Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19972A – Corse-du-SudAltagène – Presa-Tusiu

1997
2A – Corse-du-Sud

Altagène – Presa-Tusiu

Fouille programmée (1997)
Responsable d’opération : François de Lanfranchi

Entrées d’index

Année de l'opération :

1997

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Texte intégral

1L’étude archéologique de la torre de Tusiu, a été poursuivie ; cette forme tronconique est arasée au niveau de l’étage. Elle mesure une dizaine de mètres de rayon et est conservée sur 2 m de hauteur. Dans son état originel, elle pouvait s’élever de 6 à 8 m au-dessus du niveau du sol. Une entrée s’ouvrant au nord, face au village protohistorique, donne sur un couloir à partir duquel se fait la distribution des pièces.

2À gauche, un escalier permettait d’accéder à l’étage. À droite, une loge (LI), séparée par un mur du diverticule Dl, sorte de boyau très étroit. Dans l’axe du couloir, une salle (SI) donne accès au diverticule Dl à droite, et à gauche au diverticule D2, découvert cette année. Ce dernier se prolonge par une loge L2. Le plan, extrêmement classique, est comparable à celui des nuraghi de Sardaigne. La stratigraphie et les structures. L’étude stratigraphique (couloir, loge LI, diverticule Dl et salle SI) a mis en évidence deux modes d’occupation : l’un, primaire, a suivi immédiatement la construction du bâtiment au Bronze moyen, les autres occupations, regroupées dans une phase secondaire, se suivent. L’éboulement de l’étage a lieu à la fin du Bronze moyen, ou au tout début du Bronze récent. Sur ces amas de blocs, les groupes humains, porteurs de cultures différentes de celles du Bronze moyen, ont agencé sommairement les pierres des éboulis dans le but de réaliser des structures de combustion. Le remploi du site est bien attesté au Bronze récent, au Bronze final, à l’âge du Fer et au Moyen Âge.

3Le remplissage des diverses pièces varie en fonction de leur destination. Dans le diverticule Dl, la couche 3, correspondant à l’occupation primaire de la stratigraphie, offre un sédiment en rapport avec les structures de combustion qui reposent sur l’affleurement rocheux. Les soles en argile et les productions cendreuses et charbonneuses, notamment, se retrouvent aisément.

4Les couches 2a et 2b sont des strates charbonneuses et cendreuses juxtaposées, scellées par des éboulis qui portent des traces de réoccupation.

5Dans la loge LI, le remplissage est dû essentiellement au fonctionnement de structures de combustion qui sont restées localisées dans ce secteur depuis le Bronze moyen.

6La salle SI restitue des structures du Bronze moyen (l’occupation primaire).

7Située entre le couloir et la loge LI, une structure de combustion a été construite à l’aide de grosses pierres juxtaposées constituant une bordure de forme rectangulaire.

8À l’intérieur, un apport d’argile pétrie réalisa la sole d’un foyer.

9Dans le diverticule Dl, sur un affleurement de la roche en place, des structures de combustion ont été inventoriées. Autour, des plats à feu, dont certains contenaient encore des produits calcinés, attestent la polyvalence du diverticule. Des récipients de type jarre pouvaient contenir des céréales qui sont actuellement en cours de détermination. Dans l’étude de la torre, nous observons que toutes les structures se rapportent à des activités diversifiées dans lesquelles l’agriculture occupe une place importante. Les meules et les broyeurs évoquent effectivement des travaux de meunerie. Quant aux grandes jarres, elles peuvent avoir servi à la conservation de céréales ou de tous autres produits.

10Les dernières mesures d’âge radiométrique montrent que l’occupation primaire date bien du Bronze moyen.

11Dans le couloir, F12, à l’entrée de la loge L1, qui n’est en somme qu’une partie du diverticule D1, les mesures d’âges obtenues sont celles du Bronze récent. (Ly-7090, 3045 ± 45 BP, soit -1393, -1163 av. J.-C.). Durant cette période, le couloir avait perdu sa destination première qui consiste à distribuer les diverses pièces du rez-de-chaussée, pour servir de siège à des foyers qui occupaient non seulement la totalité de la surface du couloir mais, également, celle des marches de l’escalier.

Fiche Localisation Laboratoire et datation BP Dates corrigées Intervalle de confiance
Fiche 9108 Échantillon no 1 Couche 3a, -116 cm centre du diverticule Code Labo : Ly-7927 Date 14C BP : 3361 ± 46 Dates les plus probables : -1670,-1661, -1637 Intervalle 95 % Confiance (-1735, -1528)
Fiche 9109 Échantillon no 2 Couche 3b, -124 cm entrée du diverticule à partir de la chambre Code Labo : Ly-7928 Date 14C BP : 3079 ± 45 Dates les plus probables : -1379, -1342, -1319 Intervalle 95 % de confiance (-1414, -1204)
Fiche 9110 Échantillon no 3 Couche 3b, -140 cm Code Labo : Ly-7929 Date 14C BP : 3258 ± 44 Dates les plus probables : -1589, -1516, -1469 Intervalle de confiance (-1632, -1431)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François de Lanfranchi, « Altagène – Presa-Tusiu » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23279

Haut de page

Auteur

François de Lanfranchi

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

François de Lanfranchi

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search