Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19922A – Corse-du-SudSartène – Village de l’Ortolo

1992
2A – Corse-du-Sud

Sartène – Village de l’Ortolo

Fouille programmée (1992)
Responsable d’opération : Gilles Giovannangeli

Texte intégral

1Ce village déserté domine le flanc gauche de la vallée de l’Ortolo à environ 300 m d’altitude, sur les premiers contreforts du massif de Cagna. Les ruines sont confondues sur la carte IGN au 1/25 000e avec celles de la chapelle romane de Saint-Jean qui se trouve en réalité à près de 500 m au nord-ouest. En l’absence de toponyme précis, le site sera ici désigné sous le nom de village de l’Ortolo, ce qui correspond vraisemblablement à son nom médiéval comme nous avons pu le montrer à travers des recherches d’archives («la villa di l’Ortolo» dans les textes du xve s.). Les premières prospections, menées en 1989 et 1990 ont permis de recenser les ruines de près d’une trentaine de maisons dont certaines conservaient encore de beaux murs en élévation et des éléments architecturaux bien identifiables (notamment des portes avec linteaux sur corbeaux). Elles s’étagent en ordre lâche sur une série de terrasses entre 300 m et 350 m d’altitude à proximité d’un point d’eau (fig. 1). Sur deux rochers en lisière nord-est et sud-est, on peut toujours identifier les vestiges de deux petites constructions défensives (les tours nord et sud).

Fig. 1 – Plan d’ensemble du village de l’Ortolo

Fig. 1 – Plan d’ensemble du village de l’Ortolo

Relevé : F. Leandri (Afan).

2Aussi une étude archéologique de ce site nous a-t-elle parue justifiée pour une meilleure compréhension des habitats villageois du bas Moyen Âge en Corse. Compte-tenu de l’ampleur du gisement (près d’un hectare), nous avons privilégié depuis trois ans l’étude archéologique d’un îlot d’habitation, dit « îlot nord », dans la partie la plus basse du village, qui présentait des structures complexes associant des vestiges de maisons et des abris sous roches aménagés par l’homme à une petite fortification sur une grosse boule granitique.

3En 1992, les sondages pratiqués dans les habitats contigus I, II et III, ont permis d’identifier une importante occupation du xve s. avec un abandon dans la première moitié du xvie s. Sur des sols en terre battue (bien conservés dans les maisons I et III, beaucoup plus dégradé dans la maison II) se trouvait une grande quantité de mobilier dans un sédiment sombre et charbonneux correspondant aux niveaux d’abandon.

4La maison I, petite pièce trapézoïdale d’environ 20 m2 a livré un matériel qui reflète l’importance des activités domestiques avec de nombreux fragments de céramiques culinaires modelées, 12 fusaïoles presque toutes taillées dans des tessons de majolique et divers objets métalliques (un dé à coudre, quelques lames de couteaux, etc.). Ce matériel était associé à des céramiques fines importées, provenant de Toscane, de Ligurie (fig. 2) ou dans une moindre mesure des ateliers de Valence. Une des particularités du sol d’occupation (du xve s.) de cette maison tient à la découverte de deux foyers à moins d’un mètre de distance, tous deux constitués d’une couche d’argile rubéfiée, circonscrite par des pierres et des galets.

Fig. 2 – Maison II : plat à décor incisé polychrome (céramique ligure)

Fig. 2 – Maison II : plat à décor incisé polychrome (céramique ligure)

Début du xvie s.

Dessin : D. Istria.

5L’espace intérieur de la maison II, était encombré de rochers dont certains épannelés et partiellement débités, avaient permis de dégager un couloir de circulation entre deux portes alignées suivant un axe est-ouest. La partie sud de la pièce portait de modestes aménagements destinés à utiliser aux mieux la configuration du terrain (muret). La stratigraphie et le matériel céramique sont tout à fait comparables avec ceux de la maison I. Cependant le matériel métallique, par la qualité de certains objets découverts (étrier avec crochet de suspension, plaquettes rivetées d’une brigandine ou armure légère, bague d’argent, etc.) apporte un éclairage nouveau sur les occupants de ces maisons.

6Ce matériel peut être daté de la fin du Moyen Âge comme le confirment les six piécettes de monnaies découvertes lors de ces sondages, qu’il s’agisse de quartari de Gênes surfrappés au xve s. à Bonifacio ou d’un denaro minuto frappé à l’époque de Paolo di Campofregoso, doge de Gênes de 1483 à 1488.

7La maison III, en contrebas des deux autres et de forme oblongue, présente pour l’instant une stratigraphie comparable à celles des sondages précédents. L’intérêt du matériel découvert dans le niveau d’abandon tient ici à la diversité des céramiques modelées reconstituables ainsi qu’à la qualité de quelques objets métalliques, notamment un très beau fragment de garde d’épée (L : 104 mm) à décor piqueté et à quillon incurvé.

8Enfin un premier sondage, pratiqué sur le rocher fortifié ou tour nord qui dominait ces maisons, a montré que ce rocher avait fait aussi l’objet d’une occupation au bas Moyen Âge. Un réseau de murs, pour la plupart orthogonaux et soigneusement appareillés, a été mis au jour. La quantité du matériel retrouvé montre déjà qu’il ne s’agissait pas d’un simple poste de guet mais d’un lieu d’habitation et de défense. Dans une mince couche charbonneuse immédiatement au-dessus du substrat rocheux s’étaient accumulés divers objets ou fragments relevant à la fois des activités domestiques (fusaïoles, dé à coudre), de l’exploitation du terroir (serpe) ou de la guerre (croc d’arbalète). S’y ajoutaient quelques petits accessoires de vêtements comme un fragment d’épingle à tête globuleuse (bronze et or).

9L’étude en cours de ces trois maisons et de cette tour permet déjà de mieux comprendre certains aspects de l’habitat médiéval insulaire et des activités de ses occupants, toutes choses sur lesquelles les textes sont silencieux. On peut toutefois s’interroger sur les habitants de ces villages : s’agissait-il de cultivateurs exploitant les terroirs environnants ou de notables ruraux (Principali dans les textes) au comportement proche de celui de l’aristocratie des Castelli ? L’importance relative de la céramique fine (majoliques italiennes, céramiques valenciennes au lustre métallique, etc.), des attributs de parure ainsi que des objets qui évoquent la chasse ou la guerre conforterait plutôt la deuxième hypothèse.

10L’occupation du site s’interrompt brutalement dans le premier tiers du xvie s., ce qui pourrait justifier le point de vue des chroniques locales sur la disparition de nombreux villages proches du littoral très exposés aux raids barbaresques. Reste à établir comment est né et s’est développé un tel village, les sondages ne révélant pour l’instant qu’une séquence d’occupation centrée sur le xve s.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan d’ensemble du village de l’Ortolo
Crédits Relevé : F. Leandri (Afan).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 – Maison II : plat à décor incisé polychrome (céramique ligure)
Légende Début du xvie s.
Crédits Dessin : D. Istria.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/22943/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 641k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Giovannangeli, « Sartène – Village de l’Ortolo » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/22943

Haut de page

Auteur

Gilles Giovannangeli

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gilles Giovannangeli

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search