Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19962A – Corse-du-SudSartène – Village de l’Ortolu

1996
2A – Corse-du-Sud

Sartène – Village de l’Ortolu

Fouille programmée (1996)
Responsable d’opération : Gilles Giovannangeli

Entrées d’index

Année de l'opération :

1996

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Texte intégral

La maison XVI

1Jusqu’ici seuls les sondages implantés dans la partie basse du village, autour du rocher fortifié nord, avaient livré un matériel abondant témoignant des multiples activités villageoises au bas Moyen Âge. Les rares sondages dans la partie haute du village où les maisons sont pour­ tant mieux conservées, n’avaient donné jusqu’ici que des résultats modestes, voire décevants.

2C’est une belle structure d’habitat de 9 m de long sur 6,50 m de large dont le plan en forme de parallélépipède restait lisible malgré l’accumulation d’éboulis, qui a été sélectionnée cette année en lisière ouest du site. Cette maison, à peu près à égale distance des rochers fortifiés nord et sud, et habilement implantée sur un ensemble de boules de granite, offrait une superficie habitable de près de 55 m2 (fig. 1).

Fig. 1 – Planimétrie de la maison XVI

Fig. 1 – Planimétrie de la maison XVI

Relevé et DAO : G. Giovannangeli.

3Le dégagement des structures et la fouille de la partie orientale de la maison ont confirmé qu’il s’agissait d’une belle demeure médiévale témoignant d’une relative aisance des occupants. Seul le mur oriental qui entaille la pente (ou mur « amont ») est conservé sur une hauteur d’environ 2 m. À sa base, et en utilisant un rocher tabulaire qui débordait à l’intérieur de la maison, avait été aménagé un curieux réduit maçonné (1,30 m x 0,95 m) accessible par une ouverture partiellement taillée dans le roc. Cette cache avait vraisemblablement une fonction utilitaire de réserve de victuailles. Les deux murs latéraux nord et sud, ainsi que le mur occidental (ou mur « aval ») sont moins bien conservés, ·mais attestent la qualité du travail des bâtisseurs. L:implantation du mur aval sur un berceau rocheux de près de 4 m de haut, est à cet égard exemplaire.

4Dans chacun des deux murs latéraux, les vestiges de deux portes soigneusement agencées ont été dégagés :

  • la porte nord d’assez grandes dimensions (1,15 m de large), tournée vers les autres habitats ;

  • la porte sud beaucoup plus étroite (0,49 m de large) ouvrant sur les chemins de la moyenne vallée en direction de l’église San Ghjuvanni.

5Comme dans les autres maisons du village, plusieurs petites niches avaient été aménagées dans le parement intérieur des murs (deux dans le mur latéral nord, et une troisième près de l’angle sud-est de la maison). Vu la médiocre élévation des structures, il n’a pas été possible de vérifier l’existence d’un étage.

6La stratigraphie s’est révélée relativement simple. Sous le niveau de destruction des murs, une mince couche d’occupation reposait sur un sol bien individualisé et compact (argile crue avec inclusions de cailloutis). Une particularité toutefois par rapport aux autres maisons touillées jusqu’ici, la présence de plusieurs lentilles d’argile rubéfiée malheureusement très dégradées par les racines de chênes. L’une de ces lentilles, près du mur ouest peut être interprétée comme un foyer.

7Le mobilier mis au jour, bien que moins abondant que dans les fouilles .de la partie basse du village, est tout à fait caractéristique d’une occupation du xve s., avec un lot de tessons appartenant à des types de céramiques désormais bien connues sur le site (corbeilles amiantées, marmites à anses intérieures, vaisselle importée de l’aire italienne ou ibérique.

8Parmi le mobilier métallique, on notera la découverte sur le seuil nord d’une grande feuille de cuivre (47 cm x 11 cm). Elle présente des traces de martelage régulièrement espacées ainsi que des traces de pliures longitudinales. Il pourrait s’agir d’un produit acheté par des artisans du village et destiné à être découpé pour la réalisation de petits objets, comme les aiguillettes, les bossettes ou les paillettes décoratives, fréquemment recueillis sur le site.

9Ce sondage a confirmé le développement rapide du village au cours du xve s. depuis le noyau fortifié du secteur nord en direction des hautes terrasses.

Les fouilles autour du rocher fortifié nord

10Un vaste abri sous-roche se trouve au cœur du premier dispositif de défense et d’habitat du site. En 1994 et 1995 un sondage dans la salle 1 avait révélé une occupation de l’abri à la fin du Moyen Âge, mais la stratigraphie de faible ampleur avait été perturbée par la réutilisation de cet abri au xixe s. Un nouveau sondage dans la partie méridionale de l’abri n’a livré que peu d’informations supplémentaires sur l’utilisation de cette vaste cavité rocheuse au bas Moyen Âge. On peut tout au plus envisager un stockage temporaire de récoltes ou un parcage sporadique d’animaux. Par contre les sondages implantés entre la maison Ill et le couloir rocheux à la base de la tour nord, ont continué de livrer une documentation très intéressante sur les phases anciennes d’occupation (sondages 3 et 5). Sous les niveaux de destruction et circulation de la seconde moitié du xve s., des niveaux épais et riches en mobilier témoignent d’un occupation plus ancienne : pas de céramiques culinaires amiantées ici, ni de majoliques polychromes de Montelupo si abondantes dans les maisons du village, mais des vases culinaires à bords éversés, en vert et brun pisano-ligure, des majoliques décorées de lustre métallique, des tessons de céramiques fines provenant d’ateliers moins connus. Ils présentent d’intéressantes similitudes avec ceux recueillis lors des fouilles de la Crypta Balbi à Rome.

11Comme les années précédentes, le petit matériel métallique, souvent à caractère décoratif, est relativement abondant (bossettes de bronze dont une à tête de lion, boucles et ardillons, paillette de bronze à décor quadrilobé, etc.). Pierre Comiti a étudié ce matériel.

12Concernant les activités domestiques, on peut signaler la découverte d’un fragment de meule rotative en granite de 48 cm de diamètre.

13Le matériel céramique permet d’attribuer ces niveaux au xive s. et au début du xve s. En l’état actuel des recherches, la phase de démarrage du village ne paraît guère antérieure à la première moitié du xive s.

Le dépotoir de la maison VII

14Ce dépotoir témoigne de l’ultime phase d’occupation du village dans les années 1480-1510. Depuis deux ans une documentation exceptionnelle a été recueillie au cours de la fouille de cette « poubelle » qui avait été constituée à l’intérieur d’un petit bâtiment annexe de la maison Vil – fig. 2). 800 tessons de céramiques fines ou modelées ont été recueillis cette année ainsi que 14 disques ou fusaïoles associés à des petits objets métalliques ou lithiques (perles, boucles, accessoires de vêtements, fragments sous gangue de petits outils de fer, etc.). Une petite charnière de 24 mm de long en bronze doré, pourrait appartenir à un vêtement de guerre. Un gisant du xve s., celui de Raymond de Beaufort mort en 1420, exposé au musée du Petit Palais d’Avignon, présente en effet des charnières de protection d’avant-bras du même modèle que celle de I’Ortolu. Les analyses en cours du matériel osseux de ce sondage, montrent une grande diversité faunique (des bœufs, des caprins, des porcins bien sûr, mais aussi des cerfs et même un ourson).

Fig. 2 – Planimétrie de la maison VII

Fig. 2 – Planimétrie de la maison VII

Relevé et DAO : G. Giovannangeli.

15Jean Bruhant a pu reconstituer le profil d’abattage du cerf de I’Ortolu. Il s’agit sans aucun doute d’un abattage sélectif dans la mesure où la majorité des animaux tués ont généralement entre quatre et sept ans et que l’on n’y trouve ni faon (moins de six mois), ni hère (de six à douze mois). On peut donc penser qu’il s’agit d’une chasse alimentaire, peut-être associée à une recherche de trophées, comme en témoignent les belles ramures mises au jour dans ce sondage. En effet si la défense des cultures avait été la motivation première des villageois, les chasseurs auraient frappé indistinctement jeunes et adultes, ce qui n’est pas le cas ici.

Fig. 3 – Localisation des principaux travaux archéologiques de 1990 à 1996

Fig. 3 – Localisation des principaux travaux archéologiques de 1990 à 1996

Relevé et DAO : G. Giovannangeli.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Planimétrie de la maison XVI
Crédits Relevé et DAO : G. Giovannangeli.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23247/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Fig. 2 – Planimétrie de la maison VII
Crédits Relevé et DAO : G. Giovannangeli.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23247/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre Fig. 3 – Localisation des principaux travaux archéologiques de 1990 à 1996
Crédits Relevé et DAO : G. Giovannangeli.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23247/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 949k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Giovannangeli, « Sartène – Village de l’Ortolu » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23247

Haut de page

Auteur

Gilles Giovannangeli

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gilles Giovannangeli

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search