Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19932B – Haute-CorsePiedigriggio – Castiglione

1993
2B – Haute-Corse

Piedigriggio – Castiglione

Sondage (1993)
Responsable d’opération : Henri Marchesi

Entrées d’index

Année de l'opération :

1993

Numéro d’opération :

202

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Dominant le village de Piedigriggio, le site de Castiglione occupe deux pointements rocheux, Castellacciu et Castiglione respectivement à 550 m et 531 m d’altitude. Il a donné lieu à la réalisation de deux sondages afin de préciser son étendue et sa chronologie. Une prospection a permis de repérer une dizaine de structures archéologiques (fig. 1).

Fig. 1 – Carte schématique des vestiges

Fig. 1 – Carte schématique des vestiges

Dessin : H. Marchesi (SRA).

2Un mur cyclopéen entoure le premier sommet sur le versant sud. Il s’agit probablement d’un mur d’enceinte dont la facture en très gros blocs fait plutôt penser à une construction protohistorique. Dans l’espace ainsi délimité, apparaissent plusieurs murs parallèles ou perpendiculaires à la pente qui appartiennent probablement à la même période chronologique.

3Sur ce sommet, les arases d’une structure quadrangulaire en petit appareil sont encore visibles. Quatre autres constructions très arasées ont été repérées en contrebas de l’enceinte. Le sommet rocheux dit Castiglione est occupé par une construction (maison 1 ; fig. 2). Quelques mètres en contrebas, plusieurs tronçons de murs en grande partie éboulés sont encore visibles. Le rocher présente en de nombreux endroits des traces d’extraction de blocs qui ont sans doute servi à la construction des différents murs. Une cinquantaine de mètres plus bas, la maison 2 occupe un petit replat. Au total, les vestiges fortement ruinés de huit maisons datant probablement du bas Moyen Âge ont été repérés et sommairement cartographiés. Distants de 50 à 100 m environ les uns des autres, ce sont des bâtiments modestes de plan rectangulaire, aux murs de granite, comportant une ou deux pièces. Les maisons 1 et 2 ont été sondées.

Fig. 2 – Plan et coupe de la maison 1

Fig. 2 – Plan et coupe de la maison 1

Relevé et DAO : H. Marchesi (SRA).

4La maison 1, la plus riche en information, est limitée sur trois côtés par des murs en pierres sèches et par des rochers sur le quatrième côté qui ont du supporter un mur aujourd’hui disparu. Un espace intérieur d’environ 6,50 x 5 m est ainsi défini. Bien appareillés, les murs présentent un double parement de moellons grossièrement régularisés et un blocage interne de pierres plus petites. Ils s’appuient directement sur le rocher. La largeur des murs au niveau des arases varie de 0,70 à 0,78 m, la hauteur maximale conservée est de 1,90 m. Les premières assises sont faites de gros blocs débordant vers l’extérieur qui avoisinent 1 m de long pour les plus grands. Les murs conservés ne présentent aucune trace de porte. Du côté est, la pente semble trop abrupte pour y placer un accès. L’entrée dans cette maison se faisait probablement par une porte extérieure à l’étage donnant accès à un plancher. La partie fouillée correspond donc aux soubassements de la construction et non au lieu principal d’utilisation.

5Un sondage de 13 m2 a été implanté dans la partie ouest du bâtiment. Deux couches de démolition reposent soit directement sur le rocher dans ses parties les plus hautes, soit sur un « dallage » grossier qui a été dégagé au pied du mur nord. Quelques tessons étaient écrasés sur cette surface qui repose sur le substrat. Vingt-six fragments de céramique modelée locale ont été découverts parmi lesquels un fond plat de marmite percée pour faire griller des aliments. Deux fragments de panse et une demi fusaïole sont en majolique monochrome pisano-ligure. Ils sont précieux car ce sont les seuls indices chronologiques recueillis. Ils situent l’occupation de la maison entre la deuxième moitié du xivs. et la fin du xvs.

6Cette modeste opération a permis d’apporter quelques précisions chronologiques et architecturales sur l’histoire du site. Malgré les rares données obtenues en sondage, la maison 1 peut être interprétée, en raison de sa situation et de l’absence de porte au niveau du sol, comme une tour d’habitation et de défense. L’autre maison sondée semble être une habitation, sans fonction défensive particulière. Le site connaît une occupation diffuse qui peut être datée, si les sondages sont représentatifs, autour du xvs. À cette époque, le village de Piedigriggio existe déjà très probablement. Castiglione serait donc un hameau qui disparaît au profit d’un autre, géographiquement mieux placé, qui deviendra le village actuel.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte schématique des vestiges
Crédits Dessin : H. Marchesi (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23129/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 2 – Plan et coupe de la maison 1
Crédits Relevé et DAO : H. Marchesi (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23129/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Marchesi, « Piedigriggio – Castiglione » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23129

Haut de page

Auteur

Henri Marchesi

Drac Corse (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Henri Marchesi

Drac Corse (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search