc.).

25Il semble bien que nous soyons en présence d’une arme produite dans la phase finale de l’âge du Bronze. Les statues-menhirs auxquelles nous nous sommes référés semblent aussi appartenir à ces phases chronologiques.

26Une longue tradition métallurgique, initiée dès le Chalcolithique sur de nombreux gisements : Terrina (Aléria), I Calanchi (Sollacaro), Basi (Serra-di-Ferro), Cauria (Sartène), Monte-Lazzo (Casaglione), etc., prouve la maîtrise de la fusion et de la transformation du métal dans une période antérieure de plus d’un millénaire à celle représentée à Castidetta-Pozzone.

Conclusion

27Le site de Castidetta-Pozzone est une modeste unité villageoise, à caractère défensif, dans une position stratégique. Les fouilles archéologiques ont fait progresser la connaissance de ce type d’implantation. Ce gisement témoigne d’une façon très didactique des modes de vie et des préoccupations de sécurité de ses habitants.

28Ici comme sur d’autres ensembles, les architectures se sont adaptées aux contraintes morphologiques et géologiques du site. Elles s’articulent sur les rochers du chaos et intègrent ainsi l’espace bâti dans les éléments du paysage. Cette forte cohésion au milieu témoigne d’un art de bâtir opportunément dans un site qui, au départ, paraît présenter des inconvénients majeurs : forte déclivité des pentes, encombrement et éparpillement des masses rocheuses aux contours tourmentés, intense et permanente action érosive des éléments naturels (ravinement, action éolienne, désagrégation du chaos granitique).

29Cependant ces facteurs négatifs sont largement compensés par :

  • la position qui intégrait dans une stratégie de gestion du terroir, le champs visuel d’une vaste zone de passage et des emprises cultivables ;

  • la présence de l’eau : source pérenne à environ 100 m du village, rivière de Campo Maggiore et fleuve du Rizzanese avec probablement une modeste activité halieutique dans un rayon inférieur à 250 m de l’habitat ;

  • l’existence de ripisylves souvent riches en limons et argiles nécessaires à la fabrication des poteries et où poussent saules, ronces, lianes et joncs utilisés en vannerie et sparterie ;

  • la proximité d’espaces cultivables, de glacis propices au pacage et de zones de piémonts aux potentialités sylvicoles ; les facilités de circulation à travers cols, gués et chemins à mi-pentes ;

  • la présence de roches directement exploitables pour la construction des habitats (soit en raison de la présence de formes érosives particulières comme les taffonis, abris, etc., soit à cause de la nature gélive de la roche.

30Ces constantes des écosystèmes restent toujours dans un espace accessible n’excédant jamais une heure de marche. Ici, compte tenu des pentes et de la complexité du relief, les distances ne pouvaient guère dépasser un rayon d’un à deux kilomètres à vol d’oiseau.

31Le système d’exploitation du sol pour ces petites communautés villageoises était, semble-t-il, centré sur une partie du territoire qui se limitait à une portion de vallée. Castidetta-Pozzone exploitait donc, comme d’autres habitats qui lui sont contemporains, une section de la vallée du Rizzanese formant un espace suffisant pour procurer la subsistance de ses habitants. En outre, les caractères techniques révélés par l’archéologie, intègrent ce site aux constantes ethno-socio-économiques qui caractérisaient la culture corse de l’âge du Bronze.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan du foyer circulaire au centre de la pièce basse du monument sommital
Crédits Relevé : P. Nebbia.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Titre Fig. 2 – Maison avec foyer rectangulaire
Crédits Relevé : P. Nebbia.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22937/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3 – Maison II de la partie sommitale (nord/ouest)
Légende Détails du foyer et de la banquette.
Crédits Relevé : P. Nebbia.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22937/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 4 – Statue-menhir de Muntagnola-Pozzone
Crédits Dessins : P. Nebbia.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22937/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 709k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Nebbia, « Sartène – Castidetta-Pozzone » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/22937

Haut de page

Auteur

Paul Nebbia

Articles du même auteur

  • Foce Bilzese – Torracone [Texte intégral]
    Fouille préventive d’urgence (1992)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Sartène – Rinaghiu II [Texte intégral]
    Fouille préventive d’urgence (1993)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Sartène Pozzone [Texte intégral]
    Fouille programmée (1991)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Canton de Sartène [Texte intégral]
    Prospection inventaire (1995)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
Haut de page

Responsable d’opération

Paul Nebbia

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search