Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19922A – Corse-du-SudRégion de Porto-Vecchio

1992
2A – Corse-du-Sud

Région de Porto-Vecchio

Prospection inventaire (1992)
Responsable d’opération : Alain Pasquet

Texte intégral

1La région et la commune de Porto-Vecchio sont des territoires privilégiés par la richesse et la variété de leurs vestiges archéologiques. Sur la commune de Porto-Vecchio, 48 sites de toutes époques ont été recensés.

2Quatorze gisements, dont de nombreux abris sous roche, s’inscrivent dans la période Néolithique. Trois sépultures sont identifiées, ainsi qu’un atelier de taille d’obsidienne.

3L’âge du Bronze est bien représenté. 19 sites sont cartographiés, dont la plupart sont connus depuis les travaux de Roger Grosjean. Plusieurs ont été occupés au Néolithique, sans que ceci soit toujours bien attesté. Parmi ces sites, on dénombre douze habitats perchés, dominant des zones favorables aux activités agro-pastorales, présentant des vestiges d’enceinte et des monuments circulaires.

4Les sites du Néolithique et de l’âge du Bronze sont fréquemment réoccupés à l’âge du Fer. Les abris sous roches et les taffoni ont souvent servi de sépulture. Hélas, les pillards ont détruit beaucoup de ces tombes, faisant disparaître pour un profit douteux une part importante du patrimoine collectif.

5Dans un grand abri en partie détruit par un carrier, au lieu-dit Saparaccia, un important mobilier archéologique a été recueilli en surface : on dénombre de nombreux tessons, dont deux présentent un décor incisé, et de nombreux fragments d’industrie lithique. Il faut signaler, en obsidienne, une fine lamelle, un éclat outrepassé transformé en grattoir unguiforme, une armature perçante à pédoncule et ailerons, une armature tranchante trapézoïdale. Ajoutons à ceci un aiguisoir en hématite. Mais la pièce la plus intéressante est certainement un poignard à cran en silex beige, intact (L. : 142 mm, l. : 42 mm, ép. : 13 mm).

6La période antique est surtout représentée par un grand site découvert récemment à la suite d’un incendie au mois d’août 1992. Des vestiges s’étendant sur 25 ha ont été prospectés au sol au lieu-dit Argiola. Un survol en hélicoptère a permis de faire des photographies du site et de tenter d’en avoir une vision globale impossible au sol. Plusieurs types de structures ont pu être observés. Une dizaine d’aménagements ovalaires ou rectangulaires formant une petite butte, sont constitués de blocs, de galets et de moellons disposés en écaille. De part et d’autre de ces structures, une dépression parallèle indique un prélèvement de sédiment destiné probablement à rehausser la construction. Il pourrait s’agir de sépultures sous tumulus.

7Quelques traces circulaires épierrées de plusieurs mètres de diamètre sont bien visibles au sol. Certaines pourraient correspondre à des fonds de cabanes et d’autres à des enclos.

8Des arases de murs en pierres sèches et à double parement apparaissent. Elles ont de 60 cm à 80 cm de large et certaines sont visibles sur plusieurs mètres de long. Contre un de ces murs, un foyer appareillé de pierres posées de chant affleure.

9Des milliers de tessons d’amphores gréco-italiques et puniques des iiie s. et iie s. av. J.-C. jonchent le sol. La céramique fine et les tuiles sont par contre absentes.

10Le site, qui se trouve aujourd’hui à plus d’un kilomètre de la mer, devait probablement être dans l’Antiquité au bord du littoral. À titre d’hypothèse, il pourrait correspondre à l’antique Roubra mentionnée par Ptolémée. C’est en tout cas la première fois qu’un site de cette importance est découvert dans la région de Porto-Vecchio. Il s’agit probablement d’une découverte majeure pour l’Histoire de la Corse et des échanges dans cette partie de la Méditerranée. Il est maintenant nécessaire de faire un relevé topographique précis des vestiges et de pratiquer quelques sondages pour identifier les structures repérées et savoir si des couches archéologiques sont conservées, ceci afin de pouvoir envisager les mesures de protection et d’études.

11Si la forte pression urbaine dans le secteur littoral en pleine expansion touristique (Porto-Vecchio est la troisième ville de Corse) incite à engager des prospections pour compléter la carte archéologique afin de l’intégrer préventivement aux décisions d’aménagement, la partie montagneuse de la commune reste encore un vaste secteur à explorer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Pasquet, « Région de Porto-Vecchio » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/22966

Haut de page

Auteur

Alain Pasquet

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Alain Pasquet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search