Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19972A – Corse-du-SudSollacaro – I Calanchi-Sapar’Alta

1997
2A – Corse-du-Sud

Sollacaro – I Calanchi-Sapar’Alta

Fouille programmée (1997)
Responsable d’opération : Joseph Cesari

Entrées d’index

Année de l'opération :

1997

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Le dégagement de la partie sommitale de l’enceinte du gisement des Calanchi a été poursuivi. La zone la plus élevée de la colline est enclose par un péribole qui développe, sur plus de 100 m de périmètre, un mur en élévation adapté aux contours sinueux de la topographie et qui s’articule sur les enrochements naturels, dont les négatifs et les stigmates d’exploitation prouvent qu’ils servirent de carrière. Le parement externe de cette véritable enceinte est en appareil mégalithique (dict. de l’archéo. grecque et romaine, de R. Ginouvès et R. Martin, 1985), formé par juxtaposition et empilement de gros blocs polygonaux. L’enceinte était renforcée dans sa partie nord par deux plates-formes semi-circulaires, qui paraissent constituer deux bastions défensifs en forme de tours. Ils étaient placés aux extrémités nord-est et nord-ouest de la courtine qui protégeait le secteur le plus vulnérable du gisement. Cette courtine rattrapait le dénivellement topographique et sa structure mettait en œuvre deux types de murs : l’enceinte mégalithique, en parement externe, était doublée à l’intérieur par une maçonnerie en mœllons de granite irréguliers, qui formaient un mur à double parement. Le dénivelé de plus de 2 m, entre le bastion nord-ouest et celui au nord-est, avait contraint les bâtisseurs à réserver un escalier étroit et raide d’environ six à huit marches (dont il subsiste encore les trois premières), dans l’épaisseur interne de la courtine.

2Sur le point culminant du site (85 m au NGF), les fouilles ont révélé l’arase d’une construction dont le plan semi-circulaire est partiellement conservé et qui présente trois éléments principaux :

  • Vers l’intérieur de l’enceinte, un gradin en demi-cercle s’oppose à la déclivité naturelle de l’affleurement rocheux et forme une assise de fondation en mœllons de granite polygonaux. Ce gradin est contrebuté au sud par l’enrochement naturel en élévation ;
  • Sur ce gradin est fondé le mur d’une structure circulaire conservé sur environ 195°. Bien que son appareil soit à double parement de gros mœllons polygonaux soigneusement ajustés, il ne permet pas de l’inscrire dans le type isodome ;
  • Si l’on ferme cette structure, on obtient le cercle d’une tour d’environ 8 m de diamètre. Une telle bâtisse englobait une partie de l’enceinte linéaire en appareil mégalithique, dont il avait été nécessaire de modifier le tracé par un décrochement, afin d’établir une base quadrangulaire qui servait d’assise à la tour sur environ 165°. L’espace utile pour obtenir cette base de plan trapézoïdal (24,75 m2), avait été gagné en aplanissant le socle rocheux, en avant de l’enceinte mégalithique. Le mur de soutènement de cette base, en léger décrochement (2,20 m au nord-ouest et 4,50 m au nord-est), est édifié en grands blocs régularisés qui tendent vers la forme parallélépipédique. La même technique avait été employée pour asseoir le troisième monument circulaire localisé au sud-ouest du gisement. Afin d’ajuster sa fondation au niveau supérieur de l’affleurement rocheux, on avait eu recours à la construction à l’intérieur de l’enceinte, d’une massive plate-forme quadrangulaire en véritable appareil mégalithique. Cette troisième tour, également de faible diamètre (environ 10 m), est en position de balcon sur la plaine et l’embouchure du Taravo, elle couronne au sud-ouest le principal chaos rocheux au centre du gisement, sur un à-pic d’une vingtaine de mètres.

3La conservation différentielle des arases, et la réutilisation des constructions dans la partie sommitale de l’enceinte, rendent difficile l’interprétation chronologique des architectures du dispositif poliorcétique complexe qui s’est développé en plusieurs phases. Un relevé méthodique des structures défensives et de la topographie de ce secteur (6 500 points actuellement stockés sur fichier informatisé) est en cours d’élaboration.

4Enfin, bien que peu développé (environ 1,5 m2) et de faible puissance (1 m maximum), le remplissage interstitiel des zones réservées entre le mur d’enceinte mégalithique et le mur intérieur, est composé par un sédiment riche en rejets cendreux, charbons de bois, et fragments de céramiques caractéristiques du faciès terrinien, avec une discrète présence d’éléments campaniformes de style international. On notera aussi de rares fragments, lithiques et céramiques, attribuables au Néolithique basien, qui semblent en position secondaire. L’absence de remontage indique qu’aucun vase n’a été abandonné ou brisé sur place, puis dispersé. La diversité des formes et des pâtes, qui permet d’inférer la présence de plusieurs dizaines de récipients, autant que leur forte fragmentation (tesson moyen : 36 mm de longueur), plaide pour l’identification d’un dépotoir et d’une vidange de foyers. Tel aurait été le fonctionnement de cette petite loge en couloir à un moment donné de son utilisation.

Fig. 1 – Vue partielle prise de l’ouest sur l’enceinte sommitale nord-est

Fig. 1 – Vue partielle prise de l’ouest sur l’enceinte sommitale nord-est

Cliché : J. Cesari (SRA).

Fig. 2 – Vue prise de l’ouest, sur l’ensemble du secteur sommital de l’enceinte sud-est

Fig. 2 – Vue prise de l’ouest, sur l’ensemble du secteur sommital de l’enceinte sud-est

Cliché : J. Cesari (SRA).

Fig. 3 – AA’, coupe transversale nord-sud au niveau de l’enceinte et du monument sommital nord-est ; BB’, coupe transversale nord-sud au niveau des murs d’enceinte (extérieur et intérieur) de l’enceinte nord-est

Fig. 3 – AA’, coupe transversale nord-sud au niveau de l’enceinte et du monument sommital nord-est ; BB’, coupe transversale nord-sud au niveau des murs d’enceinte (extérieur et intérieur) de l’enceinte nord-est

Relevé : J. Cesari (SRA).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue partielle prise de l’ouest sur l’enceinte sommitale nord-est
Crédits Cliché : J. Cesari (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 2 – Vue prise de l’ouest, sur l’ensemble du secteur sommital de l’enceinte sud-est
Crédits Cliché : J. Cesari (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23302/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 3 – AA’, coupe transversale nord-sud au niveau de l’enceinte et du monument sommital nord-est ; BB’, coupe transversale nord-sud au niveau des murs d’enceinte (extérieur et intérieur) de l’enceinte nord-est
Crédits Relevé : J. Cesari (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23302/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Cesari, « Sollacaro – I Calanchi-Sapar’Alta » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 07 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23302

Haut de page

Auteur

Joseph Cesari

Drac Corse (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Joseph Cesari

Drac Corse (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search