Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19932A – Corse-du-SudAlata – Aja di Giovanni

1993
2A – Corse-du-Sud

Alata – Aja di Giovanni

Sondage (1993)
Responsable d’opération : Jean-André Cancellieri

Entrées d’index

Année de l'opération :

1993

Numéro d’opération :

212

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université de Corse

Texte intégral

  • 1 En corse : Aghja di Ghjuvanni.

1Toujours dans le cadre de l’étude de fond (toponymie, histoire et archéologie) de la pieve d’Ajaccio au Moyen Âge, le sondage de 1993 a porté sur un monument religieux ruiné mais toujours partiellement en élévation : la chapelle de l’Annonciation (la Nonziata) sise au lieu-dit Aja di Giovanni1 à la limite exacte du terroir de Pozzo di Borgo (Pozzu di Borgu).

2Il s’agit d’une chapelle isolée, sur un site de pied de pente assez ingrat du point de vue de l’exposition (nord). Sa localisation est clairement liée à sa fonction religieuse : la cura animarum, en position d’équidistance approximative de deux habitats médiévaux tardifs et post-médiévaux (xvie s.) : celui de Pozzo di Borgu et celui d’Aghja di Ghjuvanni. Disons tout de suite que si le premier est parfaitement repéré et partiellement relevé, le second, gravement affecté par les prélèvements de pierres pour la construction du château de la Punta à la fin du xixe s. n’a pu être encore identifié avec certitude. Il est à rechercher en tout cas à moins de 500 m de la chapelle de la Nunziata, en contrebas de celle-ci.

3Ce sondage, malgré la grande pauvreté du matériel recueilli permet la confirmation (dans ce cas comme dans d’autres en Corse) de la date tardive du culte de l’Annonciation dans l’île (fin du Moyen Âge), sans doute à mettre en relation avec la prédication des ordres mendiants, et d’abord des Franciscains (influence vraisemblable de la nouvelle ville d’Ajaccio en 1492, préparée par une présence génoise dans ce secteur depuis le milieu du xve s.).

4Il montre l’utilisation probable de l’église de la fin du xve s. (ou du début du xvis.) jusqu’aux années 1570-1580 (abandon de Pozzo di Borgu et d’Aghja di Ghjuvanni), avec une tentative de réoccupation soit à la fin du xvie s. (il y a encore quelques habitants dans ces deux villages dans les années 1600), soit plus tôt, dans le courant du xvie s., entre deux phases d’abandon provoquées par l’insécurité barbaresque.

Haut de page

Notes

1 En corse : Aghja di Ghjuvanni.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-André Cancellieri, « Alata – Aja di Giovanni » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23067

Haut de page

Auteur

Jean-André Cancellieri

Université de Corse

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-André Cancellieri

Université de Corse

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search