Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19942B – Haute-CorseLucciana – Mariana

1994
2B – Haute-Corse

Lucciana – Mariana

Fouille préventive d’urgence (1994)
Responsable d’opération : Patrice Alessandri
Notice rédigée avec Laurent Casanova, Christophe Durand et Christophe Voyez

Texte intégral

1Une tranchée destinée à recevoir un réseau d’assainissement a suivi le tracé de la route actuelle le long de sa bordure sud depuis le droit de l’église romane San Parteo jusqu’aux abords de la cathédrale Santa-Maria (la Canonica) avant de la contourner par le sud.

2Le caractère particulier de l’intervention de terrain, limitée en envergure mais développée tout au long de la plus grande partie du site, donnait l’opportunité de réviser notre connaissance quant à la distribution et l’affectation des espaces. D’ouest en est apparaît tout d’abord l’extension d’une des nécropoles anciennement observées à cet emplacement et pourraient constituer un trait d’union entre ces deux entités, les réunissant en un seul et même vaste ensemble à vocation funéraire utilisé entre le ier et le ivs. de notre ère. Au-delà se rencontrent les premières unités de l’habitat. En direction de la Canonica se dégage une grande homogénéité dans les découvertes archéologiques limitées à un assemblage de galets lités organisés tout au long de l’espace séparant les éléments du bâti nouvellement mis au jour, des structures découvertes lors des fouilles anciennes, correspondant très probablement à une bande de roulement antérieure destinée à la desserte de la ville antique. L’étude cadastrale et ses enseignements relatifs aux orientations privilégiées observées sur le site donnent à penser qu’il pourrait s’agir d’un decumanus intégré au système viaire de la cité. Les unités d’habitation de l’agglomération antique mises au jour ensuite sont partiellement recoupées par les implantations de sépultures médiévales aux abords de la basilique. Plus avant vers l’est, elles se rencontrent intactes ou seulement entamées par des excavations rythmées, correspondant à la mise en culture caractéristique d’un verger. Cette délimitation spatiale concerne les traces d’un habitat qui nous apparaît seulement de façon discontinue. Les écarts enregistrés entre les différentes zones occupées par les murs maçonnés sont significatifs. Entre celles-ci s’intercalent en effet de vastes plages où ne se rencontre qu’un remplissage constitué de limons stériles d’origine alluvionnaire. Il se confirme que l’exploration mise en place revêt un caractère tangentiel, prenant en compte les vestiges les plus méridionaux. En dehors d’une hypothèse, tout à fait acceptable, de ville basse désormais ensevelie sous les masses de limons, il ressort de cette étude topographique que le tracé de la frange sud de l’agglomération se calque sur celui du front irrégulier de la terrasse alluviale du fleuve Golo.

3Si l’on exclut de l’approche chronologique la nécropole dont il est difficile d’appréhender avec certitude la durée d’utilisation, il ressort en premier lieu de cette enquête préliminaire que les bâtiments les plus anciens, contemporains de l’implantation initiale présumée au début du ier s. av. J.-C., ne sont ici qu’évoqués par un mobilier céramique épars et résiduel. Les bâtiments postérieurs, érigés à l’époque augustéenne, entre la fin du ier s. av. J.-C. et le début du ier apr. J.-C., se rencontrent aussi bien à l’ouest qu’à l’est de la basilique, largement à l’écart de l’espace concerné par les fouilles antérieures. Dès cette phase d’occupation, l’emprise au sol de l’habitat est donc assez étendue. Elle se circonscrit au minimum entre les deux ensembles de nécropoles (Palazzetto-Murotondo à l’ouest et I Ponti à l’est) bornant l’agglomération. Une phase suivante progressivement mise en place dans le courant du iie s. de notre ère voit l’habitat nouveau se superposer au précédent tout en conservant, au moins par places, les modules et alignements antérieurs. L’urbanisation et le système viaire y étaient par conséquent suffisamment contraignants pour arrêter de façon rigide les emplacements d’implantation. La zone testée ne porte aucune trace d’aménagements témoignant d’une urbanisation postérieure. Il est cependant certain que l’occupation se prolonge au-delà de la fin du iiis. de notre ère. Les preuves en sont formelles, tant au travers de l’étude du mobilier céramique contenu dans les niveaux d’abandon que de la présence de petits monuments maintenus en élévation jusqu’à une période tardive à l’image d’un passage voûté matérialisant la limite orientale de notre intervention.

4L’apport principal de l’intervention réside précisément dans la longueur de la tranchée, ouverte sur près de 800 m, constituant un sondage test transversal intéressant la totalité du site antique et médiéval. Cette opération peut alors revêtir un caractère de diagnostic destiné à renseigner utilement les chercheurs dans le cadre de la mise en place de fouilles extensives à venir.

Fig. 1 – Coupe de la tombe, US 4 : tombe à incinération

Fig. 1 – Coupe de la tombe, US 4 : tombe à incinération

DAO : P. Alessandri (Afan).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Coupe de la tombe, US 4 : tombe à incinération
Crédits DAO : P. Alessandri (Afan).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23204/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Alessandri, Laurent Casanova, Christophe Durand et Christophe Voyez, « Lucciana – Mariana » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23204

Haut de page

Auteurs

Patrice Alessandri

Afan

Articles du même auteur

  • Corte – Citadelle [Texte intégral]
    Fouille préventive d’urgence (1994)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Aléria – Fort de Matra [Texte intégral]
    Fouille préventive d’urgence (1995)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse

Laurent Casanova

Articles du même auteur

Christophe Durand

Articles du même auteur

Christophe Voyez

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Patrice Alessandri

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search