Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19972B – Haute-CorsePenta-di-Casinca, Morosaglia, Pru...

1997
2B – Haute-Corse

Penta-di-Casinca, Morosaglia, Pruno – Les usines corses de tanin

Prospection inventaire (1997)
Responsable d’opération : Pierre-Jean Campocasso

Entrées d’index

Année de l'opération :

1997

Chronologie :

époque contemporaine

Nature de l'opération :

prospection inventaire
Haut de page

Texte intégral

1Entre la fin du xixe s. et les années 1960 une production de tanin s’implante en Corse. Les installations des usines sont encore nettement visibles au sol, et malgré l’absence de sources écrites, les techniques de l’archéologie industrielle devraient permettre de comprendre l’activité de ces établissements.

2Le premier atelier est repéré dans la commune de Scata, au lieu-dit « Fabrica vecchia », dans les années 1870. Les traces de cette unité ont pratiquement disparu, à l’exception d’une partie du canal d’amenée d’eau et du bâtiment de production, totalement réaménagé pour servir d’habitation.

3Les usines de Barchetta, de Folelli et de Pruno sont installées entre 1880 et 1910 par la société de Champlan. Elles présentent un bon état de conservation des coursiers et d’une partie des bâtiments. L’organisation des trois sites est assez comparable. Ils occupent une superficie de 2 et 4 ha divisée en deux parties principales : le chantier et l’usine. Ces établissements présentent les caractéristiques des édifices industriels du xixe s.

4Entre 1928 et 1932, des industriels anglais implantent une nouvelle usine à Ponte-Leccia. Elle se compose d’une infrastructure en fer et d’un montage en briques creuses, avec de nombreuses ouvertures à l’est et à l’ouest. Ce qui témoigne de grandes transformations dans l’architecture et l’organisation des bâtiments industriels en quelques années. Le profil de la cheminée, véritable emblème de l’activité, est révélateur de cette évolution. Un puissant édifice en brique rouge, habillé de corniches à la base et au col équipait Barchetta, Folelli et Pruno, celui de Ponte-Leccia était plus modeste et en tôle.

5Le bâtiment des autoclaves, d’une superficie moyenne de 100 m2, est véritablement le centre de l’usine. Il renferme les appareils essentiels de la fabrication, et se trouve en relation avec tous les autres ateliers. Au pied de la cheminée était disposé le local des chaudières et des fours alimentant les machines motrices à vapeur. Malheureusement, les outils de production ont été démontés à la fermeture des usines. Les seuls éléments conservés sont les systèmes électriques de Barchetta et de Pruno. L’éclairage était fourni par une turbine hydraulique verticale alimentée par une prise d’eau et un coursier. L’appareil de Barchetta, installé en 1914, est très intéressant. La conduite forcée est composée de cylindres en fer riveté, d’un diamètre supérieur à 1,50 m. Elle conduit l’énergie à la turbine qui actionne, à l’aide d’un axe, une grande roue. Cette dernière transmet le mouvement à un alternateur, placé dans la pièce supérieure, par une large lanière de cuir.

6Les rails des chantiers facilitaient l’acheminement des produits sur le site. Les bûches étaient transportées dans des wagonnets vers l’atelier des coupeuses, première étape de la production. Les machines débitaient le bois en copeaux, qui étaient ensuite montés par un élévateur jusqu’aux tapis roulants des autoclaves. Ces grandes « marmites » de 4 à 5 m de haut étaient au nombre de six à huit.

7Après le chargement des copeaux et de l’eau, les cuves étaient chauffées par des fours en brique réfractaire placés dessous, jusqu’à 120°. Le mélange passait d’un autoclave à l’autre, dans une opération qui durait environ huit heures. À la sortie, le produit était une pâte liquide de couleur cacao et d’une teneur d’environ 50 % en tanin.

8Le tanin se stockait dans des cuves en bois ou en ciment dont l’usine de Pruno conserve quelques exemplaires. Ce produit, exporté par le port de Bastia, était surtout utilisé pour la préparation des cuirs, mais aussi comme révélateur dans la photographie et entrait dans la composition de certaines encres d’imprimerie.

9L’implantation industrielle sur les sites de Barchetta, Folelli et Ponte-Leccia est à l’origine d’un peuplement de fonds de vallées. L’activité des tanins s’est développée dans la Castagniccia. Cette situation a engendré le seul exemple industriel insulaire à employer principalement une main-d’œuvre locale. Ce qui entraîne, pour la première fois dans l’île, la constitution d’une classe ouvrière.

10Malgré la pauvreté des sources écrites, l’étude des traces au sol, des témoignages oraux et des photographies a fourni des informations diverses, d’ordre technique, mais aussi économique et social, permettant une approche concrète de l’activité. Ces usines sont représentatives des tentatives d’industrialisation au xixe s., et dans la première moitié du xxe s., avec l’utilisation des dernières innovations techniques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Jean Campocasso, « Penta-di-Casinca, Morosaglia, Pruno – Les usines corses de tanin » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23329

Haut de page

Auteur

Pierre-Jean Campocasso

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Pierre-Jean Campocasso

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search