Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19922B – Haute-CorseOlmeta-di-Tuda – Monte di Tuda

1992
2B – Haute-Corse

Olmeta-di-Tuda – Monte di Tuda

Fouille programmée (1992)
Responsable d’opération : Jean-Denis Vigne

Texte intégral

1Le site du Monte di Tuda est constitué d’une petite grotte qui s’ouvre sur une falaise, au fond de l’abri naturel de Vitti. Cette grotte n’a pas été fréquentée par l’Homme, mais les sédiments qui la comblent sur 2 m d’épaisseur ont enregistré, depuis 2 500 ans, les modifications des activités agro-pastorales du Nebbio, par l’intermédiaire d’une très abondante faune de micro-vertébrés. Un premier sondage de reconnaissance avait été réalisé en 1988, puis une première fouille en 1989. De 1990 à 1992, le site a bénéficié d’une autorisation de fouille programmée triannuelle.

Objectifs de l’année 1992

2L’essentiel de la fouille de la grotte ayant été achevé en août 1991 et les coupes, précédemment protégées d’une coque de plâtre anti-pollution, ayant été décoffrées, il était devenu possible de procéder aux différents prélèvements, de finir la fouille de la « cheminée » comblée du fond de la grotte et d’explorer les environs immédiats du site afin de localiser l’occupation humaine qui était à l’origine de l’accumulation d’ossements dans la « cheminée ». L’étude de cet assemblage avait en effet démontré la proximité immédiate d’un site datant du premier âge du Fer : 2430 ± 60 BP (Gif-9078), soit l’intervalle calibré 764-407 av. J.-C. Par ailleurs, l’étude des microrestes d’oiseaux de la grotte avait rendu nécessaire un relevé complet de l’avifaune locale actuelle. Ces objectifs ne pouvant pas être réalisés en une seule fois (disponibilité des intervenants), il a été décidé de procéder par courtes interventions successives plutôt que par une grande campagne d’été semblable à celles des années précédentes.

Prélèvements sédimentologiques et micromorphologiques

3Les 18 et 19 octobre 1991, J.-C. Miskovsky a complété l’échantillonnage sédimentologique sur les coupes des secteurs SR et S91 (46 prélèvements en colonne). On a de plus procédé à l’extraction de trois blocs de sédiment en SR (-60 à -101 cm) afin de procéder à une étude micromorphologique pour une recherche d’éventuelles lacunes de sédimentation.

Prélèvements palynologiques dans la grotte

4À la suite de la réunion de synthèse des scientifiques travaillant sur le site (15 janvier 1992), il a été constaté que les colonnes palynologiques obtenues en 1989 dans la roselière de Saint-Florent, ne permettaient pas un raccordement fin avec la séquence de micromammifères de la grotte. Il a donc été décidé d’évaluer les potentialités polliniques de la grotte elle-même. Une journée de prélèvements a été organisée le 23 janvier 1992 pour échantillonner la coupe de SR. 36 échantillons ont été collectés qui se sont malheureusement révélés trop pauvres pour une analyse quantitative.

Recension des oiseaux nicheurs actuels

5Durant les mois d’avril et mai 1992, plusieurs journées d’observation ont été réalisées par G. Faggio, afin disposer d’une liste complète des oiseaux nicheurs du vallon de Vitti, servant de référence aux données paléo-ornithologiques établies dans le site par J. Cuisin.

Reconnaissance, prospections et sondage archéologiques

6Durant la dernière semaine de juillet, une équipe de personnes, basée sur la route de Saint-Florent, chez M. et E. Faggio, a procédé aux dernières observations géologiques et archéologiques.

7Les compétences de C. Bou, spéléologue spécialiste des désobstructions, ont été utilisées pour finir de perforer la trémie qui comblait la « cheminée » du fond de la grotte. Cette opération a permis de déboucher dans une petite salle de 3,05 m x 1 m dont le plancher est constitué par le remplissage riche en ossements qui avait été fouillé en 1991. Vers le haut, cette salle se prolonge par une étroite cheminée comblée de sédiments où l’on observe encore quelques ossements de même nature que ceux extraits en 1991.

8Des relevés topographiques précis ont permis de constater que cette cavité est située dans le droit prolongement de la diaclase que suit la grotte. Ils ont également montré que son sommet est situé à environ 2 m sous le sol du versant du Monte di Tuda.

9Une prospection détaillée sur le versant occidental de la colline a par ailleurs permis de s’assurer de l’absence de toute ouverture karstique et de localiser des replats susceptibles d’avoir accueilli une implantation humaine. Quatre sondages ont été pratiqués, deux à l’aplomb de la grotte (SI et S2), deux sur l’éperon qui délimite au sud le vallon de Ficaghiola (S3 et S4).

10En S1, trois horizons ont été répertoriés :

  • terre végétale (5 cm) ;

  • passée humifère très riche en gros charbons de bois (10 cm) ;

  • rendzine (65 cm).

11La fouille et le tamisage systématique n’ont pas livré le moindre vestige archéologique hormis les nombreux charbons de bois de la couche 2, évoquant une aire de charbonnier. Il a été décidé de procéder à un prélèvement in toto de ce niveau. Pour ce faire, une nouvelle banquette de 0,5 m x 1 m attenante au sondage a été ouverte. Trois sacs de sédiments ont été prélevés qui seront étudiés par Laurent Fabre, au Laboratoire d’Anthracologie de l’université de Montpellier.

12Les sondages S2 et S4 (le dernier étant implanté au bord d’un cercle de pierres peu enracinées dans le sol), se sont révélés archéologiquement stériles. Mais ils ont permis une bonne reconnaissance géo-archéologique du substrat rocheux du versant de la colline, qui constitue un important élément pour l’interprétation des modalités de dépôt des sédiments dans la grotte.

Bilan des travaux de l’année 1992

13Ces informations ont permis de parfaire la connaissance de l’environnement naturel du site et de son fonctionnement (fig. 1). Elles permettent donc d’asseoir les résultats paléoenvironnementaux sur des bases plus solides. On sait maintenant que :

  • Les trois grandes phases d’avancées agro-pastorales dont témoigne la microfaune dans la partie basse de la séquence, se sont déroulées entre le second âge du Fer et le début de la période de colonisation romaine de l’île (fig. 2) ;

  • Le Rat noir (Rattus rattus), a été involontairement introduit par l’Homme en Corse autour de 2180 ± 90 BP (Gif A-92363), soit l’intervalle calibré 393-151 av. J.-C.; cela constitue de loin la datation la plus fiable du phénomène pour toute l’ère méditerranéenne occidentale ;

  • L’extinction des endémiques a eu lieu entre le début de la colonisation romaine et le xiiie s., sans qu’on puisse mieux, pour l’instant, en préciser les dates et modalités.

  • Les datations radiométriques ainsi que les analyses sédimentologiques, micromorphologiques et taphonomiques menées dans la grotte montrent que cette tranche de temps correspond à un très fort ralentissement de la sédimentation. Les données polliniques rendent également compte de cette phase de dégradation anthropique du couvert végétal, et montrent qu’elle est d’ampleur au moins régionale.

Fig. 1 – Tentative de synthèse de l’histoire de l’occupation humaine et de l’histoire sédimentaire de la grotte et de ses environs

Fig. 1 – Tentative de synthèse de l’histoire de l’occupation humaine et de l’histoire sédimentaire de la grotte et de ses environs

J.-D. Vigne (CNRS).

Fig. 2 – Reconstitution de l’évolution des actions humaines sur l’environnement dans le Nebbio depuis le Néolithique

Fig. 2 – Reconstitution de l’évolution des actions humaines sur l’environnement dans le Nebbio depuis le Néolithique

À partir des données sédimentologiques et microfauniques du Monte di Tuda et des données polliniques de la séquence de Saint-Florent (les dates suivies de * sont les centres des intervalles de calibration).

J.-D. Vigne (CNRS).

14Avec l’année 1992 s’achèvent les travaux archéologiques sur la grotte du Monte di Tuda.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Tentative de synthèse de l’histoire de l’occupation humaine et de l’histoire sédimentaire de la grotte et de ses environs
Crédits J.-D. Vigne (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23022/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Titre Fig. 2 – Reconstitution de l’évolution des actions humaines sur l’environnement dans le Nebbio depuis le Néolithique
Légende À partir des données sédimentologiques et microfauniques du Monte di Tuda et des données polliniques de la séquence de Saint-Florent (les dates suivies de * sont les centres des intervalles de calibration).
Crédits J.-D. Vigne (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23022/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Denis Vigne, « Olmeta-di-Tuda – Monte di Tuda » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23022

Haut de page

Auteur

Jean-Denis Vigne

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Denis Vigne

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search