Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19922A – Corse-du-SudRégion d’Ajaccio, de Villanova et...

1992
2A – Corse-du-Sud

Région d’Ajaccio, de Villanova et d’Alata

Prospection diachronique (1992)
Responsable d’opération : Jean-André Cancellieri

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université de Corse

Texte intégral

1La prospection thématique de juillet 1992 sur le territoire communal d’Alata et sur celui de Villanova a eu pour point de départ le désir de vérifier l’exactitude des données d’une carte génoise de 1730 et de les localiser précisément sur le terrain.

2Par sa précision, en fait, ce cadastre correspondant aux actuelles communes d’Alata et de Villanova, nous est apparu comme une véritable source archéologique. Motivé par le projet d’installer dans cette zone les grecs chassés de Paomia fin 1729-début 1730, le cartographe génois a enregistré sur le plan tous les éléments comportant une incidence de la valeur de ces terrains. Parmi ces éléments figurait la présence de ruines nombreuses et importantes. Ce sont ces ruines qui sont portées sur la carte et qui ont guidées notre enquête. Elles correspondent toutes à l’occupation de l’espace pré-moderne entre le secteur du col de Pruno et le golfe de Lava. Nous savons en effet avec précision que tous ces habitats villageois et ces chapelles rurales d’origine médiévale ont été détruits ou abandonnés dans les années 1550-1570, du fait de plusieurs incursions barbaresques et des « guerres de Sampiero » qui eurent pour effet de dépeupler presque entièrement une grande partie de cette région de l’arrière-pays d’Ajaccio.

3Ont été reconnus et décrits in situ des vestiges ou des emplacements de chapelles médiévales. Ainsi par exemple, Santi Sari (Alata) correspondant au lieu-dit A Chjesa. Cette église rurale, sur le territoire de l’ancien village de Pozzo di Borgo, s’élevait sur un mamelon faiblement marqué à droite de la route en allant de la mer vers Ajaccio. Elle est totalement arasée, une assez grande maison rurale ayant été bâtie sur son emplacement. Cependant, l’aire semi-circulaire de l’abside se laisse toujours remarquer à l’est. Un autre exemple est constitué par Santo Felle (Villanova). Les vestiges sont plus importants mais ne sont pas immédiatement visibles, les murs d’une maison villageoise d’un hameau de Villanova ayant été remontés sur ceux de la nef et crépis à l’extérieur. Elle s’élevait à l’extrémité d’un promontoire tourné vers la plaine côtière et la région de Lava. Cette chapelle présentait un appareil de type roman élaboré qui suggère, comme époque de construction, le xiie s. ou le xiiie s.

4Des traces, plus ou moins importantes, d’habitats ruraux de type groupé ou semi-dispersé ont été étudiées sur la commune d’Alata.

5L’habitat de Monticchi, de type défensif, est aggloméré autour d’un cœur fortifié, matérialisé par un petit pointement granitique (rocher en forme de pain de sucre), sommairement épannelé du côté du replat sommital habité. Les constructions ruinées de Monticchi, encore partiellement en élévation, présentent aujourd’hui un plan en forme d’équerre. Sur la dorsale sommitale, au pied même du rocher, se dressent les parties les plus anciennes, sous la forme de trois maisons jointives. Mais il est facile d’observer que le corps central de cet ensemble linéaire en a été aussi le noyau primitif : on remarque sa position en appui direct contre le rocher, l’esquisse de chemin d’accès et surtout l’archaïsme de son appareil mural, encore observable dans un chaînage d’angle toujours debout.

6Le site villageois de Pozzo di Borgo occupait le haut d’un bassin de réception fluviatile, zone de rupture de pente entre les contreforts du massif de la Punta, au relief rocheux accusé, et les versants plus doux, en forme de sommet de conque de la « valle di Pozzo di Borgo » (toponyme cadastré), du reste anciennement aménagé par l’homme sous forme de terrasses jardinées. Les sources abondantes qui affleuraient en ces lieux et confluaient dans ce talweg ont assurément constitué, avec la recherche d’un emplacement adossé à la montagne et exposé au sud-est, le principal facteur explicatif du choix de ce site d’habitat qui, en lui-même serait peu hospitalier (site peu accessible, perché très au-dessus des terroirs céréaliers). À l’intérieur du périmètre villageois, de petites terrasses parallèles ont servi à asseoir les différentes unités d’habitation, dont une douzaine se laisse encore deviner dans le maquis arborescent ou les ronciers, et qui ont toutes été reconnues dans le cadre de cette prospection. Les murs de ces terrasses servaient donc en même temps de murs ouest pour les différentes maisons de village qui, toutes orientées de manière identiques, semble-t-il, s’y appuyaient.

7Le site villageois ancien de Casesoprane, partiellement réoccupé par un habitat rural temporaire (agriculteurs et bergers des temps modernes et contemporains) se trouve au-dessus de Santi Sari, à environ 500 m de l’église en ligne directe, en direction de l’ouest-nord-ouest. Il y a du reste des raisons de penser que la chapelle Santi Sari a eu pour fonction d’assurer la desserte religieuse des deux habitats voisins de Pozzo di Borgo et de Casesoprane. Cela du moins avant la construction tardive (xvs., voire début xvie s.) de l’église de l’Annonciation (La Nonziata), en position intermédiaire entre Pozzo di Borgo et le hameau voisin d’Aggia di Giovanni qui s’élevait à proximité immédiate de l’actuel château de la Punta. La Nonziata et Aggia di Giovanni ont également fait l’objet d’une reconnaissance topographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-André Cancellieri, « Région d’Ajaccio, de Villanova et d’Alata » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 31 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/22959

Haut de page

Auteur

Jean-André Cancellieri

Université de Corse

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-André Cancellieri

Université de Corse

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search