Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19962A – Corse-du-SudSollacaro – I Calanchi-Sapar’Alta

1996
2A – Corse-du-Sud

Sollacaro – I Calanchi-Sapar’Alta

Fouille programmée (1996)
Responsable d’opération : Joseph Cesari

Entrées d’index

Année de l'opération :

1996

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Le site a été signalé anciennement (par le commandant Octobon) sans toutefois qu’il soit jamais mentionné dans une publication. (Je dois cette information à son propriétaire, le regretté Jules Cesari). En 1962, Roger Grosjean et Jean Liegeois firent un sondage dans un abri et recueillirent des fragments d’ossements humains brûlés qu’ils entreposèrent au dépôt archéologique de Sartène avec comme seule indication : « Les Calanques : os humains brûlés. Grotte funéraire Couche I - Il- llI ».

2En 1978 j’ai entrepris de redécouvrir le gisement, sans beaucoup de succès en raison d’une végétation impénétrable qui en recouvrait toutes les parties hautes. C’est à partir de 1980, à la suite du désenclavement de la propriété qu’il m’était possible d’explorer partiellement les zones archéologiques. Aujourd’hui encore, en raison d’un épais maquis, plusieurs secteurs (environ 15 ha en friche) demeurent d’accès difficile et sont mal connus sur le plan archéologique.

3Le site d’l Calanchi-Sapar’Alta est une vaste colline qui culmine à 85 m au NGF. Elle domine au nord-est la plaine du Taravo. Le gisement couvre environ 7 ha, est exposé plein sud, et jouit d’un topoclimat (fig. 1). Il occupe une succession de vastes terrasses propices aux cultures et bénéficie de la présence de plusieurs sources pérennes. En emprise directe sur l’étang de Canniccia ou Stagna d’u Diavuli, il n’est distant que de 400 m à vol d’oiseau du Taravo et 2,5 km de la mer. Par la qualité du potentiel agro-sylvo-pastoral des écosystèmes alliant la plaine, les collines environnantes et la chaîne montagneuse de Buturettu (870 m), qui sépare la plaine du Taravo du bassin du Baracci au sud-est, le site d’l Calanchi offrait des conditions idoines pour l’installation d’un habitat permanent. Sur les secteurs rocheux sommitaux les préhistoriques aménagèrent leur habitat et leurs sépultures en utilisant les chaos granitiques qui leur offraient des abris sous roches (Sapari et Orrii) et de nombreux tafoni, ces cavités creusées par corrosion dans le granite. Outre l’exploitation de ces formes naturelles, l’habitat préhistorique est caractérisé par des constructions de pierres sèches (enceintes défensives, monuments circulaires et maisons aux murs rectilignes de plans quadrangulaires, articulés sur les massifs rocheux ; fig. 2).

Fig. 1 – Topographie et coupe sud-ouest – nord-est de la partie sommitale du site

Fig. 1 – Topographie et coupe sud-ouest – nord-est de la partie sommitale du site

Relevé et DAO : J. Cesari (SRA).

Fig. 2 – Enceinte et monument de la partie sommitale nord-est – nord-ouest du site

Fig. 2 – Enceinte et monument de la partie sommitale nord-est – nord-ouest du site

Relevé et DAO : J. Cesari (SRA).

4La première anthropisation reconnue par les recherches actuelles, remonte au Néolithique moyen (ive millénaire av. J.-C.) elle est caractéristique du Basien. Cette culture indigène avait été identifiée sur le gisement voisin de Basi (Serra-di-Ferro) par Gérard Bailloud. C’est dans le iiie millénaire av. J.-C. que s’inscrit la chronologie de la plupart des structures bâties du gisement. Elles livrent des éléments de la culture Terrinienne définie par Gabriel Camps sur le gisement éponyme de Terrina (Aléria, Haute-Corse) comme caractéristique du Chalcolithique insulaire.

5Durant cette période le site d’l Calanchi connaît sa plus forte expansion, il occupe environ 5 ha. Les architectures conservées présentent les arases de véritables maisons aux murs de pierres, et un vaste péribole conservé en élévation, dans la partie haute, sur plus de 100 m de périmètre. Cette enceinte, dont l’étude systématique a débuté en 1996, a été renforcée au nord-est et au nord-ouest par une tour et une plate-forme semi-circulaire, qui constituent deux bastions défensifs du secteur le plus vulnérable. Un monument circulaire de faible diamètre, occupe le haut d’un chaos rocheux central qui présente un à-pic d’un vingtaine de mètres, en position de balcon sur la plaine et l’embouchure du Taravo. Les habitats, mais surtout les sépultures en tafoni ont livré les seuls fragments de céramique au décor campaniforme, découverts sur l’île.

6Le site présente une importante séquence de l’âge du Bronze ancien et une faible fréquentation durant le Bronze moyen et final (Torréen de Grosjean). À l’âge du Fer quelques sépultures ont réutilisé des tafoni funéraires et durant l’Antiquité, il faut retenir la présence dans un abri de rares fragments d’amphores italiques du iiie s. av. J.-C. C’est au Moyen Âge, que le site semble à nouveau fréquenté. La tradition orale en fait un ermitage des moines de San Benigno de Gênes, desservants de la proche église de Santa-Maria-di-Taravo. Archéologiquement cette période n’est pas documentée, seule une monnaie génoise du xiie s., et trois autres en cours d’études (des xve-xvie s.) attestent une fréquentation sporadique du site que la malaria rendait trop insalubre. La date de 1632 est gravée à l’entrée d’un abri aménagé qui a servi jusqu’à nos jours pour le parcage du bétail.

7L’aménagement des vastes rochers creux Sapari et Orii, est un excellent témoignage ethnographique pour ce type d’habitat rupestre d’époque historique.

8Problématique de la recherche

9La recherche intègre la connaissance, la plus exhaustive possible, de l’habitat et de son environnement, qui ont connu une occupation anthropique discontinue depuis la pré et protohistoire, mais qui n’ont jamais été vraiment abandonnés, tant l’attractivité du trophique alimentaire était forte.

  • 1 Travaux d’Enrico Atzeni sur le campaniforme sarde, d’Alberto Moravetti et de Sebastiano De Murta, e (...)

10L’étude de cette collectivité rurale est surtout centrée sur la principale période d’occupation, le Chalcolithique terrinien et ses éventuelles phases de développement ou de régression en liaison avec les périodes charnières que constituent le Néolithique basien, comme terminus a quo et la période du Bronze ancien comme terminus ad quem. Cette dernière phase du développement de la culture terrinienne est marquée par l’apparition d’influences campaniformes très nettes dans la céramique. Dans l’état actuel de la recherche, le gisement d’l Calanchi est le seul de Corse à avoir livré une céramique campaniforme au décor métopal, d’influence continentale (Italie du Nord et Autriche). En 1996 des fragments de bol ou de jatte au décor campaniforme de style international ont été découverts sur l’enceinte sommitale. Ces éléments, intègrent le site aux problématiques chrono-culturelles développées, dans la proche Sardaigne, sur des gisements typologiquement comparables et synchrones1.

11La présence de divers mégalithes associés au site, en font aussi un jalon privilégié pour la connaissance et l’étude du mégalithisme corse dans ses relations avec les habitats.

12Dans le cadre des stratégies d’approvisionnement néolithiques en matières premières (roches dures allogènes et locales), se pose le questionnement classique des relations extra­insulaires, principalement avec la Sardaigne. Au Chalcolithique, c’est la métallurgie naissante qui paraît au centre de la collecte dans un secteur dépourvu de gisements cuprifères.

13Outre le questionnement sur les stratégies de subsistance et d’exploitation des écosystèmes, il faut aussi souligner quelques grands axes de la recherche sur le site :

  • a) les aspects du bâti architectural telles l’organisation spatiale des structures et les planimétries, les techniques de construction, l’identification et la fonction des bâtiments (maisons, probables enclos, monuments circulaires défensifs...) etc.

  • b) les problèmes de chronologie et d’évolution interne des cultures basienne et terrinienne, voire de mutations culturelles posés par les deux périodes charnières Néolithique final-Énéolithique et Chalcolithique-âge du Bronze. C’est pendant cette dernière période qu’apparaissent les préoccupations de sécurité qui se traduisent par la mise en place d’architectures défensives et permettent d’intégrer le gisement d’l Calanchi dans la problématique des premiers habitats fortifiés de la Méditerranée occidentale. C’est aussi dans ce contexte chronoculturel que se manifeste la présence de la céramique campaniforme sur le gisement et que se posent les problèmes de sa diffusion dans l’île.

  • c) l’étude des sépultures comme le contexte des mégalithes associés au site, l’intègre aux problématiques de la recherche corso-sarde sur le mégalithisme insulaire dans ses aspects relationnels avec l’habitat.

14Tous ces thèmes de recherche illustrent à la fois la richesse et la complexité que l’archéologie peut proposer pour mieux connaître une unité villageoise du iiie millénaire av. J.-C.

Haut de page

Notes

1 Travaux d’Enrico Atzeni sur le campaniforme sarde, d’Alberto Moravetti et de Sebastiano De Murta, entre autres, sur les habitats ceinturés prénuragiques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Topographie et coupe sud-ouest – nord-est de la partie sommitale du site
Crédits Relevé et DAO : J. Cesari (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23248/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 2 – Enceinte et monument de la partie sommitale nord-est – nord-ouest du site
Crédits Relevé et DAO : J. Cesari (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23248/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 946k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Cesari, « Sollacaro – I Calanchi-Sapar’Alta » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 25 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23248

Haut de page

Auteur

Joseph Cesari

Drac Corse (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Joseph Cesari

Drac Corse (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search