Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19932B – Haute-CorseRogliano – Grotte de la Coscia

1993
2B – Haute-Corse

Rogliano – Grotte de la Coscia

Fouille programmée (1993)
Responsable d’opération : Eugène Bonifay

Entrées d’index

Année de l'opération :

1993

Numéro d’opération :

214

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Texte intégral

1Les principaux résultats de la campagne de recherches à la grotte de la Coscia sont actuellement les suivants. D’importants terrassements ont permis d’enlever l’encroûtement calcaire (croûte de grès rosé saumon, épaisse de 0,10 m à 0,50 m) et la partie supérieure de la séquence stratigraphique, stérile, sur une trentaine de mètres de longueur.

2La couche 3f a été partiellement fouillée sur environ 12 m2. Elle a livré de nouveaux foyers, une structure circulaire (fig. 1), ainsi que des ossements de petits mammifères et d’oiseaux et quelques éclats en calcaire dont l’origine anthropique paraît très probable (avant nettoyage et enlèvement des encroûtements calcaires).

Fig. 1 – Plan de l’aire de combustion et de la structure semi-circulaire

Fig. 1 – Plan de l’aire de combustion et de la structure semi-circulaire

Relevé et DAO : E. Bonifay (CNRS).

3Les foyers fouillés en 1993 font suite à ceux découverts en 1992 : ils constituent une seule structure de combustion, dans plusieurs cuvettes contiguës, entourée d’un cercle de grosses pierres souvent très fortement brûlées à cœur, d’un diamètre de 1 m à 1,20 m ; trois feux successifs (cendres, charbons de bois) recouvrent trois sols très fortement rubéfiés.

4Une suite de gros blocs rocheux allongés forment une structure circulaire autour de l’aire de combustion, d’environ 2 m de diamètre. L’interprétation de cette structure, qui paraît intentionnelle, est pour l’instant difficile. Une seconde structure, au nord de la précédente, n’a pas encore été étudiée.

5Enfin, le tamisage et le lavage d’un petit volume de sédiments prélevés dans la grotte (1,5 m3 environ) a permis de recueillir une assez grande quantité d’ossements de micro-mammifères (lagomorphes, rongeurs) et d’oiseaux. Certains de ces ossements sont brûlés sur une partie de leur surface.

6Sans être totalement décisive (avant le nettoyage du matériel recueilli), la campagne de fouilles de 1993 à la Grotte de la Coscia conforte l’hypothèse de l’origine humaine des structures de combustion découvertes dans ce site et la présence, au début du Würm ancien, de l’homme de Néandertal en Corse, ce qui constitue un apport essentiel pour la préhistoire corse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de l’aire de combustion et de la structure semi-circulaire
Crédits Relevé et DAO : E. Bonifay (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23135/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eugène Bonifay, « Rogliano – Grotte de la Coscia » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23135

Haut de page

Auteur

Eugène Bonifay

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Eugène Bonifay

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search