Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19932A – Corse-du-SudSollacaro – I Calanchi-Sapar’Alta

1993
2A – Corse-du-Sud

Sollacaro – I Calanchi-Sapar’Alta

Fouille programmée (1993)
Responsable d’opération : Joseph Cesari
Notice rédigée avec Giuseppa Tanda

Texte intégral

1Le site des Calanchi-Sapar’Alta sur la commune de Sollacaro, classé au titre des monuments historiques et inscrit sur la liste des 30 sites archéologiques de la loi programme sur le patrimoine, fait l’objet d’un suivi par un comité de pilotage présidé par Monsieur le sous-préfet de Sartène. Une étude préalable à sa mise en valeur et sa protection a été commandée, conjointement, par les services de l’État (CRMH) et la Collectivité territoriale de Corse. En outre, il est l’objet de fouilles programmées pluriannuelles depuis 1988.

2Les campagnes de fouilles 1991 à 1993 ont été menées avec la collaboration de l’Institut d’Antiquité, d’Art et d’Archéologie de l’université de Sassari. Cette collaboration a été conduite par Mlle Giuseppa Tanda, titulaire de la chaire de Préhistoire, comme activité de recherche et activité pédagogique inscrite dans le cursus universitaires des années académiques 1991-1993. Nous avons en outre reçu le concours de notre collègue Jean-Denis Vigne, chargé de recherches au CNRS, qui a passé trois jours au tamisage des sédiments en provenance des différentes unités stratigraphiques individualisées dans le grand abri, à la recherche de la microfaune et de vestiges palynologiques.

3Outre les travaux poursuivis sur la terrasse nord, au niveau des arases des structures d’habitat de ce secteur, nous avions pratiqué un sondage, est-ouest, sur la terrasse sud. Les résultats de ce sondage ont démontré que cette terrasse contenait les arases d’une habitation du Chalcolithique (Terrinien). Des murs arasés d’une maison ont été mis au jour, leur architecture est identique à celle déjà rencontrée sur les arases de bâtiments de la terrasse nord. Soulignons toutefois qu’elles paraissent moins complexes. Une seule unité d’habitation ayant été individualisée. Il est ainsi démontré que le secteur de Sapar’Alta était entièrement occupé par des maisons. Cet habitat organisé autour des masses rocheuses, riches en abris (taffoni, Sapari et Orii) aménagés au cours des millénaires tantôt pour les nécessités de l’habitat, tantôt pour celles des rites funéraires, formait un groupement villageois.

Les structures d’habitat de la terrasse nord

4Sur la terrasse nord, les décapages portés à 250 m2 ont permis une meilleure approche de la connaissance des différentes arases des habitations qui couvrent l’intégralité de ce secteur.

5On peut estimer que trois édifices se sont succédés sur la terrasse nord de Sapar’Alta. Tous avaient employé de l’argile plaquée sur des branchages pour réaliser leur toiture.

6Le premier bâtiment (structure I), était une construction massive de plan presque carré 10 m x 11 m avec des murs de 2,20 m d’épaisseur qui délimitaient une surface utile d’environ 100 m2. Alors que le bâtiment était ruiné, on a prélevé le long du parement extérieur, de nombreuses pierres. Ce travail destructif n’a que partiellement arraché ce parement. L’accumulation des éboulis des structures, formant une masse qu’il était malaisé d’ôter a contribué à protéger l’arase du parement interne, formant un léger ressaut en dénivelé, par rapport au plan de circulation attribuable à l’âge du Bronze. La topographie du lieu autant que l’accumulation des matériaux détruits ont donc protégé la partie interne du mur sud alors que sa façade servait de carrière, ce qui lui donne l’aspect d’un mur à parement unique. Le mobilier découvert à l’extérieur de ce premier bâtiment signe une étape de son démantèlement alors qu’il était déjà ruiné. À l’intérieur de l’édifice, la totalité du mobilier mis au jour est attribuable au Chalcolithique terrinien.

7Une restructuration du bâtiment initial devait aboutir à la construction d’une nouvelle unité d’habitation (structure II) implantée à l’intérieur de la structure I. On s’est contenté de faire varier légèrement l’orientation du mur sud, en réduisant d’une part sa longueur, tout en décalant légèrement son axe d’environ 15° par rapport au mur sud du premier édifice. Cette structure nouvelle d’environ 10 m x 8 m permettait encore de disposer d’une surface utile intérieure d’environ 60 m2.

8Le mobilier de cette seconde phase de l’habitat ne se différencie que très difficilement par rapport à celui mis au jour sur le sol de fréquentation de l’édifice I. Nous pouvons conclure qu’il s’agissait d’une habitation attribuable à une phase de développement du Chalcolithique terrinien (fig. 1 et 2).

Fig. 1 – Morphologie de la poterie terrinienne d’I Calanchi-Sapar’Alta, terrasse nord

Fig. 1 – Morphologie de la poterie terrinienne d’I Calanchi-Sapar’Alta, terrasse nord

Dessins : P. Tramoni (Afan).

Fig. 2 – Localisation des principaux motifs ornant les écuelles et les bols de la terrasse nord

Fig. 2 – Localisation des principaux motifs ornant les écuelles et les bols de la terrasse nord

Dessins et DAO : P. Tramoni (Afan).

9Enfin, dans une ultime période d’évolution, une troisième construction a été édifiée dans les ruines des deux précédentes. Cette troisième structure (structure III) était nettement plus modeste et ne permettait plus de disposer que de 30 m2 de surface intérieure. Le matériel mis au jour dans son unique niveau de fréquentation et de destruction est attribuable à une phase finale du Chalcolithique terrinien, avec des influences campaniformes.

Les résultats dans le grand abri de Sapar’Alta

10Dans le grand abri de Sapar’Alta, les fouilles ont révélé 50 unités stratigraphiques et n’ont pas encore épuisé les niveaux les plus anciens du Chalcolithique terrinien et du Néolithique basien de l’abri. La documentation réalisée comporte 149 planimétries et 27 coupes.

11Cet abri a connu une intense occupation anthropique qui s’est traduite par des transformations et des aménagements successifs. Les principales structurations de l’abri sont attribuables à diverses périodes : à l’époque moderne, il servait de bergerie et à la stabulation des animaux. Une occupation médiévale est mal individualisée.

12L’aménagement d’une sépulture dans un coffre de grosses dalles est par contre attribuable au second âge du Fer, avec la présence des restes incinérés d’au moins quatre individus. Une série de 10 foyers de typologies différentes ont été aménagés dans les phases de l’âge du Bronze, avec une nette individualisation du Bronze moyen. Durant cette période, l’abri a été structuré par l’étalement d’une épaisse couche d’argile rouge cuite (Terra Rossa), qui formait un sol de fréquentation.

13Dans les phases du Bronze moyen et ancien, une importante couche de sédiments cendreux et plusieurs foyers témoignent d’une intense activité domestique dans l’abri. Un nouveau sol en simple terre battue, avait été créé durant cette occupation en arrachant ou restructurant les niveaux du Chalcolithique terrinien, riches en foyers et restes culinaires. Cette dernière occupation paraît s’être substituée à une utilisation du Néolithique moyen, basien.

14Tous les sédiments des différentes US ont été tamisés sous l’eau, et ont restitué de nombreuses graines, des éléments de microfaune et des micro-fragments de reliefs de repas ou de déchets culinaires. 124 échantillons de sol ont été prélevés pour analyses. 428 échantillons de charbon de bois ont été prélevés et plusieurs seront soumis à l’analyse par la méthode du 14C ou à des analyses paléobotaniques.

15Le décapage a atteint un sol d’occupation attribuable au Chalcolithique terrinien, qui scelle presque entièrement les US qui lui sont sous-jacentes, sur la totalité de la surface restante de l’abri.

16Les prochaines campagnes permettront de poursuivre l’étude de ces niveaux que nous savons appartenir au Chalcolithique terrinien et peut-être pourrait-on espérer retrouver un reliquat de l’occupation du Néolithique basien dans les parties inférieures du remplissage. Enfin l’extension des fouilles sur toute la surface de l’abri est désormais l’objectif des travaux. Ils permettront de comprendre, les mécanismes d’utilisation anthropique de cet espace et ainsi de mieux cerner l’évolution chronostratigraphique des aménagements apportés par une occupation humaine aussi longue.

Les résultats anthropologiques du « Taffonu funéraire no 2 » des Calanchi

17Le docteur Franco Germanà de l’université de Sassari a terminé son analyse anthropologique des vestiges osseux humains du « Taffonu funéraire no 2 (couches A et B1) dont nous retenons ses principales conclusions : ces ossements étaient très fragmentés. La plupart avaient été exposés au feu. Leur examen permet d’exclure une ustion occasionnelle, liée à des feux sporadiques allumés dans l’abri funéraire, en raison même de l’exiguïté de ce dernier.

18Il paraît évident, que la fracturation des ossements ait été préalable à leur déposition (secondaire) dans le Taffonu funéraire no 2, ce bris volontaire serait peut-être lié au faible espace de la tombe sans cesse réduit par des dépôts successifs.

19Pour le rituel que permet d’inférer un tel matériel ostéologique, on peut conclure à un décharnement des cadavres puis à la fracturation des ossements et enfin à leur ustion, puis leur déposition dans la tombe. Concernant les caractères anthropologiques, malgré les difficultés liées à l’état très incomplet des squelettes, on peut souligner que ces ossements appartenaient à des individus peu robustes.

20Sur le plan paléopathologique, on relève des cas d’ostéoporose et d’arthrose au niveau de vertèbres dorsales. Par contre, les dents ne présentent aucune carie. Tous ces aspects des types humains et de leurs maladies s’inscrivent dans les caractères récursifs des populations méditerranéennes de la fin du Néolithique et du Chalcolithique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Morphologie de la poterie terrinienne d’I Calanchi-Sapar’Alta, terrasse nord
Crédits Dessins : P. Tramoni (Afan).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23081/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Fig. 2 – Localisation des principaux motifs ornant les écuelles et les bols de la terrasse nord
Crédits Dessins et DAO : P. Tramoni (Afan).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23081/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Cesari, Giuseppa Tanda, « Sollacaro – I Calanchi-Sapar’Alta » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23081

Haut de page

Auteurs

Joseph Cesari

Drac Corse (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Giuseppa Tanda

Université de Sassari

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Joseph Cesari

Drac Corse (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search