Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19972B – Haute-CorseOlmi-Cappella – La Mugliunaccia

1997
2B – Haute-Corse

Olmi-Cappella – La Mugliunaccia

Fouille programmée (1997)
Responsable d’opération : Daniel Istria
Notice rédigée avec François Allegrini-Simonetti, Louis Ambrogi, Pierre-Joseph Comiti, Marie-Pierre Ruas et Jean-Denis Vigne

Entrées d’index

Année de l'opération :

1997

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Texte intégral

1Le village, perché sur un éperon calcaire très escarpé, est divisé en deux secteurs. Une partie haute comprenant 3 ou 4 maisons ainsi qu’un réduit fortifié et une partie basse où l’on peut dénombrer 14 structures protégées par un rempart en pierres sèches percé d’une seule porte. La circulation à l’intérieur du village se faisait par des chemins grossièrement aménagés à même la roche ou soutenus par des murets. Le caractère accidenté du relief et l’exiguïté de cet espace intra muras ne permettent pas d’imaginer la présence de jardins à proximité immédiate des maisons. De même, l’unique source du secteur se trouve en dehors du périmètre défensif, à quelque 200 m au pied du site.

2Les deux premières campagnes de fouilles avaient permis d’explorer une partie du secteur haut du site. En 1997, les efforts ont porté sur deux autres structures (D et F) qui ont été fouillées en totalité.

3De plan trapézoïdal, elles sont appuyées contre la paroi rocheuse et sont construites en mœllons de calcaire extraits sur place, liés à la terre argileuse. La structure D comportait un étage sur plancher. Chacun de ses niveaux était accessible depuis l’étroite ruelle par une large porte. Les toits, très certainement à un seul pan, étaient systématiquement couverts de lauzes prélevées dans une carrière distante d’environ 1,5 km.

4Les sols, très riches en mobilier archéologique, étaient simplement en terre. Ils reposaient soit sur le socle rocheux, soit sur un niveau de terre rapporté de manière à obtenir des surfaces relativement horizontales. Les foyers rencontrés sont de trois types : à même le sol et limité simplement par quelques pierres ; entièrement construit, dans un angle de la maison, avec une sole parfaitement plane en lauzes ; sur un lit d’argile d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur contenu dans un coffrage de lauzes et probablement de bois. Ce dernier type préfigure le « fucone » moderne. Il était installé à l’étage de la maison D.

5Si les restes osseux ont, cette année encore, constitués la plus grande part du mobilier recueilli, les objets métalliques ont particulièrement attiré notre attention en raison de leur diversité et de l’abondance des armes (plaquettes de brigantines, côte de maille, pointe de lance, carreaux d’arbalète...). Une petite activité métallurgique a été reconnue à proximité de l’un des deux foyers. Un examen plus approfondi du mobilier, notamment des scories, devrait permettre de préciser la nature de cette activité.

6La céramique est peu différente de celle rencontrée les années précédentes. La production locale est toujours majoritaire face aux importations de majoliques archaïques pisanes. Plusieurs formes ont pu être reconstituées, notamment des plats et des cruches.

7Les informations recueillies jusqu’à ce jour nous permettent de situer l’occupation du site entre la fin du xiiie et le milieu du xive s. Toutes les structures fouillées à l’heure actuelle semblent avoir été construites au même moment mais leur abandon n’est pas simultané puisqu’un petit dépotoir a été constitué dans les maisons D par les habitants de la structure A et qu’une partie des lauzes du toit a été prélevée après son effondrement.

Fig. 1 – 1, bol de majolique archaïque pisane ; 2, marmite ; 3, 4, 5, plats

Fig. 1 – 1, bol de majolique archaïque pisane ; 2, marmite ; 3, 4, 5, plats
Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – 1, bol de majolique archaïque pisane ; 2, marmite ; 3, 4, 5, plats
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/23326/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Istria, François Allegrini-Simonetti, Louis Ambrogi, Pierre-Joseph Comiti, Marie-Pierre Ruas et Jean-Denis Vigne, « Olmi-Cappella – La Mugliunaccia » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23326

Haut de page

Auteurs

Daniel Istria

CNRS

Articles du même auteur

François Allegrini-Simonetti

Articles du même auteur

Louis Ambrogi

Articles du même auteur

Pierre-Joseph Comiti

Articles du même auteur

Marie-Pierre Ruas

Articles du même auteur

Jean-Denis Vigne

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Daniel Istria

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search