Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse1992Domaine public maritimeAu large de Porto-Vecchio – Porto...

1992
Domaine public maritime

Au large de Porto-Vecchio – Porto Nuovo

Fouille programmée (1992)
Responsable d’opération : Jacques Chiapetti
Notice rédigée avec Hélène Bernard

Texte intégral

1Le sondage de 1991 sur le gisement de marbres de Porto Nuovo avait révélé une cargaison de cinq blocs parallélépipédiques (de 2 à 5 m de côté pour 90 cm de haut) et de quatre colonnes (de 2 à 5 m de long pour 1,40 m de diamètre), le tout évalué à 145 tonnes. Il s’agit de marbre blanc de Carrare avec un complément de marbres colorés sous forme de crustae très fragmentés. Un qulranlus de Tibère, une lampe et un glaive permettent de dater l’ensemble du début du ier s. apr. J.-C.

2La campagne de 1992 s’est consacrée à l’examen minutieux des blocs de marbre après dégagement de posidonies. L’épiderme du marbre a été complètement altéré par les organismes marins et II n’y a plus aucune chance de retrouver une inscription de carrière quelconque. Plus surprenant, aucune trace de manutention ou de préhension des blocs tels que tenons de bardage ou cavités de louves ne put être observée. Pas d’épannelages caractéristiques également : simple échancrure (40 cm x 40 cm ; 50 cm x 12 cm) sur la hauteur de deux blocs, saignée (20 cm x 15 cm) sur la longueur du troisième. On distingue sur la surface de deux blocs les traces d’un piquetage grossier.

3La majorité des épaves de marbre connues en Méditerranée occidentale sont dans les eaux siciliennes. Les datations proposées ne sont le plus souvent pas antérieures au iiie s. apr. J.-C. et ces épaves témoignent de l’approvisionnement en marbres orientaux de la capitale Impériale. Porto Nuovo, épave précoce de marbre de Carrare, marque un tout autre circuit : l’exportation par Rome de m arbres précieux à destination des provinces de Méditerranée occidentale où, au même moment, le développement des sanctuaires du culte impérial pouvait susciter une liaison aussi spécialisée. Les données de la fouille confrontées avec les connaissances de spécialistes de l’urbanisme antique de Narbonnaise permettraient peut-être de proposer une destination plus précise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Chiapetti, Hélène Bernard, « Au large de Porto-Vecchio – Porto Nuovo » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23063

Haut de page

Auteurs

Jacques Chiapetti

Articles du même auteur

Hélène Bernard

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jacques Chiapetti

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search