Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse1993Domaine public maritimeAu large de Saint-Florent – Le Ça...

1993
Domaine public maritime

Au large de Saint-Florent – Le Ça Ira (1796)

Fouille programmée (1993)
Responsable d’opération : Pierre Villié

Entrées d’index

Année de l'opération :

1993

Chronologie :

époque contemporaine

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Drassm

Texte intégral

1Au terme d’une autorisation de fouille de deux années, il est possible de dresser un premier bilan de l’étude entre­ prise sur l’épave du vaisseau de 80 canons Ça Ira, de son premier nom la Couronne. Perdu le 11 avril 1796, suite à un incendie, il repose entre 12 m et 15 m au large de la ville de Saint-Florent, Haute-Corse (Villié 1992).

2Aujourd’hui, le bâtiment se présente sous la forme d’une table concrétionnaire de 16 m x 8 m morcelée par des tranchées correspondant aux négatifs des porques, taquets et varangues sèches. Légèrement à l’écart, une portion d’œuvres vives de 11 m x 4 m permet l’observation d’un échantillon de coque des plus intéressants.

3La problématique de la fouille entreprise est l’étude comparative des textes et traités de la construction navale du xviiie s. avec les modèles de m usées et la réalité.

4La quille

5Conformément aux textes, elle est composée de plusieurs éléments assemblés par des écarts à empature. Le seul tronçon complètement dégagé est long de 9,15 m pour 9,90 m théoriques. La différence de 75 cm doit être due à un manque de réalisme du tracé des plans du xviiie s. Le seul écart, actuellement relevé, est long de 1,95 m contre 1,38 m déduit par la règle : longueur écart = largeur quille x 3.

6La fausse quille

7Fixée par des clous en fer, elle est composée de deux pièces mises en parallèle suivant l’axe du navire. Cette disposition n’est mentionnée dans aucun traité.

8Les couples

9La largeur moyenne d’un couple est de 0,75 m avec une maille de 0,10 m à 0,135 m ce qui est sensiblement en accord avec les habitudes du temps. Un 80 canons devait avoir une maille de 5 pouces, soit 0,135 m. Celle d’un 74 canons devait être de 4 pouces, soit 0,108 m. L’épaisseur des couples est de 0,28 m (10 pouces). Cote non conforme à la règle qui voulait qu’aux œuvres vives, les couples aient une épaisseur de l’ordre de 0,35 m.

10Les clefs

11Longues de 0,24 m pour une épaisseur de 0,28 m (équivalent à l’épaisseur des couples), elles devaient avoir une longueur égale à deux fois l’épaisseur des couples ; soit 0,56 m. Leur distribution dans les fonds, laisse apparaître une organisation différente de ce que les auteurs ont couramment représenté.

12Les bordés de la caisse d’archipompe

13Épais d’environ 5 cm (2 pouces), larges de 0,30 m, ils constituent une nouvelle donnée dans la table des échantillonnages. Détail de construction, ils n’avaient jamais suscité l’attention des descripteurs.

14Les clous de doublage

15Couramment représentés à tête large de 14 mm et avec des pointes de 35 mm, ils présentent également un congé de liaison entre la tête et la tige. Détail de façonnage non mis en évidence jusqu’alors.

16Montant de caisse d’archipompe

17La section relevée est de 19 cm x 19 cm, soit 7 pouces au carré. Donnée encore inexistante avant la fouille.

18L’ouvrage de récolte des eaux

19La présence d’un placard sous les crépines de pompes est une donnée importante. Les quelques représentations faites de celui-ci, par interprétation de textes, laissent voir la mise en place d’une protection du calfatage. Sur le Ça Ira, le placard est une pièce de bois qui file d’une crépine à l’autre, avec en son axe un défoncé permettant la circulation des eaux.

20Non achevée, l’étude apportera certainement encore nombre de renseignements aux spécialistes de cette marine riche de promesses pour l’architecture navale comparée.

21Détail de l’ensemble archipompe, puits à boulets : Dans son ouvrage Instruction élémentaire et raisonnée sur la construction pratique des vaisseaux, M. de Duranti de Lironcourt (1771), indique que la longueur du puits à boulets est de la moitié du tambour de l’archipompe et que sa largeur est la même, qu’il existe une cloison commune entre le puits à boulets et l’archipompe, que trois montants suffisent pour soutenir la dite cloison.

22Pour ce qui concerne les dimensions du puits à boulets, il faut remarquer que la largeur de l’archipompe est de 2,10 m et que la largeur de la réserve à projectiles est de 1,85 m. Le rapport admis n’est pas vérifié.

Fig. 1 – Détail de l’ensemble archipompe, puits à boulets

Fig. 1 – Détail de l’ensemble archipompe, puits à boulets

Dessin : P. Villié.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Détail de l’ensemble archipompe, puits à boulets
Crédits Dessin : P. Villié.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Villié, « Au large de Saint-Florent – Le Ça Ira (1796) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23138

Haut de page

Auteur

Pierre Villié

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Pierre Villié

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search