Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19942A – Corse-du-SudSartène – Castellu di Baricci

1994
2A – Corse-du-Sud

Sartène – Castellu di Baricci

Relevé d’art pariétal (1994)
Responsable d’opération : Gilles Giovannangeli
Notice rédigée avec Albert Ilouze

Entrées d’index

Année de l'opération :

1994

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

relevé d'art rupestre
Haut de page

Texte intégral

1Le castellu di Baricci sur la commune de Sartène (Corse-du-Sud) est une importante rocca seigneuriale dominant la vallée de l’Ortolo qui, d’après les sources écrites et le mobilier céramique recueilli, peut être daté des derniers siècles médiévaux. Construit (ou reconstruit ?) vers 1380 par un grand seigneur corse, Arrigo di la Rocca, fidèle du roi d’Aragon, il fut détruit en 1504-1505, sur ordre de l’Office de Saint-Georges, qui s’en était emparé deux ans auparavant et y avait installé une garnison. Tout au long du xve s., le château a souvent changé de mains (seigneurs locaux soutenus par les génois ou les catalans, garnisons de l’Office de Saint-Georges ou garnisons bonifaciennes, etc.).

2Sous la plate-forme sommitale où l’on distingue toujours des structures défensives arasées (tour rectangulaire, citerne, aménagements sur rochers, etc.), se trouve un corps de logis relativement bien conservé, sur lequel vient s’appuyer à l’est un petit bâtiment quadrangulaire (4,30 x 2,48 m), partiellement détruit mais qui présente toujours les traces visibles d’une voûte en berceau, au-dessus d’un léger épaulement. Ce bâtiment est d’autre part revêtu d’un enduit intérieur beige rosé, qui recouvre entièrement la voûte, les parois et le fond. On peut donc considérer qu’il s’agit d’une grande citerne (ou d’une resserre destinée à conserver au frais l’approvisionnement en eau et en victuailles du château), d’un modèle fréquent dans les castelli médiévaux insulaires et méditerranéens. L’enduit très soigné et bien lissé de cette structure est aujourd’hui en bien mauvais état du fait des déprédations et de l’usure du temps. Il a servi aussi de support à de nombreux graffiti qui se sont accumulés au cours des siècles : patronymes, prénoms, initiales et dates sont visibles sur les parois nord-est et nord-ouest qui restent les seules en élévation. Il y a deux ans, lors d’une visite du site, nous avons été intrigués par des fines incisions, formant de longues lignes obliques ou parallèles sur chacune de ces deux parois. Elles avaient été réalisées à environ 1,60 m du sol, suivant une technique très différente de celle des principaux graffiti des « visiteurs ». Ces lignes denses et régulières couvraient d’importantes surfaces et paraissaient avoir été tracées dans l’enduit frais, alors que la plupart des dates ou initiales sont très localisées et grattées suivant un procédé beaucoup plus rudimentaire.

3En janvier puis en avril 1994, deux opérations de relevés ont été réalisées, la première sur calque, la seconde sur transparent plastique de rétroprojecteur qui permet un travail plus précis. Les incisions de la paroi nord-ouest couvrent une surface de 0,60 x 0,50 m, celles de la paroi nord-est ont davantage d’ampleur (L : 1,10 m ; hauteur : 0,80 m). Les relevés obtenus montrent, sous la surcharge d’inscriptions diverses, deux dessins de navires (fig. 1).

Fig. 1 – Graffiti de navires au Castellu de Baricci

Fig. 1 – Graffiti de navires au Castellu de Baricci

Dessins : G. Giovannangeli.

Graffiti no 1 paroi nord-ouest

4Malgré les altérations de l’enduit, on peut identifier une poupe arrondie caractérisée par la probable représentation du gouvernail en «cimeterre», analogue au timon des galères. La coque est soulignée par des traits parallèles, l’étrave est bien relevée sur l’avant, un pavillon sur poupe pourrait être représenté par trois traits horizontaux. Le gréement apparaît confusément dans un grand nombre de traits qui semblent à peu près tous converger vers le haut. Il est assez vraisemblable qu’il s’agisse de haubans, drisses, manœuvres dormantes et courantes. L’auteur du graffiti a peut-être voulu marquer par ce foisonnement la complexité de cette forêt de cordages qu’est un navire. Cette abondance de traits trouve une relative limite au-dessous de ce qui devrait être une vergue horizontale, celle de la grande voile carrée. La continuité de quelques traits au-dessus de celle-ci pourrait évoquer la convergence des manœuvres vers le haut du mât. D’autres voiles ont pu être matérialisées par quelques traits obliques formant un réseau réticulé, notamment en avant du pavillon et vers la proue.

Graffiti no 2 paroi nord-est

5Représentation d’un navire très différent du précédent, avec une coque allongée, coupée par une série dense de traits plus ou moins parallèles, marquant sans doute des rames qui prennent appui sur des supports (apostis). Cette coque est montrée hors d’eau, ce qui est courant pour les graffiti. Les deux parties du navire sont séparées par deux longues lignes verticales et parallèles, dont l’interprétation est difficile. Le gréement lui-même n’est pas clair, compte-tenu de l’altération de l’enduit (mâture, antennes et haubans sont peu discernables). Sur la poupe à gauche, il semblerait qu’il y ait une bannière. Au-dessus de la coque, trois motifs allongés d’inégale importance, avec des hachures obliques (dont l’un marqué HR en superposition) pourraient être des flammes (bannières ornementales longues et étroites qui décoraient les galères).

Interprétation et datations

6Le premier dessin pourrait représenter un navire marchand à un ou plusieurs mâts, le second une galère, navire de combat très répandu en Méditerranée jusqu’au début du xviiie s.

7Les datations sont plus problématiques :

  • première hypothèse : les graffiti sont réalisés au cours du xvs. et en tous cas avant 1504 (terminus ad quem), donc pendant la période d’occupation du site fortifié. Plaident en faveur de cette hypothèse, la finesse du graphisme qui paraît avoir été réalisé dans l’enduit frais et la parenté stylistique entre cette galère et celle qui est incisée dans une fresque de l’église Sainte Sophie de Trébizonde en Turquie, et datée de la première moitié du xve s. (cf. « Quand voguaient les galères », catalogue d’exposition du musée de la Marine, Paris, 1990, p. 65).

  • deuxième hypothèse : les graffiti sont postérieurs à l’abandon du château seigneurial, et pas nécessairement contemporains. Avec ses rames sur une seule rangée, le dessin no 2 pourrait représenter une galère dont la vogue serait de type a scaloccio plutôt que a senzile (dans la nage a senzile les rames sont groupées par deux ou trois, tandis que pour la nage a scaloccio, les rames sont sur une même rangée et la chiourme active une seule longue rame). Le premier système en usage à l’époque médiévale est abandonné au cours du xvis. (vers 1535 à Venise, sans doute un peu après Gênes). La datation que l’on pourrait proposer pour cette galère serait alors la seconde moitié du xvie s. ou le xviie s. Quant au navire marchand (graffito no 1) les spécialistes contactés, (MM. A. Illouze et J.-M. Gassin tous deux du Drassm), penchent pour une datation tardive, un brick du xviiie ou du xixe s., de préférence à une datation médiévale. Toutefois, compte-tenu de l’état d’altération, mais aussi de la schématisation, des deux dessins, il est difficile de se prononcer clairement pour l’une ou l’autre de ces hypothèses.

8Ces graffiti ont néanmoins un double intérêt : il s’agit à notre connaissance du premier témoignage de représentations de navires relevés sur un site fortifié de l’intérieur de l’île (à une quinzaine de kilomètres du mouillage de Roccapina), et il incite à une grande vigilance dans l’observation des enduits des nombreuses citernes des castelli médiévaux qui pourraient révéler d’autres graffiti intéressants.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Graffiti de navires au Castellu de Baricci
Crédits Dessins : G. Giovannangeli.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23175/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Giovannangeli, Albert Ilouze, « Sartène – Castellu di Baricci » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23175

Haut de page

Auteurs

Gilles Giovannangeli

Articles du même auteur

Albert Ilouze

Drassm

Haut de page

Responsable d’opération

Gilles Giovannangeli

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search