Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19942B – Haute-CorseOletta – Gouffre de Castiglione

1994
2B – Haute-Corse

Oletta – Gouffre de Castiglione

Fouille programmée (1994)
Responsable d’opération : Michelle Salotti
Notice rédigée avec Jean Ferrandini

Entrées d’index

Année de l'opération :

1994

Numéro d’opération :

246

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Texte intégral

1Seule la cavité Castiglione 3 a été prospectée en 1994. La prospection a confirmé la présence d’un riche dépôt fossile à gros mammifères. De nouvelles séries de datations absolues par la méthode Uranium/Thorium ont été demandées au laboratoire spécialisé du CERAK.

2Le tri des sédiments de la cavité Castiglione 1 et l’étude de leur contenu paléontologique ont été continués avec l’aide de paléontologues spécialisés : M. F. Bonifay (mammifères), C. Mourer-Chauviré (oiseaux) et A. M. Real-Testud (gastéropodes).

3Un étudiant de l’UFR Sciences de l’université de Corse, a soutenu un mémoire sur l’étude trois des mammifères de l’aven de Castiglione : Prolagus Sardus (Wagner), 1829 ; Nesoleipoceros (= Cervus) Cazioti (Deperet), 1897 ; Cynotherium Sardous (Sturiati), 1857.

Résultats de la prospection de Castiglione 3

4Au sud, la fouille du boyau riche en dépôts osseux est en cours. Le remplissage est constitué, dans les 10 premiers centimètres de sédiments, par de très nombreux os d’espèces actuelles.

5La prospection de la vaste salle (« mezzanine ») a été poursuivie. Ses parois ont fourni, à deux emplacements différents, une brèche osseuse extrêmement riche en Gastéropodes de l’espèce Tacheocampylaea Raspaili associés à des vertébrés fossiles. La datation de ces gastéropodes est attendue.

6Au nord, une amélioration des conditions de fouilles a permis de découvrir et de ramasser de nombreux os d’un Mégacéridé de plus grande taille que le Cerf de Caziot, dont c’est la première citation en Corse. Il est associé à une faune de vertébrés fossiles dont la composition est pour l’instant sommairement connue (étude en cours) et semble témoigner d’un dépôt d’âge différent et peut-être plus ancien. Des prélèvements sont actuellement en cours de datation.

Résultats analytiques paléontologiques de Castiglione 1 (tabl. I)

7Une dent de Sus, des dents et une partie du crâne d’un Mustélidé ont enrichi la liste des mammifères déjà connus dans le site.

8Les études effectuées sur les ossements de mammifères ont apporté des résultats intéressants :

Concernant Prolagus sardus

9Le nombre d’individus récoltés dans les niveaux 3 et 4 de Cast. 1 est d’environ 70. Le nombre de jeunes est supérieur d’au moins 1,5 fois au nombre d’adultes. La comparaison des mesures concernant le diamètre antéro-postérieur du fémur et de celles concernant la longueur du diastème a fait apparaître des différences significatives entre les Prolagus des niveaux 4 et 3 de Cast. 1, différences qui se traduisent par une diminution des dimensions fémorales et une augmentation de la longueur du diastème.

Concernant Cynotherium sardous

10D’après M.-F. Bonifay, les valeurs dentaires indiquent cependant à Castiglione un animal plus grand que celui décrit à Macinaghju, lui-même décrit comme un animal de taille et de sveltesse plus grandes que la forme sarde. Nos données confirment donc la présence en Corse d’une population aux caractéristiques morphologiques particulières et confortent donc la nécessité de lui donner un nouveau nom sous-spécifique : Cynotherium sardous promuntorii.

Concernant Nesoleipoceros Cazioti

11Le matériel de Castiglione comprend au moins cinq individus. Les quelques dimensions prises sur les restes osseux de Castiglione 1 attestent de l’éloignement des caractères morphologiques et morphoscopiques vis à vis des cervidés continentaux. Le rapprochement entre les fossiles de Castiglione et de Macinaghju est démontré pour chacun des organes étudiés (molaires, fragments de mandibules, de bois, d’os longs).

12Les datations effectuées à Castiglione 1 montrent que les dépôts fossilifères sont étalés dans le temps. Mais les déterminations, en 1994, des fossiles trouvés à Castiglione 1, dents (carnassière et tuberculeuse) et fragment de crâne de Mustélidé, dont l’espèce (ou les espèces) restent à déterminer, (Enhydrictes galictoïdes ?, mustélidé trouvé en Corse et en Sardaigne, Major 1901, Bâte 1934, qui aurait disparu dès le Pléistocène moyen et qui est absent du Würm, ou Lutra ?) pourraient indiquer une faune plus ancienne que le Wûrm ancien. Mais cela reste à confirmer. La présence, également dans le niveau IV de Castiglione 1 d’une dent de Sanglier (Sus sp.) est très intéressante puisqu’elle confirme la grande ancienneté de cette espèce en Corse et pourrait infirmer l’hypothèse de l’origine par marronnage du sanglier en Corse.

13À Castiglione 3, la découverte de plusieurs ossements d’un grand Mégacéridé, de la taille des grands Mégacéridés quaternaires ou des grands cervidés villafranchiens européens, jamais cité pour la faune fossile de Corse, la rareté des restes remontés de la musaraigne Episoriculus corsicanus, alors qu’elle est abondante à Castiglione 1, semblent indiquer un dépôt d’âge différent, peut-être beaucoup plus ancien. Mais, là aussi, seules les études à venir, confirmeront ou infirmeront cette première hypothèse.

14Quoi qu’il en soit, au stade actuel de la fouille, nous confirmons donc la présence, dans les niveaux les plus profonds du karst, de deux dépôts d’âge Würm ancien ou plus anciens, d’origine entièrement continentale, la découverte, en 1994, de Mammifères d’une espèce fossile nouvelle de Mégacéridés pour la Corse, de restes de Mustélidés fossiles (Enhydrictes ?, Lutra ?) très rarement trouvés en Corse ou en Sardaigne, et la présence de Sus sp. Ces fossiles s’ajoutent à ceux énumérés dans nos précédents rapports et qui concernent les classes des Mammifères, des Oiseaux, des Reptiles et des Amphibiens (dont certaines espèces n’avaient jamais été trouvées à l’état fossile en Corse) ainsi que des Gastéropodes.

Tabl. I – Répartition des faunes dans les différents remplissages de Castiglione 1

Tabl. I – Répartition des faunes dans les différents remplissages de Castiglione 1

M. Salotti, J. Ferrandini (université de Corse).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tabl. I – Répartition des faunes dans les différents remplissages de Castiglione 1
Crédits M. Salotti, J. Ferrandini (université de Corse).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michelle Salotti, Jean Ferrandini, « Oletta – Gouffre de Castiglione » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23208

Haut de page

Auteurs

Michelle Salotti

Université de Corse

Articles du même auteur

Jean Ferrandini

Université de Corse

Articles du même auteur

  • Oletta – Castiglione [Texte intégral]
    Fouille programmée (1992)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Oletta – Castiglione [Texte intégral]
    Fouille programmée (1993)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Oletta – Castiglione [Texte intégral]
    Fouille préventive d’urgence (1991)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
Haut de page

Responsable d’opération

Michelle Salotti

Université de Corse

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search