Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19932A – Corse-du-SudSartène – Village de l’Ortolu

1993
2A – Corse-du-Sud

Sartène – Village de l’Ortolu

Fouille programmée (1993)
Responsable d’opération : Gilles Giovannangeli

Texte intégral

1Pour la troisième année consécutive, c’est le secteur nord du village qui a été privilégié par l’étude archéologique. Situé dans la partie inférieure du site, il présente l’intérêt d’offrir de nombreux éléments représentatifs d’un îlot villageois médiéval avec plusieurs maisons contiguës et des abris sous roche regroupés autour d’un rocher fortifié (fig. 1).

Fig. 1 – Plan d’ensemble des trois maisons nord

Fig. 1 – Plan d’ensemble des trois maisons nord

A, linteau du xve s. ; B, pierre gravée d’une figure équestre ; C, blocage au pied de la rampe d’accès à la tour nord.

Relevé et DAO : G. Giovannangeli.

2Les fouilles de 1993 ont d’abord porté sur une maison (la maison III) dont la structure se devinait difficilement dans l’amas de décombres qui ennoyait le secteur. L’évacuation d’une couche de déblais de plus d’1,50 m d’épaisseur a permis de mettre au jour une longue pièce trapézoïdale de près de 8 m de long sur 3 m à 4 m de large, aux murs ancrés sur le substrat rocheux mais fortement arasés. Une porte d’accès de 0,84 m de large, dont subsistent deux belles pierres de seuil et les premiers moellons de jambage, était percé dans le mur occidental tandis que sous le mur oriental, une cavité naturelle de près de 3 m de long sur 1 m de profondeur avait été annexée à l’espace habitable. La base d’une structure carrée (0,53 m x 0,56 m) constituée de moellons soigneusement équarris et liés par un mortier de chaux a été découverte à l’intérieur de la pièce d’habitation. Sans doute est-ce tout ce qui subsiste d’un pilier, destiné à supporter une puissante solive de plancher ou de toiture.

3Sur un sol bien individualisé de terre compacte et de grandes plaques d’argile, des niveaux d’occupation et d’abandon riches en mobilier médiéval ont été mis au jour. Ils permettent de dater la construction du bâtiment dans le courant du xve s. et sa destruction rapide, peut-être par incendie, dans les premières années du xvi s.

4Près de 2 800 tessons ont été découverts dont 570 de céramiques fines importées de Ligurie, de Toscane et de Valence et plus de 2 200 de céramiques modelées locales. Plusieurs types de poteries médiévales d’usage culinaire et de fabrication locale peuvent déjà être inventoriés. On peut signaler notamment des récipients en forme de corbeille avec une grande anse verticale, des marmites avec deux petites anses diamétralement opposées et un curieux modèle de récipient culinaire à fond plat et de faible hauteur (24 cm à 26 cm de diamètre pour 5 cm à 6 cm de haut) caractérisé par quatre petites anses ou pontets diamétralement opposés, fixés au-dessus d’étroits becs verseurs. D’autres récipients (écuelles, jattes) possèdent des tenons de préhension verticaux et sont en cours de reconstitution.

5Le niveau d’abandon est aussi très riche en objets métalliques : clous, ferrures, couteaux, vrilles, etc. S’y ajoutent des éléments de parure comme une agrafe de vêtement en forme de main aux doigts légèrement repliés, en alliage d’argent, et une bague de bronze. Après expertise de spécialistes italiens des armes blanches, le fragment de garde d’épée découvert l’an dernier à l’entrée de cette maison, pourrait être daté des années 1470-1480 (étude du Professeur Scalini, Palazzo Pitti, Florence).

6Les monnaies découvertes (quatre dans la maison, onze dans tout le secteur nord) mettent en lumière l’existence d’un monnayage en Corse dans les derniers siècles médiévaux. Si quelques-unes des pièces ont été émises par la République de Gênes, la majorité d’entre elles a été frappée ou surfrappée par la cité de Bonifacio (celles qui ont pu être datées avec précision ont été émises entre 1420 et 1488).

7Une place toute particulière doit être faite aux 52 fusaïoles découvertes dans cette maison, forées majoritairement dans des tessons de majolique mais aussi taillées dans des roches de nature diverse ou réalisées à partir de boules d’argiles. Certaines de ces pièces possèdent un décor soigné, gravé ou poinçonné. Elles attestent une intense activité de filage.

8Les recherches ont aussi porté sur les cheminements dans le secteur nord et plus particulièrement entre les maisons et le rocher fortifié. La partie sommitale de ce dernier a fait l’objet d’une fouille qui a permis de mettre au jour la base d’une tour quadrangulaire dont l’appareil lié soigneusement avec un mortier de chaux n’est pas sans rappeler celui des forteresses seigneuriales insulaires des xive s. et xve s. Il s’agit sans doute d’un des rares exemples d’une petite tour de village du bas Moyen Âge occupée par des gentilshommes ruraux comme en témoignent les documents écrits et le mobilier archéologique découvert (vaisselle d’importation, petits fragments de bronze à caractère décoratif, éléments d’harnachement de cheval avec notamment deux dés de sous-ventrière, etc.).

9La nécessité d’établir des comparaisons dans l’occupation des différents « quartiers » du village a guidé l’implantation de nouveaux périmètres d’étude dans le secteur central et oriental du site où certaines maisons de granite gardent encore fière allure avec des entrées surmontées de linteaux en bâtière sur corbeaux. Lors du dégagement des éboulis à proximité de la porte d’entrée de la maison XX, un fragment d’arc de granite a été découvert. Il est gravé d’une rosace, d’une croix et de plusieurs lettres correspondant à la fin d’une inscription.

10Le premier sondage pratiqué à l’intérieur de cette maison n’a cependant pas révélé de niveau d’occupation entre les déblais et le substrat de tuf granitique. Même déception relative dans l’étude dendrochronologique d’une poutre de 1,05 m de long qui a été dégagée derrière le linteau de la deuxième tour qui domine le village au sud-est. L’analyse effectuée par le laboratoire de Chrono-Écologie de Besançon (Frédéric Guibal) a malheureusement révélé qu’il s’agissait d’un bois d’olivier, espèce qui produit selon les années un nombre variable de cernes, et qui ne se prête pas à ce type d’étude.

11Enfin, les premiers travaux réalisés dans un petit bâtiment de forme arrondie, à proximité du point d’eau, dans le secteur central du village, sont plus prometteurs. Il s’agit vraisemblablement d’une forge, contemporaine des habitats villageois, comme l’attestent la découverte d’une vasque taillée dans un bloc de granite, destinée à tremper le métal et celle d’une grande quantité de scories associées à des fragments de majoliques du xve s.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan d’ensemble des trois maisons nord
Légende A, linteau du xve s. ; B, pierre gravée d’une figure équestre ; C, blocage au pied de la rampe d’accès à la tour nord.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23080/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Giovannangeli, « Sartène – Village de l’Ortolu » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23080

Haut de page

Auteur

Gilles Giovannangeli

Université de Corse

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gilles Giovannangeli

Université de Corse

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search