Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19932A – Corse-du-SudAltagène – Presa-Tusiu

1993
2A – Corse-du-Sud

Altagène – Presa-Tusiu

Fouille programmée (1993)
Responsable d’opération : François de Lanfranchi

Texte intégral

1En 1991 et 1992, l’extension de la fouille à la quasi totalité de la terrasse 8, intéressa les deux couches superficielles. En 1993, nos efforts ont surtout porté sur les nécessaires vérifications chronostratigraphiques et ont également établi les indispensables corrélations entre les divers secteurs de cette terrasse. Enfin, la mise en évidence de quatre grandes périodes de fréquentation a couronné l’étude conduite sur ce site depuis 1990.

Les composantes architecturales

2L’allée couverte est un monument formé par la juxtaposition de gros blocs rocheux sur deux lignes parallèles (cinq blocs au nord et six au sud), longues de 6 m et à 1,10 m l’une de l’autre qui occupe la terrasse 8. Il est orienté est-ouest, ouvert en aval (à l’est), fermé en amont (à l’ouest) par deux dalles de chevet dont la morphologie est celle des menhirs de Corse.

3L’étude stratigraphique a permis d’identifier quatre couches. L’une superficielle, humifère, est une terre végétale non archéologique. La seconde est une couche en rapport avec le monument mégalithique. Les deux niveaux sous-jacents, sont antérieurs à cette construction. La couche 3 donne donc le terminus post quem de cette construction.

4On peut observer sur la terrasse 8 d’autres constructions mégalithiques (fig. 1) en relation avec la couche 1 qui ont plusieurs points communs : l’emploi de blocs granitiques volumineux et bruts ; l’assemblage par juxtaposition des blocs, la recherche de formes élémentaires (rectangulaire pour l’allée, subcirculaires pour les autres). Chaque masse granitique repose sur la partie supérieure de la couche 3.

Fig. 1 – Vue partielle de structures mégalithiques de la terrasse 8 (Mégalithique II)

Fig. 1 – Vue partielle de structures mégalithiques de la terrasse 8 (Mégalithique II)

Photographie prise de l’ouest (amont), vers l’est (aval).

Cliché : F. de Lanfranchi.

5Pour toutes ces raisons, nous admettrons que ces constructions sont en synchronie et qu’elles peuvent donc s’inscrire dans le cadre très particulier du Mégalithique II de Presa-Tusiu.

  • 1 (1990) L.G.Q. 531, couche 2b/2c : 4890 ± 130 BP ; (1992) L.G.Q. 817, couche 3 (partie supérieure) : (...)

6La couche 2 (et par conséquent le Mégalithique II) est datée par trois mesures d’âge radiométriques1 qui permettent d’affirmer que, d’une manière générale, le Mégalithique II de Presa-Tusiu s’inscrit entre 5000 et 4500 BP.

7Ces constructions ont donc été réalisées par des populations porteuses d’une culture définie à partir du mobilier de la couche 2 qui est un Néolithique récent d’origine locale. Dans ce cas, il s’agit du Néolithique moyen de la couche 3.

  • 2 (1993) L.G.Q. 966, couche 3b : 5430 ± 180 BP ; (1992) L.G.Q. 819, couche 4 : 5330 ± 150  BP ; (1990 (...)

8Cette dernière, qui procède du Néolithique moyen, s’inscrit entre 5500 et 5000 BP2.

  • 3 (1990) L.G.Q. 530, couche 4 : 5820 ± 130 BP ; (1993) L.G.Q. 967, couche 3a : 5740 ± 170  BP ; (1993 (...)

9Une période plus ancienne a été définie à partir des structures et du mobilier de la couche 43. Cette période durant laquelle s’implante le premier groupe humain sur le site de Presa-Tusiu, se situe entre 6000 et 5500 BP, soit à l’extrême fin du Cardial de Corse.

10Les quatre grandes cultures de Presa-Tusiu sont donc les suivantes :

  • Couche 4 : Présien I entre le Néolithique ancien/final et le début du Néolithique moyen, soit entre 6000 et 5500 BP ;
  • Couche 3 : Présien II ou Néolithique moyen (Mégalithique I), entre 5500 et 5000 BP ;
  • Couche 2 : Présien III ou Néolithique moyen, phase finale et Néolithique récent (Mégalithique II), entre 5000 et 4500 BP ;
  • Couche 1 : sporadiquement, de rares documents, surtout céramiques, sont recueillis dans cette couche qui, d’une manière générale n’est pas archéologique.

11Les vestiges hors stratigraphie pourraient appartenir à une phase finale de fréquentation du site et se situer à l’extrême fin du Néolithique et du début du Chalcolithique, soit entre 4500 et 4000 BP.

12Les constructions mégalithiques de la couche 3 sont regroupées dans la famille monumentale du Mégalithique I et sont entièrement situées dans la couche 3. Contrairement aux caractéristiques des constructions de la couche sous-jacente, celles de la couche 3 se distinguent par le traitement des pierres dont la forme régularisée tend vers le parallélépipède rectangle. Elles se différencient aussi par la forme des constructions qui sont limitées par de longs murs rectilignes, et par une juxtaposition plus soignée des blocs rocheux, accolés les uns aux autres par leurs petits côtés. Certaines pierres qui ont des faces planes, polies par l’usage, sont en remploi. D’autres, généralement les plus longues, présentent des gravures sur l’une des deux faces, soit celle qui regarde l’intérieur, soit sur l’autre.

13Ces diverses constructions mégalithiques abritent de nombreuses structures domestiques dont les formes et les dimensions sont très variables. Elles sont constituées par des groupements de pierres cernés par des blocs granitiques. On peut ordonner ces structures en fonction de la dimension des pierres qui les composent : on aura, par exemple, des ensembles dallés, ou pavés, ou empierrés.

14Les foyers bâtis en argile cuite ont produit une très grande quantité de cendres qui sont, malheureusement absolument dépourvues d’os.

15Dans le secteur S53, trois aires empierrées, de forme rectangulaire, qui se détachent sur un sol extrêmement cendreux, constituent les restes de I’organisation interne d’une habitation. Cette énorme construction devait être protégée par des superstructures en bois. La présence d’un four de forme semi-circulaire, comportant une sole en argile cuite, et celle de nombreux colombins, peut être considérée comme une preuve matérielle de la présence en ces lieux d’un atelier de fabrication de vases en argile modelée.

16La concentration de meules et de broyeurs évoque la pratique d’activités de broyage. Toutefois, la forme inédite des instruments, invite à une certaine prudence quant à la détermination des produits broyés.

17L’étude du monument circulaire (fig. 2) qui occupe la bordure de la terrasse supérieure du site a commencé en 1992. Son architecture est formée par une imposante plate-forme bien conservée (20 m x 22 m), délimitée par une enceinte mégalithique faite de gros blocs juxtaposés, tend à isoler la torre du reste du site. Le monument circulaire, construit également à l’aide de blocs volumineux, surtout à la base, s’élève à plus de 2,50 m au-dessus du sol. L’ensemble monumental conforte l’impression de gigantisme laissée par l’agencement de la tour (torre) et de la plate-forme.

Fig. 2 – Vue partielle du monument circulaire

Fig. 2 – Vue partielle du monument circulaire

Vue prise de l’est (aval) vers l’ouest (amont).

Cliché : F. de Lanfranchi.

18À la fin de la campagne 1992, après enlèvement des pierres d’éboulis, on distinguait nettement l’entrée, le couloir de gauche, le diverticule de droite ainsi que la première chambre. L’environnement du secteur de la torre est riche en constructions élémentaires mégalithiques. Il s’agit de monuments qui évoquent par leur forme et par la présence de blocs granitiques bruts, ceux du Mégalithique II qui furent identifiés sur la terrasse 8.

19En l’état actuel d’avancement de la recherche, treize terrasses du village de Presa-Tusiu s’inscrivent dans une enceinte réalisée par juxtaposition et superposition de gros blocs. Vers l’aval, on a disposé, en bordure des dernières terrasses, des rangées de blocs volumineux qui augmentent d’autant le dénivelé entre deux plates-formes. Par contre, en amont, les blocs rocheux juxtaposés n’offrent qu’une protection plus théorique que réelle entre la partie haute du versant de la Sarado et la partie basse (Presa-Tusiu).

Les résultats archéologiques

20Deux grands ensembles (fig. 3) ont été distingués dans la séquence stratigraphique de la terrasse, notamment par la texture du sédiment (humifère et cendreux en couche 2, plus argileux en couche 3), et par la couleur (brun foncé à brun très foncé de la couche 2 et brun jaune à brun rouge de la couche 3). On soulignera l’absence de la couche 4 dans le secteur oriental de la terrasse fouillé en 1993, alors qu’elle a été identifiée dans l’allée mégalithique.

Fig. 3 – Coupes stratigraphiques de la terrasse 8

Fig. 3 – Coupes stratigraphiques de la terrasse 8

DAO : F. de Lanfranchi.

21La stratigraphie de la chambre de la torre n’a été explorée que dans ses niveaux superficiels. Un remplissage d’environ 1 m d’épaisseur reste encore à prospecter. Il fut distingué quatre couches : la première (couche 0) était constituée par des feuilles et de l’humus. La seconde (couche 1a) est une terre végétale. Les deux autres, couche 1b et couche 2, sont également composées de terre végétale. Les diverses constructions de la couche 3 de la terrasse ont été ordonnées dans le Mégalithique I de Presa-Tusiu. Elles se caractérisent par la présence de nombreuses structures domestiques. Il s’agit essentiellement d’aires empierrées (dallages, pavages, empierrements). Les unités stratigraphiques 1011 à 1015, par exemple, témoignent de leur complexité.

22La couche 1a de la torre, présentait une accumulation de pierres d’éboulis qui marquent une phase de destruction. La couche sous-jacente 1b a livré des documents du Moyen Âge : c’est une phase d’occupation sporadique.

23L’étude des quatre secteurs de la torre a révélé une fréquentation de la torre à diverses époques. À gauche de l’entrée, un foyer a livré des tessons très fragmentés et très émoussés qui datent du deuxième âge du Fer : -60 cm, 2350 ± 130 BP (LGQ 968).

24Dans le passage entrée-chambre on a recueilli une céramique à épaulement ainsi que de l’hématite dans un foyer de l’extrême fin de l’âge du Bronze final-début du premier âge du Fer : -50 cm, 2820 ± 160 BP (LGQ 969). Dans la chambre, les charbons d’un foyer (-50/-60 cm) ont été datés parle 14C : 2880 ± 180 BP (LGQ 970). Ils sont donc contemporains de ceux du précédent foyer.

25Ainsi, des surfaces de chauffe implantées en divers lieux de la torre (entrée, couloir, chambre) ont fonctionné depuis l’âge du Bronze final, jusqu’au Moyen âge indépendamment des structures de la torre.

26À l’exception des tessons grossiers, parfois décorés d’incisions, et qui proviennent des strates supérieures (Néolithique final-Chalcolithique), on peut observer que la céramique de Presa-Tusiu est très homogène. Elle se caractérise par une pâte à texture fine, un traitement soigné des parois polies et brillantes, une coloration qui va du brun très foncé au brun clair, et par une bonne cuisson démontrée par la sonorité des tessons.

27Dans les niveaux les plus anciens (couche 3), les vases ont tous un fond rond, alors que dans la couche 2 apparaissent des fonds plats montés sur collerette, identiques à ceux du Néolithique de Basi. Le décor fait d’un léger cordon curviligne, conforte d’ailleurs le rapprochement que l’on peut tenter avec la production de Basi.

28La céramique du Moyen Âge provenant de la tour comprend des vases d’importation peints, et des récipients de production locale. Un grand récipient en forme d’assiette creuse muni de petites excroissances argileuses à la partie inférieure, devait être posé sur le sol et servir ainsi à la préparation de mets particuliers. Si l’on tient compte de la grande fragmentation des tessons, on admettra que la poterie du premier âge du Fer est peu exploitable (ni formes, ni éléments caractéristiques). Par contre, celle du Bronze final offre de grandes similitudes avec la céramique contemporaine mise au jour à Cucuruzzu et à Capula.

29Le matériel lithique est tiré du silex, de l’obsidienne mais surtout du quartz. Les éclats non retouchés sont plus nombreux que les outils proprement dits. Une étude exhaustive de la totalité du quartz provenant des fouilles a mis en évidence l’abondance des pièces esquillées.

30Le matériel de broyage, fixe et mobile, est relativement abondant autour des structures domestiques. Cette observation peut orienter utilement les essais de détermination de leur fonction. Toutefois, comme ce matériel est composé presque exclusivement de formes nouvelles, inconnues à ce jour en Corse, nous préférons disposer de la totalité des informations scientifiques avant de proposer une solution quant à leur destination.

31L’équipement de la torre ne comporte que du matériel de broyage, à l’exclusion de tout outillage lithique traditionnel. Il est toutefois difficile d’établir une distinction, sur le plan morphologique, entre le matériel de broyage médiéval et celui de l’âge du Fer, voire de l’âge du Bronze final.

32Le site de Presa-Tusiu fournit les informations que l’on attendait pour combler le hiatus existant entre le Néolithique ancien méditerranéen de Corse et le Néolithique récent. Le prochain programme s’efforcera surtout de localiser la couche 4 relative à la plus ancienne phase d’implantation. Les datations hautes (6210 ± 80 BP), la présence d’une armature triangulaire tranchante en obsidienne, caractéristique du poinçonné, pourraient indiquer que l’on est en présence d’une fixation précoce d’un groupe humain dans cette région à vocation pastorale. La phase suivante du Néolithique moyen est définie à partir des documents et des structures de la couche 3. Cette culture à céramique lisse et à fond rond, a été pressentie lors des fouilles de Longone à Bonifacio. Le Néolithique moyen (phase finale) - Néolithique récent (phase ancienne) de la couche 2 livre une production céramique qui évoque le Basien.

33Le cadre chronologique ainsi que le cadre culturel semblent donc être bien définis. L’approche sociologique et ethnologique du village de Presa-Tusiu, ainsi que l’étude économique, seront les prochaines directions de recherches pour ce site.

Haut de page

Notes

1 (1990) L.G.Q. 531, couche 2b/2c : 4890 ± 130 BP ; (1992) L.G.Q. 817, couche 3 (partie supérieure) : 4430 ± 160  BP ; (1992) L.G.Q. 818, couche 3 (partie supérieure) : 4910 ± 160  BP.

2 (1993) L.G.Q. 966, couche 3b : 5430 ± 180 BP ; (1992) L.G.Q. 819, couche 4 : 5330 ± 150  BP ; (1990) L.G.Q. 532, couche 3b/3c : 5150 ± 150  BP ; (1992) L.G.Q. 816, couche 3 : 4980 ± 140  BP ; (1992) L.G.Q. 818, couche 3 : 4910 ± 160  BP.

3 (1990) L.G.Q. 530, couche 4 : 5820 ± 130 BP ; (1993) L.G.Q. 967, couche 3a : 5740 ± 170  BP ; (1993) Rom., couche 3a : 6210 ± 80 BP.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue partielle de structures mégalithiques de la terrasse 8 (Mégalithique II)
Légende Photographie prise de l’ouest (amont), vers l’est (aval).
Crédits Cliché : F. de Lanfranchi.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23071/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 691k
Titre Fig. 2 – Vue partielle du monument circulaire
Légende Vue prise de l’est (aval) vers l’ouest (amont).
Crédits Cliché : F. de Lanfranchi.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23071/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Fig. 3 – Coupes stratigraphiques de la terrasse 8
Crédits DAO : F. de Lanfranchi.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23071/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François de Lanfranchi, « Altagène – Presa-Tusiu » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23071

Haut de page

Auteur

François de Lanfranchi

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

François de Lanfranchi

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search