Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19922B – Haute-CorseAléria – Rempart d’Aléria

1992
2B – Haute-Corse

Aléria – Rempart d’Aléria

Fouille programmée (1992)
Responsable d’opération : Jean Jehasse

Entrées d’index

Année de l'opération :

1992

Numéro d’opération :

1169

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Texte intégral

1L’étude méthodique du rempart méridional en a fait apparaître la profonde unité : la double rangée de blocs à bossage renforcée de part et d’autre d’une contre-escarpe de galets, de glaise et de briques crues, telle qu’on la rencontre à l’est et au sud-est, se retrouve telle quelle, mais dans une orientation légèrement différente, sur la façade sud-ouest du plateau. On a ainsi découvert à 1 m de distance une double rangée de gros galets servant à la fois de substructure et de vide sanitaire contre les ravinements ; au sud, et en déclivité, la contre-escarpe protège une grande fosse (fossé ? ou même citerne ?) rendant difficile l’escalade ; et au nord, elle couronne le sommet conservé du mur contre lequel venaient s’appuyer des casemates ou des maisons.

2La seconde importante découverte réside dans les dimensions de la tour méridionale dont nous avions reconnu la base. Elle reposait sur des strates entaillées du poudingue naturel destinées à recevoir des blocs à bossage dont on détermine l’emplacement. Sur cette tour venait prendre appui un passage défendu (poterne ? porte ?) dans le prolongement des lignes du rempart hellénistique du secteur sud-est. À l’époque romaine, et sûrement sous Trajan/Hadrien lors du réaménagement de cette zone de l’amphithéâtre, le cardo maximus méridional devait en contre-bas aboutir à une porte monumentale, probablement en demi-lune rentrante.

3Enfin, l’étude minutieuse de la grande tour du sud-est a permis de vérifier ses dimensions, celles de la tour romaine, plus petite, élevée sur la ruine de la tour primitive détruite lors de la conquête de 259, enfin celles du rempart romain datées d’environ 50 av. J.-C.

4Les façades méridionales, ruinées par les destructions et les ravinements, offrent des coupes complexes, mais indiscutables, qu’il faudra encore préciser.

5La façade orientale est directement parlante, avec en élévation neuf lignes de blocs à bossage, alternant carreaux et boutisses, et couronnées par le remplissage en terre rouge de la tour hellénistique, et par les débris de la tour d’époque romaine. Vers le sud, deux gros blocs de fondation, reposant sur un vide sanitaire, et bien calés dans un remplissage tassé, donnent l’extension exacte de la tour primitive. Du côté nord, le départ du rempart romain du ier s. en petit appareil donne l’idée par son niveau élevé de l’ampleur des travaux réalisés au cours des siècles dans ce secteur particulièrement menacé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Jehasse, « Aléria – Rempart d’Aléria » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/22979

Haut de page

Auteur

Jean Jehasse

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean Jehasse

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search