Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse1993Domaine public maritimeAu large d’Ajaccio – Port de l’Am...

1993
Domaine public maritime

Au large d’Ajaccio – Port de l’Amirauté

Fouille programmée (1993)
Responsable d’opération : Hervé Alfonsi

Entrées d’index

Année de l'opération :

1993

Chronologie :

époque moderne

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Texte intégral

1La fouille du site archéologique du port de l’Amirauté cette année a été effectuée sur deux zones. Tout d’abord la zone antique, située sur le côté avant bâbord de l’épave moderne, qui nous a livré en majorité des fragments d’amphores et de céramiques Bas-Empire avec une exception cependant : la découverte d’un fragment de céramique campanienne qui montre que ce site devait être fréquenté depuis le iie s. av. J.-C.

2L’autre zone se situe sur l’épave moderne dans la continuité du travail effectué l’année précédente (Alfonsi 1992). Son étude a été rendue difficile par la présence abondante de galets constituant le lest du navire. Nous avons pu ainsi identifier, derrière les deux renforts de la première porque, les extrémités des deux pieds de la grande bitte du navire. Chaque pied est renforcé par une courbe de 2,20 m, s’appuyant sur la deuxième porque. Pour bien faire tangenter l’ensemble, le charpentier a intégré des clés entre les renforts et la deuxième porque comme le montre le relevé effectué avec l’aide de Jean-Pierre Joncheray. De plus nous avons découvert une structure centrale constituée de deux planches clouées sur les renforts de la porque 1 et aboutissant à la porque 2, structure que nous n’avons retrouvé sur aucun plan de l’époque. C’est toujours dans cette zone que nous avons découvert des fragments de cloche, de l’accastillage, un boulet de canon de 8 livres ainsi qu’une balle de grappe de raisin.

3Au niveau céramique nous avons retrouvé la séquence désormais classique de vaisselle du xxe s., vaisselle provençale, ligure, pour finir par de la vaisselle pisane.

4Les recherches en archives ont permis d’identifier la présence à cet endroit d’un vaisseau espagnol, le San Isidro, brûlé le 2 mai 1743. Nous avons aussi affiné la position de l’épave du Vengeur, brûlé le 24 octobre 1793, qui se situerait dans la même zone que le galion espagnol en face du lieu-dit Sciarabola, lieu mythique d’Ajaccio de l’époque pré-génoise.

Fig. 1 – Cavité d’emplanture du mât de misaine

Fig. 1 – Cavité d’emplanture du mât de misaine

Dessin : H. Alfonsi.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Cavité d’emplanture du mât de misaine
Crédits Dessin : H. Alfonsi.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23143/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Alfonsi, « Au large d’Ajaccio – Port de l’Amirauté » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23143

Haut de page

Auteur

Hervé Alfonsi

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Hervé Alfonsi

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search