Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19982A – Corse-du-SudSartène – Saint-Jean d’Ortolo

1998
2A – Corse-du-Sud

Sartène – Saint-Jean d’Ortolo

Sondage (1998)
Responsable d’opération : Gilles Giovannangeli

Entrées d’index

Année de l'opération :

1998

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Texte intégral

1Des sondages limités ont cependant fourni une moisson d’informations sur la croissance et l’organisation de ce village médiéval. Le grand dépotoir à la base de la tour nord a continué de livrer beaucoup de petit mobilier attribuable à la phase de démarrage dans le courant du xive s. : les tessons de vaisselle de luxe, les fragments de verre fin, les petites appliques (en cuivre) décoratives de vêtements ou de ceinture, les pièces de jeu (pion en pâte de verre, dé à jouer en os) sont noyés dans des charbons et de grandes quantités de déchets de boucherie. Ce matériel met en lumière le quotidien d’un périmètre « aristocratique » lié à l’activité d’une tour. Tout suggère ici l’implantation d’une famille de « principali », de ces petits gentilshommes de village dont l’activité politique et guerrière constitue la trame de l’histoire de l’île. En collectant des mentions éparses dans les sources écrites, chroniques ou archives de Saint Georges, ont peut même être tenté de mettre un nom sur le dernier possesseur de cette tour au milieu du xve s. : celui de Polo Guido di Lortolo puissant chef de clan, percepteur de tailles lié aux officiers de Saint Georges, homme de guerre impliqué dans les conflits entre les petits seigneurs du sud. Il voue une haine tenace au comte Polo della Rocca mais celui-ci finalement victorieux dévaste ses biens et détruit une tour qui lui appartenait. L’archéologie corrobore ici les textes et il est fort plausible que la tour mise à sac à la charnière des années 1450-1460 soit la tour nord en cours d’étude au bas du village de l’Ortolo...

2À l’autre extrémité du village près de la tour sud, sur les hautes terrasses, une opération de « démaquisage » a permis de repérer une série de petites plate-formes aménagées dans la pente. De plan grossièrement rectangulaire ou trapézoïdal, d’une superficie variant entre 20 et 25 m2, ces « fonds de cabanes » répondent à un même principe d’aménagement : les murs de blocage prennent appui sur les affleurements rocheux en amont et en aval et sont reliés par des assises de gros blocs alignés longitudinalement. Les ramassages de surface et un sondage limité dans une de ces petites structures ont livré exclusivement du mobilier médiéval bien connu sur le site sous forme de céramiques culinaires et de vaisselle importée du xve s. (tessons de marmites à petites anses pontées, de corbeilles amiantées, de bols et écuelles au décor vert et bru...). Ces « fonds de cabanes » ne relèvent donc ni des temps préhistoriques, ni du temps de la grande exploitation de la forêt au xixe s. comme on aurait pu le supposer mais ils paraissent bien contemporains des grandes maisons médiévales du village. Et c’est là un des apports les plus intéressants de la campagne 1998 qui ouvrent des pistes nouvelles sur l’espace et la société villageoise : au côté des belles maisons témoignant de la relative aisance de leurs occupants existent donc des constructions beaucoup plus sommaires reflétant des conditions de vie incontestablement plus modestes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Giovannangeli, « Sartène – Saint-Jean d’Ortolo » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23386

Haut de page

Auteur

Gilles Giovannangeli

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gilles Giovannangeli

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search