Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19942B – Haute-CorseBastia – Vetrice

1994
2B – Haute-Corse

Bastia – Vetrice

Fouille préventive d’urgence (1994)
Responsable d’opération : Daniel Istria

Entrées d’index

Année de l'opération :

1994

Numéro d’opération :

244

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Afan

Texte intégral

1La mise en œuvre d'un sauvetage urgent sur le site de la Vetrice (commune de Bastia, Haute-Corse) a été motivée par la réalisation de travaux agricoles et d'entretiens ainsi que par des effondrements de terrain sur des parcelles particulièrement pentues, susceptibles de contenir dans leur sous-sol des vestiges archéologiques. L'importance des sources écrites se rapportant au site de la Vetrice, sa situation aux confins de la seigneurie des Bagnaia, ainsi que l'intérêt économique du terroir, sont autant d'éléments qui laissent penser que ce site est en mesure de répondre, au moins en partie, aux nombreuses questions que pose la problématique de l'organisation du territoire et de l'évolution de l'habitat de la Corse médiévale.

2La Vetrice est située à moins d'un kilomètre du ruisseau de Fiuminale qui a constitué, jusqu'à l'époque moderne, la limite entre la pieve d'Orto et celle de Lota. Accroché à l'un des derniers contreforts du massif du Pigno, le site domine la vallée de Belgodère qui se termine par une étroite plaine côtière et s'ouvre largement sur la mer.

3La tour, élément principal du site, est positionnée sur un petit escarpement rocheux de mi-pente terminé à l'est par un à-pic de 4 à 5 m de hauteur. Cette position, naturellement défensive, a été renforcée par la construction tout le long de la falaise d'un petit rempart ainsi que par l'aménagement du substrat rocheux de manière à former, d'une part, un plateau apte à recevoir les premières assises des murs de l'édifice et, d'autre part, un talus plus ou moins vertical suivant les endroits, destiné à surélever la tour de 1 à 1,30 m par rapport au sol environnant. Il s'agit donc d'un relief remodelé artificiellement en vue d'accroître le caractère défensif de la tour. Cette construction est remarquable par la présence de certains éléments architecturaux (fenêtre géminée, ouvertures en arc plein cintre, deux cheminées, meurtrières) et d'un enduit passé au fer afin de simuler un appareillage soigné, recouvrant les murs extérieurs.

4Les maisons et les autres structures sont regroupées sur la pente au pied de la tour sur une superficie d'environ 4 000 m2. Les travaux archéologiques ont permis de mettre au jour des murs de trois structures différentes qu'il faut probablement interpréter comme des maisons d'habitation en raison de la nature des sols, formés de lauzes parfaitement agencées, et de l'abondance des céramiques recueillies sur ces derniers.

5Le mobilier archéologique est constitué de céramiques de production locale à dégraissant amianté. Plusieurs formes nouvelles ont été découvertes dont des lampes, des plats et des marmites à deux anses. Mais, près de 80 % des tessons récoltés ont été importés d'Italie septentrionale (Ligurie, Pisé, zone florentine) et dans une moindre mesure du Latium ainsi que d'Espagne.

6Les vestiges métalliques et ostéologiques sont peu abondant.

7Ces céramiques ainsi que les nombreux textes permettent de supposer une première occupation du site vers la fin du xiiie ou le début du xive s. et un abandon dans les années 1540-1550. L'installation d'un habitat à proximité de la limite nord de la pieve d'Orto et de la seigneurie de Bagnaia est incontestablement à mettre en relation avec l'apparition d'autres sites extrêmement proches, comme les castelli de Cotone et de Belgodère, tous deux édifiés à ce même moment avec pour objectif d'affirmer une présence sur un terroir contesté qui, jusque-là, était resté en marge de la seigneurie. La construction de ces châteaux et de ces habitats pourrait donc apparaître comme une volonté de prendre en main et de coloniser un territoire tout en renforçant la défense d'une frontière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Istria, « Bastia – Vetrice » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 25 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23196

Haut de page

Auteur

Daniel Istria

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Daniel Istria

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search