Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse1994Domaine public maritimeAu large de Ersa – Giraglia

1994
Domaine public maritime

Au large de Ersa – Giraglia

Sondage (1994)
Responsable d’opération : Martine Sciallano

Texte intégral

1L’épave à dolia de la Giraglia déclarée par Louis Ambroggi, Franck Allégrini-Simonetti et Michel Oliva a été fouillée du 9 au 19 octobre 1994 par une équipe dont faisaient partie Dominique Deschamps, Gilbert Heyberger, Jean-Pierre Juan et les inventeurs Louis Ambroggi et Franck Allégrini-Simonetti.

2Le site présente trois dolia alignés et de nombreux fragments de dolia épars. La première opération a consisté à dégager les posidonies autour des dolia de façon à reconnaître les limites du site. Cinq points A, B, C, D, O ont été mis en place, orientés et triangulés de façon à établir un plan du site. Les limites des zones d’amphores devront être précisées. On a estimé l’épaisseur du sédiment à 50 à 70 cm. Il est apparu que le site était suffisamment vaste, les fragments suffisamment nombreux, les zones de tessons suffisamment bien marquées, l’épaisseur de sédiment suffisante pour pou­ voir envisager une fouille productive. Ce travail préparatoire permet en outre de pouvoir positionner chaque nouvel objet découvert ultérieurement. Il est d’autre part concevable que des petits objets puissent être retrouvés dans les couches scellées par les plus gros fragments de dolia. Peut-être aussi pourrons-nous retrouver des marques de fabrique sur les deux dolia qui sont « cul par-dessus tête » ?

3Un jas d’ancre a été soustrait au pillage qui sévit forte­ ment dans la zone et mis en dépôt au musée de Bastia. Haut de 1,70 m il porte quatre osselets, chacun dans une position différente. Les amphores sont de type Dressel 2-4 à pâte espagnole et à pâte italienne. Des comptages devront donc être envisagés pour déterminer la région majoritaire et la direction suivie par le bateau. Une marque inplantapedis a été moulée sur l’épaulement du dolium central (fig. 1). Elle est accompagnée d’une contremarque représentant une amphore ou un vase. On peut proposer, pour la première ligne, de lire ... TTES ou ... PTES. La deuxième ligne étant de lecture plus certaine PIRA. CER. F, les points n’étant pas assurés.

Fig. 1 – Estampille in planta pedis sur dolium central

Fig. 1 – Estampille in planta pedis sur dolium central

4Ainsi, six des huit épaves à dolia répertoriées sur les côtes françaises et italiennes ont en commun une origine qu’il est possible de situer dans la région de Scauri-Minturnes où la famille des Pirani fournissait aux chantiers navals locaux des dolia embarqués sur les bateaux dès le moment de leur construction.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Estampille in planta pedis sur dolium central
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23224/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Sciallano, « Au large de Ersa – Giraglia » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23224

Haut de page

Auteur

Martine Sciallano

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Martine Sciallano

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search