Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19962A – Corse-du-SudSartène – Sapara d’Asquedda

1996
2A – Corse-du-Sud

Sartène – Sapara d’Asquedda

Fouille nécessitée par l’urgence absolue (1996)
Responsable d’opération : Alain Pasquet

Entrées d’index

Année de l'opération :

1996

Chronologie :

Préhistoire, Néolithique

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Texte intégral

1La fouille de sauvetage a été poursuivie dans l’abri de Sapara d’Acquedda (Punta di Murtoli), portant la surface étudiée à 7 m2.

2Nous avons pu observer que le substratum rocheux forme au sud-est de l’abri des gradins sensiblement horizontaux, puis plonge vers le nord-ouest où se sont accumulés les vestiges des plus anciennes occupations.

3Une trace rubéfiée ovale témoigne de l’installation d’un premier foyer à plat, directement sur la roche horizontale. Plusieurs autres foyers lenticulaires, sans le moindre aménagement, sont superposés ou décalés dans les 25 cm à 30 cm de la couche d’occupation de l’âge du Fer. Les embruns salés ont, semble-t-il, durci les croûtes cendreuses, successives des foyers, après chaque abandon. La nécessité de se protéger du vent d’ouest dominant est sans doute à l’origine de la construction, à l’aplomb de l’entrée nord-ouest, d’un muret de mœllons de granite local. À cette couche appartiennent une perle en pâte de verre, des restes de poissons, de très nombreux tests de coquillages, une céramique très morcelée, des os de grands mammifères, une phalange de pouce humain, nouveau reste d’une sépulture dévastée.

4Le niveau sous-jacent est marqué par la présence de plaquettes de roche filonique noire, comme dans l’abri de La Figue. Ce niveau fournit une céramique très fine (3 mm), d’inspiration basienne, associée à une industrie lithique essentiellement tirée du quartz. En dessous apparaît une céramique plus épaisse (7,5 mm), hémisphérique, décorée d’une ligne de triangles imprimés à 3,6 cm de la lèvre : nous observons une étroite parenté entre ce vase et celui de la grotte de Su Concali di Coràngiu Aca Villamassàrgia, dans un milieu appartenant au Néolithique moyen de Sardaigne. Notons que ce décor, à Sapara d’Acquedda, correspond à un « pic » d’utilisation de l’obsidienne (parfois jaspée de rouge) et donc, .sans doute, à une intensification des relations avec les zones productrices. L:obsidienne, le quartz et ie silex apparaissent désormais, pratiquement en même temps, au début de la fréquentation de l’abri.

5Un vase à goulot étroit et à panse hémi­ sphérique, a sa lèvre ronde soulignée par une rangée d’impressions ovales, irrégulières, dont l’inspiration se retrouve dans la céramique du site de plein air de la Punta di Murtoli.

6Au niveau inférieur, une dalle de granite (68 cm x 33 cm x 13 cm) reposait sur un aménagement serré, de 250 m2, de plaquettes de roches noires, suggérant une structure, de foyer : la dalle, sans doute placée de chant à l’origine, pouvait limiter et protéger ce dernier. La situation exposée, en dehors de l’abri, n’a pas permis la conservation de charbons de bois.

7Des échantillons de sédiment de toute la séquence ont été prélevés en vue d’analyses ultérieures.

8D’ores et déjà, sont confirmés les multiples intérêts que présente Sapara d’Acquedda, pour la malacologie, l’ichtyologie, et l’étude des groupes humains immédiatement postérieurs à la culture cardiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Pasquet, « Sartène – Sapara d’Asquedda » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 24 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23246

Haut de page

Auteur

Alain Pasquet

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Alain Pasquet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search