Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCorse19982B – Haute-CorseBassin de Francardo-Ponte Leccia

1998
2B – Haute-Corse

Bassin de Francardo-Ponte Leccia

Prospection inventaire (1998)
Responsable d’opération : Grégory Richard

Texte intégral

1Cette prospection inventaire avait pour cadre le bassin Francardo-Ponte Leccia. Ce dernier, traversé par le Golo, est une ample gouttière avec des altitudes modestes. Ce bassin fut étudié pour ses diverses « qualités ». Cette zone est connue pour sa vocation de passage. La faible altitude et sa fonction de trait d’union permet à cette région d’être un lieu qui domine un grand nombre de voie de communications. À cela, on peut également mettre en avant les propriétés géologiques et morphologiques qui ne sont pas faites pour rebuter l’implantation humaine.

2C’est ainsi qu’une quinzaine de sites furent répertoriés dans le secteur. On remarquera que la plupart de ces lieux étaient déjà connus. Mais il est important de noter que les sites inventoriés, au cours de cette campagne, apportent une donnée nouvelle à l’histoire du bassin. Celle-ci est d’ordre chronologique. En effet par l’intermédiaire de trois sites (Francardo, Rastella et Paratella), on peut penser qu’il y ait eu une occupation humaine du bassin durant le Néolithique. Cette tranche chronologique n’était pas encore attestée, mais l’identification de certains vestiges de surfaces (éclats en obsidiennes, en rhyolites, en quartz, des fragments de lamelles, tessons de céramiques) nous font penser à une implantation humaine à cette époque. Bien entendu, le tout reste à préciser et la prudence est de rigueur sans une étude approfondie des lieux concernés. On pourrait aussi ajouter Cordole à cette liste, mais le matériel est trop rare et peu significatif (deux éclats en quartz et trois tessons de céramiques dont un cordon) pour établir une véritable chronologie.

3Plus généralement, huit sites appartiennent à la Préhistoire ou Protohistoire, sept au Moyen Âge et sept à une époque plus récente (moderne et contemporaine). On remarquera que la majorité des sites furent plusieurs fois occupés par l’homme. L’exemple le plus significatif de cette perduration est Rastel/a (occupation de la Préhistoire à nos jours).

4La zone fait apparaître deux édifices religieux (a Tribuna et San Gervane) soit 13,3 % du total, cinq castelli (Aquilontra, Castellacciu, Castelluccio, Monte Supietra et U Rusumini) soit 33,3 % du total, deux villages ou hameaux abandonnés (E Une, Castiglione) soit 13,3 % du total, cinq sites sans réelle structures (Cima au Tompio, Cordole, Francardo, Paratella et Rastel/a) soit 33,3 % du total et une tour (Monte Albano) soit 6,67 % du total.

5Si tous les sites sont intéressants, il en est quelques-uns uns qui sortent du lot. Outre ceux qui peuvent appartenir au Néolithique, le site appelé Aquilontra (ou Castellu della Goulontia) mériterait une étude approfondie. Il est clair que ce lieu, par son extension, par son apparente complexité (on note un système de pièce) et ses structures imposables, s’avère être un site majeur de la zone, un peu à l’image d’U Rusumini.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégory Richard, « Bassin de Francardo-Ponte Leccia » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/23390

Haut de page

Auteur

Grégory Richard

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Grégory Richard

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search